La discipline positive : 8 pratiques magiques pour nos enfants

La discipline positive en avez-vous déjà entendu parler ? L’avez-vous envisagée ? Voici 8 pratiques à suivre pour l’appliquer.

Pratiquez-vous la méthode appelée la discipline positive ?

Au cœur de la parentalité positive, cette approche éducative permet la création de liens forts et durables entre le parent et son enfant. Découvrez comment.

Dans cet article, vous apprendrez :

  • Ce qu’est la discipline positive, pourquoi recourir à cette méthode et dans quel cadre l’appliquer ;
  • La discipline positive : la boîte à outils des parents positifs ;
  • Comment appliquer la discipline positive au quotidien : 8 pratiques à suivre.

La discipline positive au cœur de la parentalité positive

Si vous vous intéressez à la parentalité positive ainsi qu’à l’éducation positive, le sujet du jour saura capter votre attention.

 Qu’est-ce que la discipline positive ?

Discipline, du latin disciplina action d’instruire et discipulus signifie élève ou celui qui suit. Ainsi, la discipline a pour vocation d’enseigner et non de soumettre à une autorité.

De même, la discipline positive est une approche éducative ni permissive ni punitive qui encourage, chez l’enfant, le développement de compétences sociales dans un cadre respectueux à la fois des consignes et des libertés individuelles au sein de la famille, de l’école et de la communauté.

 Pourquoi recourir à la discipline positive ?

La discipline positive attribue aux parents, enseignants et éducateurs des outils visant à développer chez l’enfant les valeurs suivantes :

  • Autodiscipline ;
  • Autonomie ;
  • Patience ;
  • Dialogue efficace ;
  • Contrôle de soi ;
  • Politesse ;
  • Envie d’apprendre ;
  • Coopération ;
  • Respect mutuel ;
  • Recherche de solutions ;
  • Sens des responsabilités.

Ces valeurs coïncident avec les vôtres ? Vous désirez appliquer la discipline positive avec vos enfants ? Vous désirez en apprendre davantage sur le sujet ?

Si vous souhaitez faire un travail préalable de découverte de vos valeurs en partant à la rencontre de votre moi profond, vous pouvez réserver votre place dès maintenant à la formation en ligne offerte : “8 étapes pour créer la vie qui vous ressemble“.

 5 principes de la discipline positive

Afin de bien pratiquer la discipline positive et profiter de tous ses bienfaits, il est recommandé aux parents d’en saisir les principes.

# Les enfants sont dotés du sentiment de solidarité et de communion

Gardez à l’esprit que les enfants sont des êtres sociaux, dès lors, ils ressentent un besoin fort d’appartenance, de solidarité et de communion.

Permettez à vos enfants de se sentir inclus, de faire partie de quelque chose de plus grand. Permettez-leur de ressentir qu’ils sont importants, voire indispensables.

# Les comportements de l’enfant sont le reflet de ses besoins

Un bébé pleure, car il a faim et un enfant « fait des siennes », car il veut vous transmettre un message qu’il n’arrive pas à exprimer.

Un enfant qui crie, pleure ou tape du pied a besoin d’amour, de reconnaissance ou encore d’attention. Ses comportements sont le reflet de ses besoins. Apprenez à les connaître pour ensuite les assouvir.

# Respecter l’enfant : sa personne, ses émotions, ses envies…

Un enfant a aussi droit à la dignité, au respect de sa personne, de son corps, de ses émotions et de ses envies. Notez que les besoins de chacun ont une valeur égale.

# L’erreur est humaine et c’est aussi une occasion d’apprendre

Dans son livre intitulé La discipline positive, l’auteur Jane Nelsen met l’accent sur l’importance de l’erreur dans le développement de l’enfant.

Elle propose toutefois une méthode efficace pour les corriger : la méthode des 3 R de la réparation qui consiste à :

  • Reconnaître sa part de responsabilité ;
  • Se réconcilier (présenter ses excuses) ;
  • Résoudre (trouver une solution au problème).

# Faire constamment preuve d’amour et de bienveillance

Le message d’amour est important, sans quoi vous risquez de tomber dans la discipline rigide et sévère. Accompagnez vos consignes, vos paroles et vos gestes d’amour et de bienveillance.

 Dans quel cadre appliquer la discipline positive ?

La question qui revient le plus souvent est à quel moment appliquer la discipline positive ?
La réponse est simple : partout et tout le temps. Cependant, voici quelques situations où la discipline positive est recommandée.

# Discipline positive à la maison

La discipline positive à la maison vous permet d’instaurer des limites pour compléter l’éducation de l’enfant sans pour autant le priver.
Une façon aimable et favorable d’inculquer à l’enfant la notion de respect mutuel et de politesse.

# Discipline positive à l’école

La discipline positive à l’école permet à l’élève de connaître ses limites dans un cadre scolaire, de respecter son environnement, ses enseignants et ses compagnons.
Elle est tout aussi importante pour l’apprentissage et l’assimilation de nouvelles informations.

# Discipline positive pour les parents solos

La discipline positive est vitale pour les parents solos. Étant l’unique figure d’autorité, le seul modèle à suivre, le parent célibataire doit redoubler d’efforts pour éduquer son enfant.
Dans ce cas, la discipline positive permet aux deux parties (adulte et petit) de coopérer pour mener à bien cette mission.

# Discipline positive avec un ado

Les adolescents peuvent se montrer compliqués à gérer, notamment lorsqu’ils sont confrontés au refus. Dans ce cas, la discipline positive est une solution efficace pour arriver à un terrain d’entente.

# Discipline positive avec un enfant hypersensible

Si votre enfant présente des signes d’hypersensibilité émotionnelle, la discipline positive lui permettra de nommer ses émotions, de les exprimer et de les apaiser.
En appliquant cette approche éducative, vous créez un climat de confiance et de liberté où l’enfant pourra gérer ses émotions en toute sécurité.

La discipline positive : la boîte à outils des parents positifs

En tant que parents, il est parfois compliqué de faire preuve de patience et de sang-froid face à des comportements jugés a priori insolents.

L’enfant est bon de nature. Ainsi, et comme expliqué en amont, les cris et l’entêtement cachent des besoins plus profonds.

Vous vous demandez certainement comment agir et réagir dans ce cas ? Il vous faudra piocher dans la boîte à outils des parents positifs et conscients.

Parmi les pratiques préconisées dans le cadre de la parentalité positive se distinguent :

 L’écoute active

Vous connaissez certainement cette phrase qui dit que la communication est la base de toute relation réussie. C’est vrai ! Cela dit, tout le monde ne sait pas écouter. Est-ce votre cas ?

L’écoute active et bienveillante est une technique de communication qui vous permet de vous assurer d’avoir bien saisi le message de votre interlocuteur.

Son objectif est de donner à la personne qui s’exprime, en l’occurrence votre enfant, l’occasion d’exprimer ses émotions ou ses opinions librement et en toute sécurité.

Les clés d’une écoute active efficace sont :

  • Faire preuve d’empathie et de compassion ;
  • Accepter l’autre sans vouloir le changer ;
  • Respecter ses sentiments et son point de vue.

 La communication non violente

La communication non violente permet aux parents comme aux enfants d’exprimer encore une fois leurs sentiments et leurs besoins.

Vous aurez compris que les ressentis refoulés et les envies non assouvies sont une bombe à retardement qui risque d’exploser à tout moment.

Pour éviter la frustration et l’accumulation des non-dits, pensez à la communication non violente au quotidien. Êtes-vous prêt(e) à l’adopter ?

Notez que ce nouveau langage bannit de son dictionnaire :

  • Les critiques, les insultes, le dénigrement et le jugement ;
  • Ou encore les reproches et le déni des responsabilités.

Le dialogue se fait donc dans le respect de l’autre, la tolérance et la bienveillance.

 L’acceptation et la gestion des émotions

Laisser les enfants exprimer leurs émotions vous permet à votre tour de comprendre leurs réactions. En revanche, nier leurs ressentis ne fera que renforcer les comportements indésirables : crise de nerfs, caprices, repli sur soi, etc.

Une bonne gestion des émotions évite non seulement l’incompréhension, mais développe aussi l’intelligence émotionnelle de votre enfant.

Par conséquent, il sera en mesure de :

  • Exprimer son désaccord sans crier ou taper du pied ;
  • Développer des relations saines et harmonieuses avec son entourage ;
  • Réfléchir à des solutions et agir en toute autonomie ;
  • Développer sa confiance en soi ;
  • Comprendre les changements qui opèrent dans son corps et dans sa tête.

Les enfants n’ont pas la maturité émotionnelle de gérer seuls leurs émotions, il revient donc aux parents de les accompagner dans ce cheminement et de leur apprendre les bonnes pratiques.

 Le discours positif

Si vous vous intéressez un tant soit peu au développement personnel et la psychologie positive, vous savez pertinemment que les mots ont un pouvoir et qu’il faut les employer à bon escient.

Dès lors, il est recommandé d’adopter un discours positif lorsque vous parlez à vos enfants, notamment quand vous leur donnez des consignes.
Un enfant de 2 à 4 ans a du mal à comprendre les tournures négatives. Ainsi, si vous lui dites « ne touche pas le téléphone », il ne va retenir que les mots toucher et téléphone.

Dans le cas où il arriverait à saisir la tournure négative, son cerveau visualisera l’action à ne pas faire et c’est là où il voudra la réaliser.

Si vous désirez donc que votre enfant soit réceptif et enclin à coopérer, pensez à formuler des tournures positives. Voici quelques exemples :

  • Marche au lieu de ne cours pas ;
  • Parle doucement au lieu de ne crie pas ;
  • Mange tout au lieu de ne laisse rien dans ton assiette.

Maintenant que vous êtes bien préparé(e), découvrez 8 pratiques à suivre pour appliquer la discipline positive au quotidien.

Appliquer la discipline positive au quotidien : 8 pratiques à suivre

Ce n’est pas évident de trouver le juste équilibre entre le parent ferme auquel les enfants doivent obéir et le parent doux et flexible avec qui ils peuvent rigoler et s’exprimer librement.
Dès lors, comment allier discipline, respect des consignes et éducation positive ? Que faire pour garantir la coopération des enfants sans pour autant les obliger à quoi que ce soit ?
À tous les parents qui désirent appliquer la discipline positive, mais ne savent pas par où commencer, voici 8 pratiques à suivre.

 Montrer l’exemple

Une action vaut mille mots !

Ce n’est un secret pour personne, les enfants reproduisent les comportements de leurs parents. Tâchez donc de leur montrer le bon exemple.

N’avez-vous pas remarqué comment les petits imitent les moindres faits et gestes des adultes qui les entourent ? Ce sont les neurones miroirs qui absorbent inconsciemment les comportements des modèles pour ensuite les reproduire.
Vous désirez que votre enfant se brosse les dents avant de dormir ? Commencez par le faire devant lui. Encore mieux, faites-le ensemble.

 Prendre en compte l’âge de l’enfant

Votre objectif étant d’instaurer une discipline positive, il est donc important que votre vocabulaire, vos consignes et vos réactions soient adaptés à l’âge de vos enfants. Ces derniers doivent en saisir toute l’ampleur et l’importance.

 Être à la fois bon et ferme

« Sois ferme sans méchanceté et sois doux sans faiblesse. » Cette citation résume bien ce point. Pensez à motiver vos enfants par l’amour et non par la peur.
Ainsi, si vous prenez une décision, restez sur votre position, mais traitez votre enfant avec beaucoup de bienveillance.

 S’exprimer de façon claire et concise

Les enfants sont rapidement distraits, c’est pourquoi il est recommandé de formuler des phrases simples et surtout concises. Allez droit au but !
Vous vous dites certainement qu’être direct donne une impression d’indifférence. Faux !
Vous pouvez tout à fait faire court, mais faire preuve de tact ou employer un ton chaleureux et des termes affectueux.

 Instaurer des routines

La meilleure façon de pratiquer la discipline positive est d’instaurer des routines au quotidien. Les routines permettent la création d’automatismes et l’installation de nouvelles habitudes.
Vous serez amené(e) à répéter les consignes au début, mais votre enfant gagnera rapidement en autonomie et en discipline.

 Guider les gestes des enfants

Que ce soit par la parole ou par l’action, guider les gestes de vos enfants vous permettra d’emprunter ensemble le même cheminement : celui de vivre en alignement avec vos valeurs.
Vous remarquerez que l’on revient toujours au pouvoir des mots, notamment les formules positives. Ainsi, au lieu de leur ordonner de manière catégorique de faire ou de ne pas faire quelque chose, expliquez-leur la valeur, les conséquences et les enjeux de leurs actions.

 Être constant et cohérent

Cultiver la discipline positive au sein de votre famille est un travail sur le long terme. Il faut donc faire preuve de constance et de cohérence.

Il est important que vos dires soient en accord avec les faits, que les consignes soient respectées et que les routines soient constamment pratiquées.
Les parents doivent synchroniser leurs réponses pour éviter que l’enfant aille chercher un « oui » chez son père alors que la maman a dit « non » et vice versa.

 Décliner sans dire non

Il existe différentes manières de refuser les demandes de votre enfant sans passer par le traditionnel « non » qui peut être néfaste pour lui.
Cette façon de décliner renvoie une image condescendante à votre enfant, comme s’il avait eu tort de demander ou fait quelque chose de mal.
Pour décliner la demande de votre enfant sans prononcer le fameux « non », essayez plutôt les techniques suivantes :

– Oui, mais…

« Oui, plus tard, au goûter, tu pourras manger des biscuits. » C’est une manière subtile de poser des limites sans brusquer l’enfant.
Ainsi, il aura non seulement compris qu’il ne mangera pas de biscuits maintenant, mais aussi que les biscuits se mangent au goûter, pas avant ni après.

– Poser des questions l’amène à réfléchir et dire « non » lui-même

« C’est le jour ou le soir ? » « Est-ce qu’on mange des biscuits le soir ? »
Incitez votre enfant à réfléchir à sa requête et comprendre par lui-même pourquoi il vous est impossible de répondre favorablement à sa demande.
Cela vous épargnera de prononcer le « non » et, plus important encore, cela permettra à votre enfant de réfléchir à la faisabilité (ou pas) de la chose à l’instant T avant de la demander.


Loin des ordres et des punitions, la discipline positive est une méthode axée sur l’écoute, le dialogue et la bienveillance. La pratiquer revient à responsabiliser l’enfant et lui inculquer de belles valeurs.

Et vous ? Que pensez-vous de la discipline positive ? N’hésitez pas à faire part de votre avis ou de votre expérience sur le sujet en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.