J’arrête de râler : 9 conseils pour cultiver sa gratitude

« J’arrête de râler » : vous vous le dites souvent ? Découvrez dans cet article 9 conseils pratiques pour enfin passer à l’action !

J’arrête de râler, oui, mais comment ? 

Râleurs et râleuses invétéré(e)s, vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous vous plaignez à longueur de journée ? D’où vient ce besoin de rouspéter, de ronchonner, de maronner, grogner ou encore de rouscailler ? Qu’est-ce qui se cache derrière vos plaintes ?

Dans cet article, vous découvrirez : 

  • Comment prendre enfin la décision d’arrêter de râler 
  • Ainsi que 9 conseils pour y parvenir ! 

C’est décidé j’arrête de râler !

Plutôt que de vous répéter « j’arrête de râler » à longueur de journée, pourquoi ne pas commencer par essayer de comprendre pourquoi vous le faites ? 

Pourquoi commence-t-on par râler ? 

Certain(e)s diront que c’est un trait de caractère bien français ! Un peu cliché, mais pas totalement faux. Effectivement, il existe une culture de l’affirmation de la parole

Oui, mais ça ne répond pas à la question « Pourquoi râle-t-on en premier lieu ? ».

Râler au quotidien et en toute circonstance, au travail, au volant, en faisant ses courses… est dû à un ras-le-bol général, à un épuisement mental et émotionnel. 

Ceci étant dit, râler est pour également un moyen de communiquer avec l’autre. Aussi contradictoire que cela puisse paraître, c’est une façon d’entrer en contact, de créer un lien avec autrui. 

Dans ce cas, pourquoi arrêter de râler ? Eh bien parce qu’il s’agit d’une forme de passivité face à une situation frustrante et insatisfaisante. Vous l’aurez compris, râler peut être toxique ! 

 J’arrête de râler pour préserver ma santé mentale et émotionnelle

Pourquoi est-il nécessaire de positiver, de relativiser et… d’arrêter de râler ? 

Même si le fait de se plaindre peut être considéré comme une forme d’exutoire, à forte dose, cela peut avoir l’effet inverse.

Râler au quotidien signifie se focaliser uniquement et constamment sur le négatif. Dès lors, tout devient sujet à controverse. 

Qui plus est, à la longue cela peut s’avérer épuisant. D’où votre souhait récurrent : j’arrête de râler ! C’est un comportement qui peut finir par vous rendre amer(ère) et aigri(e). 

Ainsi, arrêter de râler vous permet non seulement de conserver votre énergie et votre tranquillité d’esprit, mais aussi de préserver votre santé mentale et émotionnelle. 

Voilà donc quelques résolutions à prendre dès maintenant : 

  • J’arrête de râler en toute circonstance  
  • Y compris au travail 
  • J’adopte la positive attitude 
  • J’exprime ma gratitude
« J’arrête de râler » : vous vous le dites souvent ? Découvrez dans cet article 9 conseils pratiques pour enfin passer à l’action !
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

 Arrêter de râler ne signifie pas tout accepter

Vous vous dites probablement que râler est votre unique moyen d’exprimer votre mécontentement et votre désaccord : « Mais oui, si j’arrête de râler, tout le monde va croire que je vais tout accepter. » 

À vrai dire, non ! Il existe des méthodes plus efficaces et surtout proactives pour mettre en avant votre opposition et vos divergences. Car, rappelons-le, râler signifie subir la situation et rester impuissant(e) face à une situation non satisfaisante…

J’arrête de râler et je passe à l’action

Arrêter de râler, c’est justement se mettre dans une situation de prise de décision afin de générer du changement. Il est donc question de reprendre sa vie en main

Il ne s’agit pas d’accepter tout ce qui ne va pas, mais d’identifier les choses qui vous affectent ou vous énervent profondément et de leur trouver des solutions. 

Qu’est-ce que vous pouvez faire pour changer les choses ? En gros, soyez le changement que vous désirez voir autour de vous. 

Si vous n’avez aucun pouvoir sur les évènements, dans ce cas, changez votre attitude vis-à-vis de ce qui vous arrive. 

Et si vous souhaitez être accompagnée pour créer une vie à votre image, n’hésitez pas à vous inscrire à la formation en ligne offerte : « 8 étapes pour créer la vie qui vous ressemble ».  

Vos mots façonnent votre réalité

Combien de fois avez-vous entendu dire qu’il ne fallait surtout pas sous-estimer le pouvoir des mots ? Vos mots sont à l’origine de vos pensées et ces dernières façonnent votre réalité. 

Au lieu de râler, prenez le temps de mettre en avant ce qui va bien dans notre vie, les bonnes choses que vous observez au quotidien, vos accomplissements, etc. 

Le positif attire le positif selon la loi d’attraction, souvenez-vous-en ! 

J’arrête de râler : 9 conseils pratiques

Marre de brasser du noir ? Râleurs et râleuses, votre mission, si toutefois vous l’acceptez, est d’arrêter de râler en 21 jours. Ne vous contentez plus de dire « j’arrête de râler », passez enfin à l’action ! 

 J’arrête de râler en 21 jours

Arrêter de se plaindre en 21 jours consécutifs, c’est possible ! Mais pourquoi 21 ?

Car, selon les neurosciences, c’est le temps qu’il faut pour créer une nouvelle connexion dans le cerveau humain. C’est l’argument mis en avant par Christine Lewicki, coach d’entreprise, fondatrice de la société O Coaching inc. et formatrice en développement personnel

21 jours consécutifs sans râler… à condition de remettre les compteurs à zéro à chaque fois que vous flanchez. Pour ce faire, il est recommandé d’appliquer la technique de l’ancrage en psychologie

 Le lâcher-prise pour arrêter de râler

Ne plus râler exige de développer le lâcher-prise ! 

En y pensant, vous allez trouver que la souffrance vient souvent de l’écart entre vos attentes et la réalité. Autrement dit, au lieu de pester contre la terre entière lorsque vous êtes coincé(e) dans un embouteillage, mieux vaut accepter le fait de ne plus pouvoir avancer et d’être certainement en retard. 

Autorisez-vous dans ce cas de figure à profiter de cette pause au lieu de la subir. De toute manière vous n’y pouvez rien ! Méditez, chantez, écoutez un podcast… bref, profitez du moment présent. 

 J’arrête de râler et j’exprime mes besoins ! 

Au lieu de râler tout(e) seul(e) dans votre coin, prenez l’initiative d’exprimer clairement vos attentes, vos envies et vos besoins. 

N’attendez pas que les autres comprennent par eux-mêmes ou qu’ils lisent dans vos pensées. Faites entendre vos besoins en adoptant la communication non violente

Développez votre capacité d’adaptation

La capacité d’adaptation est l’action de modifier et d’ajuster sa pensée et son comportement pour les mettre en accord avec une situation nouvelle. 

Pour arrêter de râler au travail, pensez à : 

  • Comprendre et évaluer les différents points de vue
  • Ajuster votre approche en fonction des changements opérés
  • Aborder l’inconnu de manière positive et volontaire

 J’arrête de râler… Et de critiquer ! 

« J’arrête de râler » oui, mais il est également important d’arrêter de critiquer ou de vous plaindre des autres. 

Arrêtez de porter votre attention sur les choses que les gens ne font pas ou qu’ils devraient faire autrement (selon vous). Cessez d’être dans le jugement, après tout vous ne connaissez pas leur histoire.

« J’arrête de râler » : vous vous le dites souvent ? Découvrez dans cet article 9 conseils pratiques pour enfin passer à l’action !
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

 Pratiquez la gratitude

Que diriez-vous de créer une jarre de gratitude ?

L’idée est simple : chaque fois que vous râlez, vous devez écrire quelque chose qui vous rend reconnaissant(e) et le mettre dans la jarre. 

Pensez aussi à utiliser le pot de gratitude lorsque vous vous sentez déjà reconnaissant(e). Notez votre remerciement sur un morceau de papier, puis ajoutez-le au pot. 

Les bouts de papier deviennent alors des rappels des bénédictions de la vie que vous pourrez lire de temps à autre. Avouez que c’est quand même plus sympa que de simplement répéter « j’arrête de râler » !

 Éloignez-vous des râleurs(ses) 

Difficile de se dire « j’arrête de râler » quand tout le monde le fait autour de vous ? 

Si dans votre entourage, vos ami(e)s et les membres de votre famille râlent constamment pour le moindre truc, vous risquez d’être influencé(e). Vous pourriez alors retomber dans les mauvaises habitudes du jugement et de la critique. 

Comment agir dans ce cas ? Vous avez pris conscience de la toxicité de râler et de son impact négatif sur la qualité de votre vie, mais tout le monde n’en est pas encore là. 

Essayez donc d’en parler aux râleurs(ses) qui vous entourent. S’ils ne coopèrent pas, prenez simplement vos distances avec eux lorsqu’ils râlent. 

 Faites le tri chez vous

Vous l’avez probablement remarqué, vous râlez généralement à cause de futilités et jamais de gros problèmes : 

  • Les placards sont pleins à craquer
  • Les jouets des enfants traînent par terre
  • Ou encore, vous n’arrivez plus à trouver vos affaires

Il serait peut-être temps de désencombrer vos espaces de vie et/ou de travail ainsi que votre esprit. Faites le tri, ne gardez que le strict nécessaire. 

 J’arrête de râler en profitant des petits plaisirs ! 

« J’arrête de râler » c’est facile ! Prenez le temps de lister ce qui est essentiel à votre bonheur. 

Ne négligez aucune activité susceptible de vous rendre heureux(se) et vous empêcher de râler : faire la cuisine, faire une petite balade dans le parc, s’allonger dans son canapé pour lire, prendre soin de soi, etc. 

Votre objectif est d’instaurer des petits bonheurs afin de contrer les grognes du quotidien. Ainsi vous aurez moins envie ou besoin de vous plaindre. 


Arrêtez de râler, car, au final, pour passer une bonne journée, vous ne devez garder que les choses positives qui vous sont arrivées. 

Et vous ? Est-ce que vous vous répétez souvent « j’arrête de râler » ? Comment faites-vous pour ne pas trop râler au quotidien ? N’hésitez pas à le dire en commentaire et partager vos astuces avec la communauté. 

 

 

2 Comments

  1. Je suis un très très gros râleur. Enfin… j’étais un très très gros râleur.

    Aujourd’hui, ma meilleure astuce pour arrêter de râler, c’est de passer à l’action. Quand un problème se dresse sur mon chemin, je mets tout en oeuvre pour le transformer en un challenge !

    1. En ce qui me concerne, je crois qu’il est important d’écouter ce qui se cache derrière ses « râleries ». De quoi ai-je besoin ? Que faire pour nourrir ses besoins ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.