Culpabilité : 7 conseils pour la stopper et se sentir bien !

La culpabilité : ce sentiment toxique peut parfois vous gâcher la vie. Apprenez à vous en débarrasser grâce à nos 7 conseils simples à mettre en œuvre, et découvrez comment réapprécier la vie !

Vous n’arrivez pas à vous débarrasser d’un sentiment de culpabilité ? Vous avez tendance à vous faire des reproches très facilement ?

La culpabilité peut vous empêcher d’être vous-m’aime et de créer la vie qui vous ressemble. Si vous faites partie des personnes qui culpabilisent beaucoup, et qui se sentent freinées dans leur cheminement par ce sentiment, cet article est fait pour vous. Culpabilité toxique, jalousie… comment s’en sortir ? Voici nos clés pour vous en libérer !

Vous allez découvrir :

  • A quoi sert la culpabilité ;
  • Des conseils simples et efficaces pour ne plus culpabiliser.

La culpabilité, à quoi ça sert ?

Un premier message qu’il nous simple important de vous partager, est que ressentir de la culpabilité est un signe de bonne santé psychologique (voir définition de Laurent Bègue, psychologue social).

Et au-delà de cela, comme toutes les émotions et pensées moins agréables que nous pouvons expérimenter, la culpabilité est une expression de notre pouvoir de créer ce que nous choisissons de créer (bien que l’on se sente parfois prisonnière de nos créations :-)). A ce titre, écoute, accueil, et bienveillance sont des clés.

 Sentiment de culpabilité : définition et utilité

La culpabilité, bien que souvent désagréable, a aussi un bon côté (comme toutes les manifestations désagréables de l’ego que nous expérimentons). Elle sert de signal qui nous indique que nous n’avons pas agi en accord avec notre Moi.

Nous avons pensé, ressenti, dit, ou fait quelque chose qui n’est pas en accord avec notre Moi, avec notre Être (qui est nous, pleinement dans son essence, dans sa nature d’Amour). Nous avons une impression de désalignement d’avec ce qui nous est cher : notre liste de valeurs (entendues comme voix de l’âme, pas comme principes moraux), notre mission, notre nature.

Le fait est que la culpabilité joue un rôle utile car elle nous aide à prendre conscience de cette déconnexion. De cette absence d’écoute de nous-m’aime. Cette prise de conscience est la première étape qui nous permet de recadrer nos actes (pris au sens large) avec notre Être. Une fois cette conscience présente, nous pouvons alors observer tout ce qui entre dans le cadre de ce sentiment de culpabilité (ressentis, pensées, paroles, actes…), et entendre nos besoins cachés derrière cela.

Remarque : cette observation attentive est le cheminement de la grille SEPAB que nous utilisons dans nos accompagnements (formation Expérience).

 Un sentiment de culpabilité contre productif…

Le sentiment de culpabilité, dès lors qu’on s’y associe pleinement, c’est-à-dire qu’on le confond avec soi, nous enferme dans des schémas limitants, qui nous empêchent de nous éveiller à nous-m’aime : angoisse, ruminations, ressassements, pensées limitantes. Toutes ces manifestations qui sont celles de l’ego, la partie de Soi qui baigne dans la  peur.

Ce schéma limitant, lorsqu’il se répète, abîme la confiance en soi, l’estime de soi… et nous éloigne un peu plus de l’Amour inconditionnel, qui est notre nature.

Une clé pour s’en sortir consiste à prendre du recul sur le schéma qui s’installe, et à se connecter à sa possibilité de choisir : si je peux observer, c’est que je ne suis pas cela. Il y a donc de la place pour autre chose, cette place, cet espace, c’est ma liberté de créer ce que je choisis de créer.

 Se sentir coupable : un sentiment toxique

La culpabilité et le schéma limitant dont elle fait partie (ensemble de pensées, ressentis, paroles et actes associés) peuvent être installés en soi depuis longtemps. Bien sûr, plus le schéma est installé, plus la culpabilité est toxique et peut avoir un impact sur différents domaines de sa vie.

La mise en place d’un schéma limitant remonte toujours à une blessure de l’enfance : ce schéma a été mis en place dans un but de protection (c’est pourquoi l’observer et l’accueillir pleinement, en reconnaissant son intention primordiale positive, est essentiel pour s’en libérer).

Le schéma de culpabilité a été mis en place en réaction à des ressentis (vous vous êtes sentie blessée) : par exemple, si enfant, nous nous sommes sentie limitée par notre père ou notre mère, ou poussée vers la recherche de perfection, ou encore si un proche éprouvait de la jalousie envers nous, nous pouvons avoir mis en place cette protection.

Les injonctions morales (croyances limitantes collectives inconscientes), telles que « sois forte », « sois la meilleure », « dépêche-toi », peuvent également activer ce schéma, dès lors qu’elles ont occupé une place importante dans notre construction individuelle.

Alors, comment se débarrasser de la culpabilité et du sentiment qui l’accompagne ? Comment s’alléger de cette pression supplémentaire dont on se passerait bien ?

Arrêter de se sentir coupable et apprécier la vie sans se prendre la tête

Voici des conseils simples et efficaces pour pouvoir vous libérer du sentiment de culpabilité.

 La prise de conscience du sentiment de culpabilité

C’est la toute première étape cruciale pour dépasser cette émotion désagréable. Le fait de prendre conscience de ce sentiment de culpabilité est le point de départ pour commencer à le reconnaître et apprendre à l’accepter.

Ici, l’important est d’apprendre à écoute son cœur : l’écoute de Soi s’apprend étape par étape, en commençant par une écoute plus “facile” (écouter son corps, sa respiration), pour aller progressivement vers une écoute plus subtile (ses pensées, ses émotions). Vous serez ainsi à même d’identifier les émotions agréables (joie, paix, connexion, amour…) et celles qui le sont moins (attention : elles font partie de Soi).

Pour cultiver cette écoute, une piste est de prendre le temps de l’analyse, pour faire le point, et prendre du recul.

Cette première étape est réalisée ? Deuxième étape :

 Analyser les circonstances

Une fois passée la prise de conscience, nous pouvons prendre le temps d’observer le schéma de culpabilité en cause.

A ce stade, nous sommes toujours dans la phase “écoute” : pour rappel, notre approche, celle du Coaching de l’Alignement au Projet, repose sur 4 piliers du cheminement, dont le premier est l’écoute de Soi.

Observer le schéma, cela signifie identifier tout ce qui fait partie du schéma : les ressentis associés, les pensées associées, les paroles et actes associés. Observer est aussi une invitation à identifier les besoins derrière le schéma.

A ce stade de l’observation, il pourra être utile d’analyser plus finement les choses pour savoir d’où vient ce sentiment de culpabilité, grâce à de l’introspection. Par exemple, remonter dans le temps, aux premières fois où ce schéma a été activé. Ou encore qui sont les personnes dans son entourage qui nous amènent à la ressentir : s’agit-il de relations toxiques pour nous ? Les identifier avec clarté est une étape pour aller de l’avant !

Accueillir le schéma limitant

Vouloir supprimer purement et simplement sa culpabilité est contre-productif. En faisant cela, nous créerions du vide. Or, la nature a horreur du vide. Chercher à supprimer quelque chose est le meilleur moyen de la renforcer. (Si je vous dis “Ne pensez pas à un éléphant bleu”… que voyez-vous maintenant ?)

Ce qu’il est important de faire ici, c’est d’accepter pleinement. D’accueillir. Tout ce qui n’est pas agréable est l’expression de notre pouvoir créateur.

Et a le droit d’être enveloppé d’Amour : voilà une belle façon de se connecter à notre nature, même lorsque l’ego semble avoir pris le pas, non ?

Accueillir la peur, est un autre pilier de la boussole de l’alignement, notre outil de cœur, celui que nous utilisons dans notre formation Expérience. Si ces différents axes de cheminement résonnent en vous, je diffuse régulièrement une conférence formation qui vous partage en détail ce cheminement, ses nuances et ses possibilités : vous pouvez vous inscrire ici si vous êtes intéressée (et motivée par ce voyage exploration au cœur de Soi).

Modifier le schéma limitant

Pour se libérer de la culpabilité, une idée consiste à modifier le schéma, pour se défaire de la programmation mentale en place.

Pour ne plus se sentir coupable, il est possible de transformer le schéma limitant pour en créer un nouveau plus stimulant, plus aidant : qui vous aide à être qui vous voulez être, plutôt que vous limiter.

Qui est en accord avec votre être.

La culpabilité : ce sentiment toxique peut parfois vous gâcher la vie. Apprenez à vous en débarrasser grâce à nos 7 conseils simples à mettre en œuvre, et découvrez comment réapprécier la vie !
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Identifier et observer le schéma limitant permet de se connecter à l’espace qui existe entre Soi et le schéma : parce que je ne suis pas ce que je peux observer, alors je réalise que j’ai le choix.

Si je ne suis pas ma culpabilité, si je ne suis pas ce schéma limitant, qui n’est qu’une expression de mon pouvoir de créer, alors j’ai le choix de créer autre chose. ..

Cet axe de cheminement prend le nom de “Choisir l’amour” dans le Coaching de l’Alignement au Projet. L’idée consiste ici à se connecter à son pouvoir créateur, et au champ des possibles. Qu’est-ce que je peux mettre en place d’autre à la place ?

A la place de cette pensée ? A la place de cette parole ? A la place de se ressenti ? A la place de ces manifestations de mon ego ?

Nous sommes Amour, notre nature est l’Amour : tout ce qui n’est pas Amour est le fruit de notre ego, et de notre peur de manquer d’Amour.

Quelles autres réponses connectées à l’Amour, au Moi, est-ce que je peux choisir ici ? A la place de ma culpabilité et tout ce qui y est associé ?

Renforcer le schéma

Pour que le nouveau schéma prenne sa place (et devienne naturel, automatique), un outil très efficace est la visualisation.

La pensée est créatrice : le fait de penser que ce schéma se produit – le nouveau schéma connecté à votre être – produit quasiment les mêmes effets que s’il se produisait matériellement, physiquement.

Prenez le temps de visualiser que ce nouveau schéma se déroule : une situation à risque se produit, mais vous réagissez en fonction de ce nouveau schéma “choisi”, qui est en accord avec vous-m’aime.

Vivez pleinement cette visualisation comme si vous y étiez “physiquement”, avec tous ses détails.

Cela permettra au schéma choisi, conscient et connecté, de devenir une habitude, voire un automatisme… et de mettre fin à votre culpabilité.

Répéter la pratique

La clé de l’éveil à Soi est la répétition, la conscientisation de nos réalités souhaitée et vécue.

Revisualisez régulièrement la situation qui créait en vous de la culpabilité et installez le nouveau schéma.

Les ressentis associés, les pensées associées, les paroles, les actes… de votre Moi profond.

N’hésitez pas à renouveler l’opération régulièrement : la création sur la durée est la clé de votre cheminement (remarque : j’aborde ici le pilier n°4 de la boussole “Agir sur la durée”).

Prendre soin de soi : dites stop à la culpabilité !

J’aimerais vous partager une dernière chose sur la culpabilité que je constate souvent chez les personnes que j’accompagne.

Bien souvent, elles ne prennent pas de temps pour elles car prendre soin de soi est vu comme un acte égoïste, et suscite un sentiment de culpabilité important, (notamment si elles ont des enfants).

Il est important de voir le fait de prendre soin de soi et de sa vie, comme un cadeau fait à Soi, à ses proches, et au monde. Quel meilleur moyen de contribuer à un monde meilleur que se relier à Soi et chercher en Soi la voie de l’Amour ? Quel meilleur exemple pour l’Autre, pour ses enfants ?

L’image du masque à oxygène en avion est à ce titre très parlante : toujours commencer par Soi, sous peine de ne plus pouvoir se tourner vers l’Autre 🙂 Une belle image pour en finir avec cette culpabilité ?


Soyez bienveillante, indulgente avec vous-m’aime : vous méritez tout votre Amour (en réalité : vous l’êtes purement et simplement :-)).

Prendre le temps de cultiver sa connaissance de soi, apprendre à s’aimer soi-même sont la base pour aller plus loin dans cette démarche.

Au-delà, je vous invite à découvrir ma conférence pour créer la vie qui vous ressemble… et si cela fait écho, au plaisir d’accompagner votre cheminement 🙂

Vous voulez essayer ? Dites-nous en commentaire si vous bloquez sur une étape ! Une CAP coach vous répondra !

10 Comments

  1. J’ai fait certaines erreurs dans ma relation précédente et j’ai un peu de mal à me pardonner. Mon ex me les a d’ailleurs récemment reprochés. C’est donc un peu plus difficile. Merci pour cet article en tout cas !

    1. – remonte le long de ton émotion pour trouver l’origine : qu’est ce qui te gêne réellement derrière cette culpabilité ? Lorsque tu trouveras la peur racine, tu seras à l’origine.
      – il y a de bonne chance que ce soir exactement la même peur (inconsciente) que révèle les reproches de ton ex
      – cela peut être : peur de décevoir, peur d’être rejetée …
      – libére toi de cette peur. La seule solution est du faire face : de voir exactement ce qu’est cette peur. Ca ne sera pas facile. Mais avec de la volonté tu vas y arriver.

      Bon courage à toi sur ta route 🙂

  2. Je culpabilise terriblement d’avoir trahie mon conjoint et mon ex en faisant croire que je prenait la pilule alors que je la prenait pas ce qui fait que je suis tombé enceinte de mon ex ensuite j’ai avorté et il m’a quitté donc je me dis bien fait pour moi et ensuite lorsque j’ai rencontré mon conjoint il y a 12 ans je la prenait toujours pas et je lui disais que oui bien sur je suis de nouveau tombé enceinte et la fausse couche en y réfléchissant je la prenait pas parce que comme je fume j’avais peur d’avoir des soucis de santé (pillule + cigarette =très mauvais) je sais c’est lâche même très lâche donc j’ai l’impression que mes enfants ont été conçu sur un mensonge alors qu’on les a faits quand on a décidé mais j’ai tellement honte ça me détruit littéralement j’ai l’impression que je mérite pas mes enfants et mon conjoint de plus pendant des années j’ai été sur Facebook voir le profil de mes ex sans lui dire je crois que je fais pas le deuil de mes ruptures précédentes j’ai tellement honte j’arrive plus a avancer.

    1. Bonjour Lana, je vous conseil de vous poser, au calme dans un endroit tranquille, pour réfléchir par rapport à ça. De ne pas vous dire “je n’aurai jamais du faire ça” ou d’autres remarques de ce genre. De vous dire “voici ce qu’il s’est passé, j’ai fais quelques erreurs dans ma vie, mais j’assume, et je continuerai à assumer”. Et de, comme le dit cet article, de trouver la source de cette culpabilité. Allez lire d’autres articles, renseignez vous, demandez conseil aux personnes de confiance autour de vous et je vous garanti que vous allez apprendre beaucoup de choses. Bonne chance à toi.

  3. Merci d’avoir pris le temps de me répondre. Depuis cette article je développé une dépression suite à cette culpabilité toxique je suis donc sous ad je replonge constamment dans mon passé à la recherche d’erreurs que j’ai pu faire et bien j’en ai trouvé ce qui me rassure pad. J’essaie de relativiser en me disant que je referai plus les mêmes erreurs mais la culpabilité prend le dessus à chaque j’espère m’en sortir un jour. Merci pour vos conseils.

  4. Mon conjoint m’a accusé pendant 6 ans d’être infidèle chose que je n’ai jamais faite
    La situation est de ma faute car je n’ai rein fait au moment où ça aurait dû être fait
    Je me sens coupable et déçue car les 6 ans ont été un fracas total ac 2 filles
    On est séparé car c moi qui ne supportais plus qu’il m’accuse à tord
    Depuis la séparation on a eu 3 relations mais à chaque fois au bout de quelques jours j’explose et je remets la situation sur le tapis car g besoin d’en parler ac lui mais ça déraille
    Dc je pense qu’être en sa présence n’est pas bon pour moi
    Maintenant je pourrais dire qu’il est toxique pour moi et moi toxique pour lui

  5. Coucou Lana,
    Je suis le même cas que toi….une culpabilité qui me ronge et m’a mis dans problèmes d’anxiété généralisée et donc sous ad.
    J’ai 40 ans, nous avons travaillé avec mon époux 10 ans ensemble comme enseignants, avec tous les soucis que cela comporte, les disputes par divergences d’opinion…puis j’ai dérapé avec un abruti qui a profité de la situation pour venir me tourner autour…bref…J’ai très mal géré si ce n’est que je n’ai nullement voulu recommencer, pas moi, je ne suis pas comme ça je l’ai dit à mon mari après tout je devais assumer…grâce à cela, m’a heureusement pardonnée, mais cet épisode m’a fait basculer sur les crises d’angoisse, l’impression d’avoir gâché notre relation …depuis les ad ne me lâchent plus …..
    Besoin d’aide

  6. JE ME SUIS OCCUPEE DE MON UNIQUE SOEUR MALADE DURANT
    SIX MOIS SANS AUCUNE AIDE ET SANS MEME PENSER A DORMIR.
    LA SEMAINE QUI A PRECEDE SON DECES J’ETAIS EPUISEE ET IL
    M’EST ARRIVE D’ETRE .ENERVEE. AUJOURD’HUI JE LE REGRETTE.COMMENT GUERIR DE MA CULPABILITE? REPONDEZ-MOI JE VOUS EN SUPPLIE. SABRINA;

  7. Bonjour , je me suis trouvée un chien il y a quelque temps , qui ne posait pas de problème particulier au début ; De puis quelque temps , il s’était mis à”pincer ” (sans plus les gens qui passait devant son territoire ) , je ne suis malgré tout pas assez inquiétee meme si j’ai fait appel à un éducateur canin qui m’a assurée ,et je le lachais avec sa muselière afin delimiter les risques sauf qu’un soir il a réussi à l’enlevr et repincer un gamin qui a eu réellement peur ( un gamin très nerveux )
    je me suis faite insultée , cette femme a pas mal de pb avec tt lemonde mais avait malgré tout raison .J’ai été imprudente et je m’en veux horriblement . Je ne sais plus comment surmonter tout cela .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.