Ikigai : le test de vie japonais qui va transformer votre quotidien

Trouvez votre Ikigai, votre raison de vivre et de vous lever chaque matin, et déplacez des montagnes sans même vous en rendre compte !

Ikigai : connaissez-vous ce concept de vie japonais ? A dire vrai, vous le pratiquez sans doute déjà ! Toutes vos actions seraient reliées par un même point, un même but : votre Ikigai.

Dans cet article, on vous propose de découvrir :

  • Ce qu’est exactement la philosophie ikigai ;
  • Pourquoi est-ce important de trouver son ikigai ;
  • Un test ikigai en 4 thèmes ;
  • Ses limites et pièges… et 4 idées pour aller plus loin une fois que vous aurez trouvé votre ikigai !

Ce test pour trouver votre ikigai peut vous permettre de donner une orientation à votre vie. Etes-vous prête à découvrir votre ikigai ?

Qu’est-ce que l’Ikigai ?

Le mot japonais Ikigai (生き甲斐) signifie “raison d’être”, “joie de vivre”. C’est à la fois quelque chose qui nous rend heureux(se) en tant qu’individu et qui est digne, qui a de la valeur aux yeux de la société.

En résumé, l’Ikigai, c’est ce qui donne du sens à notre vie.

 Les intérêts et bienfaits de le trouver

Connaitre son Ikigai a de nombreux bienfaits. Cela nous permet :

  • D’être en parfait alignement avec nos envies profondes.
  • D’avancer chaque jour en évoluant dans une vie qui nous ressemble, une vie pour laquelle nous sommes faite.
  • D’améliorer sa connaissance de soi ;
  • D’en apprendre plus sur ce qui nous anime, ce qui nous donne envie de nous lever chaque matin, et le mettre au centre de notre vie.

 Ikigai, une philosophie de vie

À Okinawa, au sud du Japon, l’expression Ikigai est souvent utilisée pour exprimer une forte passion, celle qui anime toute une vie. D’après Dan Buettner, qui en a parlé dans un talk pour Ted, l’Ikigai serait l’une des raisons de la longévité des Japonais à Okinawa.

Dans leur livre « La méthode Ikigai », Hector Garcia et Francesc Miralles, deux spécialistes du Japon, dévoilent la force de ce concept qui pousse à trouver « ce pour quoi la vie mérite d’être vécue ».

Notre approche, le coaching de l’alignement au projet, repose sur l’idée forte d’identifier sa contribution, comme clé pour s’éveiller à soi-même. L’idée de contribution comporte quelques différences majeures avec l’Ikigaï, que j’évoquerai en dernière partie de cet article (limites et pièges de l’ikigaï).

L’Ikigai, bien plus qu’un hobby

L’ikigai est un concept à mettre au centre de notre vie. C’est une partie de soi, de sa personnalité. S’il peut être réalisé en pratiquant une activité ou en poursuivant un idéal, nous pouvons aussi le trouver dans des activités bien plus simples – comme la communication avec les autres, le soin aux autres… Il y aurait autant d’Ikigai qu’il y a d’hommes et de femmes sur cette planète.

Par exemple, si vous aimez écrire, il est possible que cette passion soit un des axes de votre véritable ikigai. Cela pourrait être le partage, et écrire ne serait qu’un outil de ce partage.

Comment trouver son Ikigai : la méthode

Avant de vous lancer dans le test pour trouver votre Ikigai, quelques précisions s’imposent.

 Pourquoi est-ce important de le trouver ?

Vous vous demandez peut-être à quoi cela sert de trouver son Ikigai, si vous le pratiquez déjà au quotidien sans en avoir conscience ? Eh bien, il vous aide à savoir quelle est votre place, et à tout mettre en œuvre pour enfin l’occuper, chaque jour.

L’ikigai vous aide :

  • A développer votre potentiel en vous connaissant mieux ;
  • Et il enrichit aussi, par effet ricochet, la vie de votre entourage.

En effet, lorsque nous pratiquons des actions en accord ou liées à votre Ikigai nous aurions une motivation énorme, capable de nous faire déplacer des montagnes. Cela nous aide aussi à comprendre les éléments qui rythment notre vie et à leur donner un ordre nouveau.

Plus encore, cela permet de donner un sens à sa vie et une cohérence aux différentes actions de notre existence. Nous aurions moins l’impression de nous éparpiller puisque nous connaissons le fil directeur de notre vie. Ce concept est notamment très intéressant pour :

  • Les personnes qui cumulent plusieurs passions ;
  • Celles qui se sentent perdues dans leur vie ;
  • Ressentent un certain mal-être ;
  • Ou ont du mal à trouver des activités en accord avec elles-mêmes.

 L’état d’esprit à adopter pour trouver son Ikigai

Faire son Ikigai demande du temps, de l’expérience et une petite dose de connaissance de soi. Il s’agit d’oser être soi, en se regardant et se questionnant sur ce que nous aimons faire. Sans se juger. Ni se mentir. Ce qui passe également par un travail d’acceptation de soi.

S’il était nécessaire de le préciser, voici 3 bonnes raisons de ne pas chercher à devenir quelqu’un que nous ne sommes pas :

  • Les autres sont déjà pris, ce serait passer à côté d’un belle nuance de vie avec toute sa richesse ;
  • Nous avons quelque chose d’unique et de spécial à offrir (un des fondements du coaching de l’alignement au projet) ;
  • Enfin, parce que notre Ikigai serait quelque chose que nous pratiquons déjà : nous n’avons juste pas encore réalisé à quel point il était présent dans notre vie.

Pour vous aider à trouver votre Ikigai, lisez les questions de la partie suivante et répondez-y en toute honnêteté.

Trouvez votre Ikigai, votre raison de vivre et de vous lever chaque matin, et déplacez des montagnes sans même vous en rendre compte !
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Test pour trouver son Ikigai en 4 thèmes

Répondez aux questions de ce test Ikigai à l’aide de mots (noms, actions, verbes), de sensations, d’envies, de rêves.

Faites-le par écrit ou à l’oral. Votre esprit devrait trouver, à l’issue de ce test, un dénominateur commun à toutes vos réponses : ce point commun, ce serait votre Ikigai.

 Thème #1 du test Ikigai : trouver ce que vous aimez

  • Qu’est-ce que vous aimez ?
  • Quelles sont les choses que vous aimez faire dans la vie ?
  • Qu’est-ce qui vous donne l’envie de vous lever le matin ?
  • Et qu’est-ce qui vous motive, même quand vous n’avez envie de rien d’autre ?

 Thème #2 du test Ikigai : trouver votre talent

  • Quel est votre talent ?
  • Si le mot talent vous fait peur (syndrome de l’imposteur, quand tu nous tiens !), demandez-vous dans quoi vous vous sentez à l’aise ?
  • Dans quel type d’activité n’avez-vous pas vraiment d’effort à faire pour réussir ?
  • Dans quel type de situation recevez-vous régulièrement des compliments ?

 Thème #3 du test Ikigai : trouver vos valeurs

  • Quelle cause défendez-vous ?
  • Vous sentez-vous lié(e) à l’environnement, aux animaux, aux enfants, aux autres femmes ?
  • Quelles sont les injustices qui vous rendent tristes et vous donnent envie de réagir ?
  • Dans quelles associations êtes-vous engagé(e) ou aimeriez-vous être engagé(e) ?

 Thème #4 du test Ikigai : trouver votre contribution

  • Que pouvez-vous apporter aux autres ?
  • Quel talent mettez-vous ou aimeriez-vous mettre à la disposition des autres ?
  • Pour quel type d’actions sont-ils prêts à vous payer ?

Prenez le temps de répondre. C’est un vrai rendez-vous avec vous-même que ce test vous invite à faire.

Que faire après avoir fait le test Ikigai ? 4 idées pour le mettre à profit !

Savoir et connaitre n’est pas suffisant. Après la théorie, place à la pratique ! Ce qui va rendre ce test pour trouver son ikigai vraiment pertinent, c’est le fait d’utiliser le résultat au quotidien en l’appliquant dans différents domaines de votre vie.

Les plus téméraires d’entre vous pourront tout lâcher pour se rapprocher au plus près des activités qui les font vibrer. Les autres peuvent accomplir de grandes choses sans transformer leur vie du tout au tout. En bref, l’étape qui suit le test, maintenant que vous avez trouvé le vôtre, c’est la mise en application dans votre quotidien !

 #1 – Trouver une activité liée à votre Ikigai

En toute honnêteté, il n’est pas évident de tout lâcher du jour au lendemain pour donner plus de sens à sa vie. Une solution réaliste pour démarrer ce cheminement peut être de trouver une activité qui vous apporte de la satisfaction au quotidien en vous permettant de pratiquer votre Ikigai.

Par exemple, en écrivant des articles de blog ! Si l’écriture est une de vos passions et que le partage est votre ikigai, vous pouvez partager quotidiennement avec des lecteurs(trices). C’est une activité qui peut se faire en parallèle d’un travail rémunéré. Cela peut permettre de vous sentir aligné(e) par rapport à vos aspirations sans mettre en danger votre équilibre financier.

 #2 – Réserver du temps à votre passion

Dans la même veine que le conseil précédent, il est important de trouver dans votre emploi du temps un moment à réserver pour votre Ikigai. Le but : vous permettre d’apporter régulièrement de la joie à votre vie en vous réservant du temps pour vous et votre passion.

Pour cela, commencez par viser une plage horaire hebdomadaire. Cela peut être une heure le samedi après-midi par exemple. Vous pouvez augmenter à une plage horaire quotidienne si vous en avez l’opportunité (et l’envie !).

 #3 – Faire de son Ikigai un travail

Vous rêvez de sauter le pas et de transformer votre Ikigai en travail pour gagner votre vie tout en étant accompli(e) ? C’est un joli pari !

La reconversion professionnelle pour créer son activité ou l’imaginer différemment est la voie choisie par de plus en plus d’hommes et de femmes épanoui(e)s !

 #4 – Rester en harmonie toute sa vie : le plus grand défi

Ce qui complique un peu le concept de l’Ikigai, c’est qu’il ne sera pas le même à 20 ans et à 70 ans. Au cours de votre vie, votre Ikigai évolue en même temps que vous. Et c’est en réalité une très bonne chose, puisque cela signifie que vous changez, que vous ne stagnez pas. Alors, il faut rester à l’affut et à l’écoute de ce qui vous anime. Restez en harmonie avec votre Ikigai à chaque étape de votre vie.

Cela signifie que, pour (re)trouver votre Ikigai, vous devrez perpétuellement vous remettre en question, refaire le test et vous demander ce :

  • Que vous aimez ;
  • Dont le monde a besoin ;
  • Pour quoi vous être vraiment doué(e) et motivé(e) ;
  • Qui fait sens pour vous…

Votre Ikigai, qui se trouve à la croisée de ces 4 questions, devra vous accompagner au quotidien dans vos missions de vie. Alors, pour (re)trouver votre Ikigai, il est important de savoir où vous en êtes. Faire le point sur votre vie, sur les motivations qui vous poussent à vous lever chaque matin est absolument indispensable pour réussir à vivre une vie qui colle à vos envies profondes.

Pièges et limites de l’Ikigai + par où commencer ?

Plusieurs années de formations, d’accompagnements individuels et collectifs, et d’exploration personnelle, m’ont permis de concevoir une méthode d’accompagnement unique, le coaching de l’alignement au projet… Et d’identifier quelques limites aux approches telles que trouver sa passion, sa mission de vie, ou son Ikigai.

1er piège / limite :  l’ego spirituel…  

Vouloir des résultats rapidement, simplement, en répondant à quelques questions. Avoir une vision utilitariste du développement personnel, comme s’il y avait un déclic ou une révélation facile à avoir, et qu’au-delà de cela, tout allait être différent.

La vérité, c’est qu’il faut apprendre à s’écouter en profondeur, une écoute de plus en plus fine et subtile pour aller rencontrer son Être et trouver sa contribution (remarque : la contribution dans l’approche du CAP conjugue valeurs – expressions de l’âme, talents, épreuves de vie, et besoin commun).

2ème piège / limite :  rester dans le mental…

Avoir une conception des valeurs très “morale”, ce qui est bien ou pas bien,  ce que je dois mettre dans ma liste de valeurs pour qu’elle soit complète et retrace ce qu’il “faut” faire et être… C’est un piège dans lequel beaucoup tombent,  et qui rend la recherche – et la connaissance – superficielles.

3ème piège / limite : rester dans le “faire”

Qu’est-ce que j’aime faire, qu’est-ce que je pourrais faire comme activité pour être payée en retour… autant de questions proposées – de par mon expérience – un peu tôt dans le chemin vers Soi.

Le point de départ, n’est-ce pas l’être, le ressenti, la vibration ?

4ème piège / limite : oublier notre zone d’ombre…

Et si nous n’étions pas là par hasard ? Et si nos épreuves avaient un sens ?

Et si notre premier rôle consistait à faire naître de l’ombre la lumière ? Observer, accueillir, s’éveiller à soi, en s’appuyant sur sa zone de magie… et sa zone d’ombre.

C’est un des axes clés pour trouver sa contribution, que d’accueillir TOUT ce qui nous constitue.

Par où commencer maintenant ?!

À partir d’aujourd’hui, et si vous preniez la décision de placer votre plus belle contribution au cœur de votre quotidien ? Et si vous décidiez de vous épanouir en la laissant entrer vraiment dans votre vie, en la laissant amener tous les changements qui vous semblent justes ? Qu’est-ce qui pourrait se passer, si vous preniez la décision de laisser ce qui vous anime gouverner votre quotidien ?

Si vous osez vous engager dans cette voie, si cela résonne en vous, si cette approche, celle de l’ikigai, et celle de ses limites, fait écho à votre propre parcours, à vos propres expériences, alors je vous lance ici une invitation à prolonger le voyage, au cœur de votre Être, profond, infini, mystérieux, passionnant 🙂

Pour vous accompagner dans ce voyage, j’ai préparé une conférence – formation en ligne. J’y parle des étapes clés pour réussir à vivre une vie qui vous ressemble au quotidien, une vie passionnante, une vie inspirante. Pour vous inscrire, c’est ce lien qu’il faut suivre.


Au-delà de donner un sens à votre vie et à vos actions, trouver votre plus belle contribution, c’est explorer, découvrir votre nuance de vie, et l’offrir au reste du monde : quel plus beau cadeau pourriez-vous vous faire maintenant ?

Connaissiez-vous ce concept ? Avez-vous fait le test ? Quel est le vôtre ? N’hésitez pas à le partager dans les commentaires ci-dessous !

7 Comments

  1. Bonjour,
    Je suis très contente d’être tombée sur cet article, c’est exactement ce qu’il me faut en ce moment ! Je cherche depuis longtemps à mettre un mot sur ce que je cherchais en moi, etle voici enfin : mon ikigai. Merci pour cet article, c’est très clair et cela va probablement changer ma vie..
    (Je n’ai pas encore trouvé mon ikigai, je vais essayer de mettre un commentaire quand ce sera le cas)

  2. bonsoir
    votre article est très intéressant et très clair
    j’aime communiquer avec les autres , informer, partager mes connaissances pour que les gens soient bien
    j’aime étudier je le fais par plaisir
    je suis curieuse mais ce n’est pas les recherches qui m’animent c’est l’envie de partager avec les autres ce que j’ai appris et que j’expérimente
    mon ikigai c’est la recherche d’harmonie déjà pour moi sur tous les plans (corps âme esprit) et après le partager
    Michèle

  3. Merci pour cet article. Il est riche en informations et très bien rédigé.
    Je sais maintenant comment occuper mon temps de trajet dans le métro : me lancer à la découverte de mon ikigai.
    Cap pour un nouveau départ !

  4. Il me semble que l’ikigai serait le noyau autour duquel tourne ta vie.
    Très intéressée et reconnaissante pour cet article.
    Louise-Michelle

  5. Bonjour,
    Je suis contente vraiment contente pour l’information sur L’Ikigai. J’aime apporter du bonheur aux autres en le faisant,je me sens à l’aise, fière de moi. Mon ikigai est donc l’amour du prochain. Je vous adore,merci pour cet article.

  6. Bonjour , j ai découvert mon ikigai , il y a 18 mois et j ai décidé de me lancer , en candidat libre pour passer un cap tapissier garnisseur en siège . Pas simple au fond de la campagne avec déjà un travail et une famille que je n ai pas envie de quitter … mais je m accroche. Ainsi je passe des soirées sur des fauteuils , le temps passe très très vite , mais j adore ce que je fais, et j ai eu la chance de rencontre 2 femmes qui aiment transmettre. J espère que toutes celles qui souhaitent trouver leurs voies , y arrivent. J aime beaucoup beaucoup lire tous vos articles et me réjouis de voir que c est votre ikigai et que vous le faite avec votre coeur . Bravo !

  7. C’est le sens que l’on va donner à sa vie intuitivement, inconsciement.
    En faisant le bilan de son parcours, au bout de quelques années ou moins, si on est en difficulté, on en prend conscience.
    Depuis toute petite je voulais aider. Et c’est ce que j’ai toujours fais, tant en privé , dans associations, que professionnellement.
    Et j’ai fondé une grande famille de 6 enfants . Avant de mourir je serai fière d’avoir comblée ma vie d’amour.
    Pasquamour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.