Tristesse : s’en sortir en 5 astuces clés

5 moyens simples et efficaces pour lutter contre la tristesse et la mélancolie. Oubliez d’être triste avec nos astuces et conseils.

Qu’est ce qui nous rend triste ? Et comment s’en sortir quand la mélancolie nous étreint ? Certes, il n’y a pas de mal à être triste et à exprimer ses sentiments : pleurer lorsqu’on se sent triste libère et aide à se relâcher.

Mais il faut aussi prendre garde à la tristesse, car si elle s’installe elle peut parfois devenir chronique amener à la dépression.
Mais alors, comment lutter contre la tristesse et arrêter d’être mélancolique ? Comment cesser d’être triste et oser vivre ? Suivez nos conseils qui vont alléger, et de loin, le poids sur vos épaules.

1. D’où vient la tristesse ?

2. Quels sont les facteurs qui engendrent la tristesse ?

3. Comment prendre soin de sa tristesse et la soigner ?

1. Savoir ce qui vous affecte

Mieux vous connaître pour comprendre les raisons qui font que vous êtes triste, c’est la base de tout. Il faut que vous vous posiez les bonnes questions lorsque cette tristesse apparaît : pourquoi je suis triste ? Qu’est ce qui me heurte, me déçoit, m’angoisse ? Est-ce un sentiment de déplaisir, de honte, de culpabilité ou une impression confuse ?

Pleurer la perte d’un proche, s’attrister d’un projet qui tombe à l’eau ou s’inquiéter à propos d’une circonstance qui nous fait peur est une chose normale.

Parfois, vous aurez plus de mal à comprendre les raisons de votre mélancolie. Lorsqu’il y a une accumulation de raisons qui vous rendent triste, les choses se mélangent dans votre esprit et deviennent confuses. C’est alors qu’il faut savoir faire la part des choses, mettre un nom, une raison, une justification sur ce qui est à l’origine de votre tristesse : quelque chose que votre conjoint vous a fait, le sentiment de ne pas faire ce qui vous plaît mais plutôt ce que les autres attendent de vous, une désillusion…
Cela n’est pas toujours facile à discerner, car la tristesse n’a pas qu’une seule couleur. C’est une gamme complète de couleurs qu’il faut savoir interpréter.

2. Apprenez de vos moments de tristesse

Le sphinx renaît toujours de ses cendres dit-on ? Et vous, pourquoi ne pourriez-vous pas vous relever d’un échec, d’un sentiment d’abandon ou d’une période difficile ?
Ménagez-vous, trouvez ce qui peut vous aider à vous changer les idées et à vous libérer de votre tristesse.

Vous avez le droit d’être triste mais l’idéal est de transformer ces moments de doute et de mélancolie en force. Comment procéder ? Si l’attitude de quelqu’un vous affecte, transformez cette tristesse en donjon : faîtes-vous un rempart qui vous permettra de ne pas subir et souffrir mais qui vous aidera plutôt à vous opposer, à prendre de la distance. Vous saurez mieux comment prendre les choses et contrer les obstacles alimentent votre tristesse.

Restez en mouvement

Il est crucial que vous restiez active et que vous ne laissiez pas la tristesse vous terrasser. Ne restez pas cloîtrée chez vous. Ne restez pas repliée sur vous-même à ressasser vos peurs.
Rassemblez vos forces et ne vous laissez pas anéantir, en pleurant au fond de votre lit ou en ruminant sur votre canapé. Sortez de chez vous. Marchez, faites du vélo, respirez… prenez l’air pour avoir une nouvelle perspective sur ce que vous vivez.
La terre tourne, les choses changent, demain est un autre jour et le fait de bouger pour prendre du recul va vous permettre d’avoir un autre regard sur ce qui vous arrive.

5 moyens simples et efficaces pour lutter contre la tristesse et la mélancolie. Oubliez d’être triste avec nos astuces et conseils.
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Comme on dit, il n’existe aucune soirée qui n’ait pas été vaincue par le matin suivant. Aucune peine n’est éternelle, et que ce qui vous fait souffrir aujourd’hui ne vous affectera pas pour toujours. Vous devez comprendre la tristesse comme un moment de réflexion, un moment où il est temps de poser son regard sur soi-même pour se soigner, pour réparer ses blessures : prenez les décisions qui vous aideront à aller de l’avant. Cette réflexion apportée par la tristesse doit nous permettre d’ouvrir les yeux et de nous guider vers la bonne direction. Vous devez rassembler votre courage pour l’emprunter. N’oubliez pas que vous méritez d’être heureuse : par peur de prendre des décisions, vous pourriez un jour ressentir de la frustration, ou voir apparaître des regrets. Il ne tient qu’à vous de renforcer votre estime de vous et de ressortir plus forte de ces moments difficiles.

Osez demander de l’aide

Vous n’êtes pas obligée de vous en sortir seule. Une main tendue et une épaule sur laquelle pleurer peuvent parfois être d’une aide inestimable. Tournez-vous vers les bonnes personnes, celles qui savent écouter, qui sauront trouver les mots appropriés pour vous rassurer, vous recevoir… et vous apporter de l’aide. La solitude est parfois bénéfique, mais n’est pas toujours bonne solution lorsque la tristesse gagne du terrain!

Faites monter l’espoir peu à peu

Les épisodes de tristesse doivent être des moments d’apprentissage, de choix de nouvelles directions et de consolidation.

Quand vous vous levez le matin, donnez-vous des objectifs concrets qui vous motivent : ils doivent vous aider à sortir de chez vous ! Pour cela, se lancer dans de nouvelles activités, de nouvelles découvertes est une bonne solution : peinture, yoga, danse… Qu’est-ce que vous n’avez jamais tenté ? Choisissez des activités qui occupent à la fois votre esprit et votre corps !


Et vous, quelles sont vos astuces pour gérer la tristesse au quotidien ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.