Mal-être au travail : 5 symptômes à ne pas négliger et comment s’en sortir

Le mal-être au travail est un problème réel. Découvrez comment reconnaître ses symptômes et comment agir avant qu’il ne soit trop tard !

Le mal être au travail peut-il être surmonté ? Sans hésitation, la réponse est un grand OUI ! Mais encore faut-il commencer par le détecter…

Dans cet article, nous avons choisi de répondre à toutes les questions que vous vous posez afin de vous permettre de reprendre votre vie professionnelle en main :

  • Qu’est-ce que le mal-être au travail ?
  • Comment détecter la souffrance au travail ?
  • Comment sortir du mal-être au travail ?
  • Qui contacter en cas de souffrance au travail ?

Qu’est-ce que le mal-être au travail ?

Puce rose Mal-être au travail et conception du travail

Certaines personnes pensent que mal-être et travail n’ont rien à faire ensemble. Ces personnes pensent que, dans le travail, il est question du FAIRE, quand l’ÊTRE relèverait davantage de la vie personnelle.

Cette vision colle plutôt bien avec une représentation ancienne du travail, à savoir le métier-labeur. Il faut travailler durement pour gagner sa vie.

Pour autant, depuis quelques années, une nouvelle vision du travail a commencé à émerger : le travail-passion. Il est important de s’épanouir dans son travail. Cette représentation du travail nous permet d’intégrer l’idée de trouver un emploi en adéquation avec notre alignement spirituel. Elle nous permet également de prendre en compte de plus en plus sérieusement les répercussions du mal-être au travail sur la vie globale des individus

Puce rose C’est quoi le mal-être au travail ?

Le mal-être au travail renvoie à une souffrance en lien avec l’activité professionnelle. Le critère principal pour le reconnaitre tient donc à ce point d’origine ciblé.

Pourquoi le préciser ? Tout simplement parce que tous les domaines de notre vie sont intrinsèquement liés ! La souffrance au travail va se répercuter sur notre vie personnelle (relation de couple, santé…). Mais, à contrario, une souffrance personnelle peut également se répercuter sur la vie professionnelle !

Le mal-être au travail renvoie bel et bien à une souffrance liée… au travail ! Et, comme vous allez pouvoir le découvrir, ses causes peuvent être multiples…

Puce rose Quelles sont les causes du mal-être au travail ?

Le mal-être au travail peut avoir différentes sources, bien qu’elles soient généralement entremêlées :

  • Un désalignement : ce que vous accomplissez chaque jour ne cadre pas avec vos valeurs et ne vous permet donc pas de vous épanouir. Lorsque le conflit de valeur est trop important, la souffrance occasionnée peut atteindre la limite du supportable…
  • Une surcharge de travail et/ou un manque de ressources : votre volonté de bien-faire décline alors peu-à-peu et les symptômes du burn-out commencent à se faire sentir.
  • Un manque de travail et/ou une sensation d’ennui au travail : le bore-out peut également être à l’origine d’un mal-être au travail.
  • Une mauvaise ambiance de travail : conflits avec les collègues et/ou la hiérarchie.

Comment détecter la souffrance au travail ?

Tout comme le mal-être personnel, la souffrance au travail a pour particularité de pouvoir demeurer cachée très (trop ?) longtemps. Pour vous aider à détecter une situation de mal-être au travail, voici une liste de symptômes qui pourront vous alerter :

  • Hyper émotivité : irritabilité, humeur changeante, tristesse…
  • Perte d’envie : baisse de la motivation, procrastination, lenteur excessive dans la réalisation des tâches, envie de ne rien faire…
  • Symptômes physiques : maux de tête, migraines, nausées, douleurs articulaires, voire parfois apparition de pathologies chroniques.
  • Comportements addictifs : jeux, consommations…
  • Isolement social : agressivité, besoin de rester seul.e…

Dès lors que vous constatez l’apparition et surtout le maintien au-delà d’une semaine de l’un de ces symptômes, il est important que vous commenciez à prendre en compte votre souffrance pour en limiter les impacts à long terme. Pour cela, le mieux est de faire le choix de ne pas rester seul.e !

Comment sortir du mal-être au travail ?

A présent que vous savez ce qu’est le mal-être au travail et comment le détecter, place à notre mode d’emploi pour pouvoir le surmonter… Nous vous présentons dans cette partie 5 clés qui vous seront indispensables pour avancer.

Puce rose Détecter et accepter son mal-être au travail

Comme vous l’avez surement déjà compris, la première étape consiste à détecter son mal-être au travail. Sauf que… Détecter ne suffit pas, encore faut-il l’accepter !

En effet, bien souvent, nous voyons bien que quelque chose ne va pas. Mais nous choisissons de fermer les yeux. C’est juste une fatigue passagère, ça ira mieux demain. C’est moi qui ne suis pas assez compétent.e…. Face aux symptômes de notre souffrance, nous trouvons tout un tas de « bonnes explications » qui, au final, nous détournent d’une prise en charge correcte.

La première clé réside dans l’acceptation de ce que nous sommes en train de vivre. Dès lors, le mal-être ressenti devient un cadeau, un signal d’alarme qui nous permet de remettre notre vie sur les bons rails, et non plus uniquement un fardeau.

Puce rose Prendre son temps avec bienveillance

Pour surmonter et se remettre complètement d’une situation de mal-être au travail, il existe deux facteurs qui ne doivent pas être négligés : le temps et la bienveillance. Guérir prend du temps. C’est un cheminement dans lequel s’engager avec bienveillance si l’on souhaite reprendre sa vie en main :

  • Accepter que l’on ait eu besoin de temps pour prendre conscience que quelque chose n’allait pas ;
  • Rester bienveillant.e envers soi-même malgré les hauts et les bas qui jalonneront notre route ;
  • Accepter les erreurs éventuelles qu’on aura pu commettre durant ce parcours…

Cette clé est essentielle, parce que nous avons trop souvent tendance à nous évaluer par la négative, à juger chacune de nos « faiblesses », chacun de nos « faux pas ». Pour pouvoir guérir, il est important de comprendre que temps et bienveillance sont deux alliés précieux !

Puce rose Mieux se connaitre pour sortir du mal-être au travail (et éviter d’y replonger)

Une troisième clé qui nous semble importante : booster sa connaissance de soi. Pourquoi est-ce important ? Parce que, comme nous l’avons vu, l’alignement est devenu un critère de choix pour mener une vie professionnelle épanouie. Et pour créer le métier de vos rêves, il est indispensable que vous ayez connaissance de qui vous êtes et de ce qui est important pour vous !

Apprendre à mieux se connaitre est d’ailleurs le sujet de la formation-conférence en ligne offerte : « 8 étapes pour créer la vie qui vous ressemble ». Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à réserver votre place sans plus tarder en cliquant ici

Puce rose Comprendre et respecter son écologie personnelle

Chacun.e d’entre nous dispose d’un rythme et de besoins qui lui sont propres. Cette avant-dernière clé pour surmonter un mal être au travail consiste à intégrer leur prise en compte dans nos activités quotidiennes (tant professionnelles que personnelles d’ailleurs).

Il s’agit ici de comprendre comment nous fonctionnons pour pouvoir travailler tout en respectant son écologie personnelle :

  • Durée de nos blocs de travail : certaines personnes peuvent rester concentrées deux heures d’affilée sans s’épuiser, alors que d’autres personnes préfèreront des blocs plus courts (par exemple, méthode Pomodoro).
  • Pauses : leur nombre, leur durée, ce que l’on fait pendant celles-ci…
  • Equilibre vie professionnelle / vie personnelle : certaines personnes auront besoin de consacrer davantage de temps à leur métier, alors que d’autres préfèreront privilégier leur vie personnelle. Ce besoin est important à prendre en compte parce qu’il peut devenir un grand facteur de mal-être s’il n’est pas respecté.
  • Etc…

Puce rose Se faire accompagner pour surmonter sa souffrance professionnelle

La dernière clé que nous avons choisi de vous partager dans cet article est celle-ci : ne restez pas seul.e !

De façon générale, s’isoler quand ça ne va pas, est tout simplement une façon de rester seul.e avec sa souffrance : nos pensées tournent alors en boucle dans notre esprit et nous rentrons dans une sorte de spirale infernale qui nous attire irrémédiablement vers le bas !

La raison principale est que nous pensons que l’autre ne pourra pas nous comprendre ou, pire, qu’il va nous juger négativement… La peur du regard des autres devient alors un frein à notre propre guérison. Mais vous voulez connaitre un secret important ? Le nombre de personnes qui seront disposées (et en capacité) de vous aider est bien plus grand que vous ne le pensez ! Et nous allons vous le montrer dans la dernière partie de cet article…

Mal-être au travail : à qui en parler ?

Vous l’avez compris, pour surmonter un mal-être au travail, vous devez apprendre à faire appel aux bonnes personnes. Celles-ci peuvent être de plusieurs types :

  • Médecins ;
  • Accompagnants ;
  • Employeurs ;
  • Proches.

Puce rose Le mal-être au travail et les services de médecine compétents

En premier lieu, sachez que vous pouvez faire appel à votre médecin généraliste et/ou à votre service de médecine du travail. Ces professionnels vous permettront par exemple de :

  • Solliciter un arrêt de travail, qui vous permettra de prendre le temps de faire le point par exemple, de récupérer…
  • Demander la mise en place d’un aménagement de votre poste de travail.

Demander de l’aide n’est pas toujours évident, cela nous donne parfois l’impression de n’être pas compétent.e, voire même d’être feignant.e. Mais gardez bien en tête qu’il n’est pas du tout question de cela. Si vous vous retrouviez cloué.e au lit à cause d’une grosse fièvre, vous accepteriez l’idée de prendre du repos. Le mal-être au travail, bien qu’il puisse s’agir d’une souffrance principalement psychique, doit être pris tout autant au sérieux.

Puce rose Coachs et thérapeutes pour combattre le mal-être au travail

Comme vous l’avez vu, apprendre à se connaitre est important pour guérir. Cela vous permet de :

  • Dénouer vos croyances limitantes ;
  • Prendre conscience de vos forces ;
  • Accueillir toutes ces choses que vous jugiez jusqu’à lors comme négatives (émotions, épreuves de vie…) ;
  • Trouver votre contribution ;
  • Etc…

Pour cela, rien de tel que de choisir de vous faire accompagner par des professionnels !

Puce rose Mal-être au travail : faut-il en parler à son employeur ?

Cette question n’est pas toujours évidente… Pourtant, votre employeur peut devenir un allié dans votre parcours de guérison. Mais pour cela, vous serez l’unique juge !

S’il existe des conflits entre vous et votre patron, ou si celui-ci s’est déjà montré fermé face à une situation de ce type pour un autre de vos collègues, ou tout simplement si vous ne souhaitez pas lui faire part de votre situation, alors sachez que vous n’avez aucune obligation à le faire. D’ailleurs, en cas d’arrêt maladie, votre employeur ne sera pas informé de la cause de celui-ci (celle-ci ne figurant pas sur son exemplaire de l’arrêt).

En revanche, si vous avez toujours eu de bonnes relations avec votre employeur et/ou que vous pensez que celui-ci pourra entendre votre demande, alors n’hésitez pas à lui en parler. Vous pourrez ainsi peut-être mettre en place des solutions auxquelles vous n’aviez pas pensé !

Puce rose Faire appel au soutien de ses proches

Dernier type de soutien mais pas des moindres : vos proches. Entourez-vous un maximum de relations positives et inspirantes, qui seront un soutien indéniable tout au long de votre route !


Le mal-être au travail est une réalité qu’il ne faut pas prendre à la légère ! Vous disposez désormais de toutes les clés dont vous avez besoin pour parvenir à le détecter et le surmonter.

Et vous ? Avez-vous déjà souffert de mal-être au travail ? Comment vous en êtes-vous sorti.e ? Partagez vos expériences avec nous en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.