Les 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz

Les 4 accords toltèques ce sont les 4 grands principes de la connaissance toltèque pour appliquer cet art de vivre au quotidien, en mode simple et efficace. Je vous avoue que ce livre était sur mon étagère depuis bien longtemps, et que l’avis négatif de mon chéri à son sujet ne m’a pas franchement incité à le lire plus tôt. Mais comme vous avez été nombreuses à m’en parler, dans vos commentaires, et sur le groupe des participantes du programme, et bien, j’ai décidé de le lire l’esprit ouvert, en laissant de côté ce qu’on m’en avait dit (et paf, en plein dans l’accord n°3!). Dans cet article, vous découvrirez ce que sont les 4 accords toltèques, et comment les mettre en pratique au quotidien.

Les 4 accords toltèques: bizarre bizarre…

J’avoue ne pas avoir été emballée immédiatement par ce livre… et l’avoir finie enchantée, le sourire aux lèvres, le cœur plein d’amour, apaisée et sereine. Je n’exagère même pas 🙂

 

Ce qui peut à mon avis rebuter les lectrices, et ce serait dommage, c’est le ton de l’auteur. Ce n’est pas notre façon de nous exprimer. Nous pesons nos mots, nous nuançons beaucoup, et là, les mots sont forts, les expressions paraissent exagérées, à celles qui n’est pas encore convaincues par tout cela.

Don Miguel Ruiz emploie des termes forts et un peu caricaturaux : « Rêve de la planète », « Paradis », « Enfer », « Miroir de fumée », « Livre de la Loi », « Guerre », « Parasite », « L’ange de la Mort »…

Nous sommes complètement dans l’erreur et dans la souffrance, à cause du « Livre de la Loi » qui est l’ensemble des fausses croyances que nous avons et qui nous empêchent d’être heureuses, et d’aimer librement.Nous vivons en Enfer, et n’avons donc pas à craindre d’y aller, nous y sommes déjà… Bref, c’est parfois un peu fort!

Si je pouvais faire passer un message avant sa lecture, c’est simplement de ne pas s’arrêter à ces expressions et ce ton catégorique qui peuvent effrayer les non-initiées 🙂

Pourquoi les 4 accords toltèques vont nous sauver la vie…

La connaissance toltèque part du principe que nous ne sommes pas heureuses, parce que nous ne sommes pas libres d’être nous-mêmes, et d’aimer. Nous sommes « domestiquées » dès notre enfance pour entrer dans un rêve, le « rêve de la planète », qui comprend toutes les règles de la société, ses croyances, ses lois, des religions. Notre éducation entretient ce rêve. On capte notre attention et nous enseigne ce qu’on doit croire. Enfants, nous croyons donc tout ce qu’on nous dit, nous obéissons, nous adhérons. Nous sommes punies, nous cherchons des récompenses, alors au bout du compte nous devenons des copies des croyances de nos parents, de la société. Puis nous prenons le relai et nous critiquons nous-mêmes.

Et le problème, c’est que notre système de croyances est faux à 95% : il est basé sur la peur, la violence, la souffrance, la colère. Alors nous cherchons une vérité plus belle… mais elle est déjà en nous. C’est simplement notre système de croyances qui nous empêche de le voir.

Pour être heureuses, il faut rompre les mauvais accords passés avec soi-même, ceux érigés sur la peur et adopter les 4 accords toltèques.

Les 4 accords toltèques N°1 : que votre parole soit impeccable

Notre parole a un pouvoir créateur: ce que nous rêvons, ce que nous pensons, ce que nous sommes se manifestent par la parole. Elle est plus qu’un mot ou un son, elle est notre capacité à nous exprimer et à communiquer. Selon l’usage qu’on en fait, elle peut créer l’enfer ou le paradis, nous asservir ou nous libérer.

La parole est une graine, et l’esprit humain est très fertile: un mot peut changer une vie.

Chaque être humain a un pouvoir immense, avec sa parole. Si elle réussit à capter notre attention, la parole peut changer une croyance.

Être impeccable, c’est ne rien faire contre soi-même. Or, si je me sers de la parole contre quelqu’un, c’est en réalité à Moi que je fais du mal. Au contraire, si je vous aime, vous m’aimerez aussi. Avoir une parole impeccable, c’est l’utiliser dans le sens de l’amour pour soi. C’est changer ses habitudes qui consistent souvent à utiliser la parole dans le mauvais sens pour médire, critiquer, détruire.

Ce premier des 4 accords toltèques n’est pas sans rappeler les principes de la Communication Non Violente, ni d’ailleurs du bouddhisme. Bref, beaucoup de bon sens: accord à adopter en urgence!

Je m’engage à conclure ce premier accord : ma parole sera impeccable.

Les 4 accords toltèques N°2 : quoiqu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

Si quelqu’un m’insulte, son insulte ne me concerne pas, elle le concerne, lui. Si j’en fais mon affaire personnelle, c’est que je lui donne mon accord. Pourquoi est-ce que je pense que c’est mon affaire? Peut-être que je m’accorde trop d’importance personnelle? Il vit dans son monde, et ne connaît pas le mien. En réalité, ce que les autres disent, pensent ou font n’ont rien à voir avec moi.

Si j’en fais une affaire personnelle, je m’expose à ceux qui pratiquent une mauvaise parole. Si je sais ce que je suis, alors le regard des autres importe peu. Ce que les autres pensent ou ressentent reste leur problème. Si j’en veux à quelqu’un car il m’a blessé, en réalité, je me blesse toute seule, ce sont mes propres plaies qui réagissent. Je suis confrontée à moi-même, ma colère, ma peur. Car quand on n’a pas peur, alors on aime, et on trouve tout merveilleux.

D’ailleurs, cela marche aussi pour nos petites voix intérieures critiques: lorsque notre esprit dit son opinion à notre sujet, nous avons le choix de le croire ou non.

Quand on ne fait plus une affaire personnelle de ce qui nous arrive, alors on ne souffre plus qu’on nous mente, on sait que l’autre le fait par peur. Notre colère disparaît, notre tristesse aussi. Nous sommes libres, nous pouvons dire « je t’aime », « oui », ou « non » sans avoir rien à craindre.  Quoi qu’il arrive, ne jamais en faire une affaire personnelle. Nous ne sommes pas responsables des actions d’autrui, seulement des nôtres.

Je m’engage à conclure ce deuxième accord : quoiqu’il arrive, je n’en ferai pas une affaire personnelle.

Les 4 accords toltèques N°3 : ne faites pas de supposition

Nous avons tendance à juger, à interpréter les raisons d’agir d’autrui, ensuite nous les prenons personnellement et enfin nous médisons pour nous venger (les accords sont étroitement liés).

Il vaut mieux poser des questions que faire des suppositions… sinon, on ne perçoit pas les choses telles qu’elles sont et on invente un scénario qui n’est pas la réalité. Ou alors, on attend des autres qu’ils devinent nos attentes, ce qui crée beaucoup de tensions.
Nous faisons des suppositions parce que nous avons besoin de comprendre, d’expliquer. Et la  supposition la plus importante que nous faisons, c’est que les autres pensent comme nous pensons, jugent comme nous jugeons. Poser des questions, demander, est le meilleur moyen de ne plus avoir besoin de faire de suppositions.

Nous n’osons pas être nous-mêmes avec les autres car nous avons peur qu’ils nous jugent comme nous nous jugeons nous-mêmes.

Je m’engage à conclure ce troisième accord : je ne ferai plus de supposition.
les 4 accords toltèques
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Les 4 accords toltèques N°4 : faites toujours de votre mieux

Ce ne sera pas toujours le même « mieux », suivant les jours, mais si l’on fait de son mieux, on se met à l’abri de la culpabilité (faire trop peu) et de l’épuisement (faire trop). Faire de son mieux, c’est agir parce qu’on en a envie, et non par obligation. C’est aimer ce qu’on fait, et la récompense en retour est alors bien plus grande. C’est s’accepter et apprendre de ses erreurs.

Être dans l’action, c’est vivre pleinement, exprimer qui l’on est.

Ne pas apprécier ce qui se passe à l’instant même, c’est n’être qu’à moitié vivant.

Faire de notre mieux, c’est aussi le meilleur moyen de mettre en pratique les 3 premiers accords toltèques, parce qu’il ne sera pas possible de tout faire parfaitement dès le début. Patience et bienveillance 🙂

Désormais, vous pouvez conclure l’engagement suivant: à partir de maintenant, je choisis d’honorer les 4 accords toltèques.

Faire la guerre au parasite en 3 étapes

Sommes-nous libres? Non… la liberté c’est être libre d’être qui nous sommes vraiment.

Et qui nous empêche d’être libre? Nous-mêmes.

Enfants, nous vivons simplement l’instant présent, puis les responsabilités, les croyances, le Juge et la Victime font irruption. Alors nous agissons pour être acceptés par les autres et plus pour nous faire plaisir. Le problème c’est que beaucoup d’entre nous n’avons même pas conscience de ne pas être libres.

Nous devons donc déclarer la guerre au parasite (je précise: il s’agit de notre système de croyances basé sur la peur!).

1) L’inventaire

Pour cela, on peut commencer par lister tous les mauvais accords que l’on a passés, toutes ces croyances limitantes basées sur la peur qui nous freinent dans notre développement. Et s’engager à les remplacer par les 4 accords toltèques. En n’oubliant pas ce principe clé (que j’aurais aimé avoir inventé!) :

C’est la répétition qui fait le maître.

2) Pardonner

Les humains souffrent d’une maladie mentale appelée peur, dont les symptômes sont toutes les émotions négatives que nous ressentons.

Or, bien qu’on n’en soit pas convaincue, ce n’est pas cela, l’état normal de l’esprit.

Pour guérir, il faut d’abord commencer par pardonner, à ses proches puis à soi-même.

3) Embrasser la mort

C’est garder à l’esprit que tout change… et que notre passage sur Terre est éphémère. J’ai tant de chance d’être en vie, j’en profite pour être moi-même.

Je n’ai rien à craindre, je ne serai peut-être plus là demain. Cela permet aussi de relativiser et de se prendre moins au sérieux, et n’est à nouveau pas sans ma rappeler les principes du Bouddhisme.

« Vois-tu, tout ce que tu crois avoir m’appartient, ce n’est pas à toi. Et je peux te le reprendre à chaque instant. »

Pourquoi j’ai fini Les 4 accords toltèques enchantée

Don Miguel Ruiz nous propose une visualisation, celle de notre vie idéale… qu’il appelle « Le nouveau rêve ».
Visualisez… tout est Amour partout autour de vous, vous êtes vous-même, vous aimez, et n’avez pas peur d’être jugée. Vous pouvez vivre dans cet état de grâce, d’amour, si vous le décidez et agissez en conséquence. Il n’y a aucune raison de souffrir, la seule raison pour laquelle nous souffrons est que nous l’avons choisi…

J’ai terminé cette lecture en imaginant que tous les objets autour de Moi rayonnaient d’amour, et cela m’a énormément inspirée. Parce que quoi que je lise, quoi que j’écrive, j’en reviens toujours à l’amour.

En bonus, le livre s’achève sur des exemples de prières à réciter, et j’ai trouvé cela très beau, très poétique, très doux. (Et mon sourire béat qui revient…)

Les 4 accords toltèques: et maintenant, je fais quoi?

Bien sûr, c’est toujours pour moi le principal écueil des livres de développement personnel que nous lisons. Nous avons comblé le fossé entre le non-savoir et le savoir… Comblerons-nous le fossé entre le savoir et le faire?

A vous maintenant de dresser un petit plan d’actions pour que les 4 accords toltèques ne restent pas des expressions, des concepts dans un coin de votre tête, mais votre nouvel art de vivre.

As-tu déjà lu les 4 accords? As-tu apprécié ce livre, et a-t-il changé ta façon de vivre?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

3 Comments

  1. J’avais déjà entendu parler de ce livre qui est plébiscité un peu partout sur internet !
    Merci de ton analyse, je vais enfin comprendre les conversations sur ce sujet ! Je ne connaissais pas le principe d’éviter de faire des suppositions mais il m’enchante car c’est vraiment mon quotidien de poser des questions et d’expérimenter !
    Je mets ce livre sur ma liste d’attente de futures lectures !
    Merci
    Lucien

  2. Bonjour Mylène. Merci pour ce super résumé des 4 accords toltèques.

    Je ne l’ai pas lu pour les mêmes raisons dont tu parles au début de l’article : les retours assez durs que j’ai eus de ce livre. Certains disent que c’est un livre très léger, qui se contentent de reprendre des basiques. D’autres personnes même sont en colère car ils ne veulent pas concevoir que s’ils souffrent, c’est eux qui le choisissent. Je peux comprendre leur colère car c’est un message fort que nous délivre l’auteur.

    Je suis vraiment ravie d’avoir lu ton résumé car ta curiosité et ton ouverture d’esprit m’ont inspirée. De plus, les messages que tu as compris de ce livre m’intéressent : aller au de-là de nos croyances, ne pas râler sans cesse, se sentir libre du regard et des actions des autres et faire de notre mieux.
    Voila de belles bases dans la vie.

    Est ce que tu connais le livre J’arrête de râler de Christine Lewicki ? Ce livre m’a beaucoup aidée pour appliquer du mieux que je peux un des accords toltèque : avoir la parole impeccable.

    Merci encore pour ce résumé rempli de beaux enseignements.

  3. J ai lu ce livre il y a plusieurs années déjà. Cela a été une révélation à l époque!
    Depuis, j’essaye d’appliquer les accords au mieux. Ce n est pas toujours facile.
    Mais j ai remarqué que cela désamorce beaucoup de situations.
    Ne pas prendre pour soi les remarques agressives des autres permet de changer sa façon de voir les conflits. On est moins égocentristes, et on deviens plus attentifs aux souffrances des autres…. et aux manières de les résoudre (ou pas, mais au moins on a vu le problème…)!
    J’ai prêté le livre à une amie, qui n a pas du tout réussi à passer le cap du vocabulaire. Elle a trouvé le livre « gnangnan ». Moi je trouve plutôt qu il est en accord avec lui même, en pratiquant une parole directe, sans faux semblant ni fioritures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *