Petit Manuel de résistance contemporaine de Cyril Dion : 3 étapes vers un monde meilleur

Le petit manuel de résistance contemporaine de Cyril Dion nous explique pourquoi il est essentiel de reprendre la responsabilité de notre vie, et ce, dès aujourd’hui. Découvrez les 3 étapes vers un monde meilleur sans plus attendre !

Pourquoi ce « Petit manuel de résistance contemporaine » ? Reprendre la responsabilité de sa vie, c’est redevenir consciente de ce que l’on fait, dit et pense au quotidien. Contrairement à ce que certains peuvent penser, une démarche de développement personnel n’est pas égoïste. Car plus on revient profondément à soi, plus on se sent liée au reste du monde et à son environnement. Et notre planète va mal, même si bien souvent on préfère ne pas entendre ce message qui nous submerge. Je le comprends et je suis moi-même concernée par cette envie de dire « chhhhuuuuuuutttttt ».

Mais depuis quelques semaines, cette responsabilité me fait cogiter. Et pour ne pas rester sur des constats pénibles, mais plutôt me tourner vers l’avenir, je me suis procurée le « Petit manuel de résistance contemporaine » de Cyril Dion. Voici donc, concrètement, le pas-à-pas en 3 étapes pour un monde meilleur.

Mise en garde avant de lire cet article

C’est un article différent que j’écris ici. Ils me touchent tous, mais celui-ci me remplit d’émotions. J’aimerais que vous en fassiez une lecture active : je l’ai choisi parce qu’il nous demande de participer. Ce n’est pas un livre qu’on lit, qu’on referme, et qu’on range.

C’est un livre qu’on réfléchit, et qu’on crée 🙂

D’ailleurs, vous allez voir à la fin de cet article, que j’ai besoin de vos retours.

On passe à l’action ensemble ?

Qui est Cyril Dion, l’auteur de ce « Petit manuel de résistance contemporaine » ?

Vous le connaissez sûrement à plusieurs titres : Cyril Dion a co-fondé avec Pierre Rabbi le mouvement Colibri et la revue Kaizen. En 2015 il a également écrit et co-réalisé le film « Demain », que j’avais personnellement adoré. C’était un film qui mettait en lumière les alternatives au désastre écologique : des écoles différentes, plus tournées vers les talents de ses élèves et les métiers manuels, des potagers au cœur des villes, la permaculture…

J’avais beaucoup aimé sa manière d’approcher la question, tournée vers des propositions positives, et pas simplement vers la critique de ce qui est fait.

Car nous avons avant toute chose besoin de savoir où nous devons aller, et pas simplement de savoir ce que nous ne devons plus faire. C’est l’un des principes que j’ai retenu, notamment du livre de Napoleon Hill « Réfléchissez et devenez riche » : avoir une idée précise de l’objectif qu’on veut atteindre.

Pourquoi parler de résistance contemporaine ?

Le parallèle avec l’idée d’organiser une résistance comme pendant la seconde guerre mondiale n’est pas anodine 🙂 Bien qu’il ne soit pas vraiment ici question de désobéissance civile. Il n’est pas question d’aller contre les lois, mais simplement de prendre conscience d’une chose : la politique dans son fonctionnement actuel mène droit au désastre écologique.

Donc, nous ne pouvons pas nous contenter de ce qui est fait au niveau réglementaire… Il faut que chacun et chacune prenne sa part de responsabilité. En matière de développement personnel, c’est pareil. Je le dis souvent : n’attendez pas de quelqu’un d’autre vous accorde du temps pour prendre soin de votre vie. Vous avez une responsabilité dans ce que vous vivez…

C’est vrai à l’échelle de votre vie, c’est vrai à l’échelle de votre environnement 🙂

La question centrale du « Petit manuel de résistance contemporaine »

C’est LA question clé à laquelle il faut réfléchir. Personnellement, j’ai cogité et identifié pas mal d’actions concrètes : votre avis et vos propres idées sont attendues en commentaire.

Il y a une chose qui m’interpelle vraiment en matière d’écologie : pourquoi est-ce si difficile de nous faire entendre raison ?

C’est la question centrale que se pose Cyril Dion dans son ouvrage. Et je la trouve essentielle, comme lorsque je parle d’objectifs et de motivation, et que j’ai vraiment le sentiment que c’est le cœur du développement personnel.

Comment s’y prendre pour que la prise de conscience et l’envie d’agir se diffusent ?
Car c’est vraiment une catastrophe. Et les manifestations écologiques mondiales attirent moins de monde que la mort de Johnny Hallyday (Et je n’ai rien contre Johnny Hallyday bien entendu).

2 extraits qui m’ont bouleversée

Ce livre a vraiment éveillé quelque chose en moi, et il y a notamment quelques phrases clés qui me parlent tout particulièrement.
Le fait de penser au monde auquel je prépare mes enfants, petits-enfants, et les suivants, est un motivateur très puissant.

« Que la lecture de ce livre vous transmette l’envie d’être utile. De participer à un moment dont nos enfants se souviendront : celui où nous avons décidé de ne pas renoncer. »

« Imaginez, si l’ensemble de l’énergie productive et créative des personnes qui travaillent chaque jour sur la planète n’était pas concentrée à faire tourner la machine économique, mais à pratiquer des activités qui leur donnent une irrépressible envie de sauter du lit chaque matin, et que cette énergie soit mise au service de projets à forte utilité écologique et sociale… Il y a fort à parier que le monde changerait rapidement. »

Je ne comprends pas pourquoi « quelques degrés en plus » sont un désastre pour l’écologie…

Très honnêtement, je dois reconnaître que jusqu’ici, je ne voyais pas trop la gravité du problème. En fait, mieux comprendre ce qui se passe est indispensable pour réagir.
Même si je veux tourner cet article vers l’action, voici juste quelques conséquences très probables de ce qu’il va se passer prochainement.

D’abord, 2 petites mises au point : on a entendu parfois quelques négationnistes annoncer que le réchauffement climatique aujourd’hui n’est plus d’actualité. Or, aucun scientifique ne peut plus nier cette évolution.

Autre chose : parfois, on entendait d’échéances très lointaines, qui représentaient une bonne raison de ne rien faire. Aujourd’hui, on sait que les dégâts vont être importants d’ici quelques années, et peut-être à leur apogée dans 20 ou 30 ans.

Je ne sais pas vous, mais moi je ne serai pas si vieille que ça, dans 20 ou 30 ans, et mes enfants n’auront même pas mon âge 🙁

Alors, que risque-t-on à avoir quelques degrés en plus ?

Attention cette partie fait peur 🙂

Et je sais que c’est dur à imaginer car nous vivons dans des zones où tout va bien, ou tout n’a jamais été aussi bien. Mais ce confort a un coût…

Quelques degrés en plus risquent de :

– rendre plus difficiles les cultures (rendements diminués)

– déplacer en masse des populations de leurs zones devenues trop chaudes

– créer des tensions, voire des conflits (pour les ressources en eau notamment)

Le petit manuel de résistance contemporaine de Cyril Dion nous explique pourquoi il est essentiel de reprendre la responsabilité de notre vie, et ce, dès aujourd’hui. Découvrez les 3 étapes vers un monde meilleur sans plus attendre !
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Comment organiser une résistance contemporaine : pas-à-pas en 3 étapes

Cyril Dion était tellement positif dans son film « Demain », que je me suis sentie assez démunie en lisant cette partie. J’ai eu l’impression que la situation était beaucoup plus grave que ce qu’il nous avait montré.

Voici le pas à pas en 3 étapes qu’il propose, pour lutter chacun et chacune à notre niveau et prendre soin de notre environnement.

Petit manuel de résistance contemporaine #1 : Comprendre et identifier les grandes croyances qui font tenir le système actuel

J’ai l’impression d’être une rebelle quand j’écris ça 🙂

Je vous parle de plus en plus souvent des croyances. Il est important d’en prendre conscience, car de ces croyances découlent toutes nos pensées et toutes nos actions.

On peut agir sur chaque pensée, on peut agir sur chaque action, mais pour avoir un effet plus global, plus détendu, plus profond, il est indispensable d’agir sur ses croyances.

Pour Cyril Dion, il y a trois grandes croyances qui font tenir les choses telles qu’elles sont, malgré les dégâts qu’elle peuvent causer :

— Pour assurer la croissance qui est indispensable, il faut gagner sa vie et consommer, pas question donc de rêver et de faire ce qu’on aime.

Ici il y a deux choses différentes pour moi : d’abord, qu’il faut gagner sa vie et donc s’asseoir sur ses talents et ce qu’on aime. Ensuite, que plus on consomme, plus on sera heureux et plus le monde se portera bien

— Pour supporter cela, il faut avoir une vie de divertissement. Passer plusieurs heures par jour sur des écrans, même si cela diminue les relations sociales et augmente les risques de dépression.

Ici, j’ai vraiment repensé ici au livre de Laurent Gounelle « le philosophe qui n’était pas sage ».

— Laisser le monde politique décider pour nous, se déconnecter des grandes décisions, en pensant qu’on est vraiment en démocratie.

Personnellement, j’avoue être totalement déconnectée de la politique. J’ai toujours eu l’impression que le changement viendrait du bas, même si j’ai bien compris en lisant son livre que c’était faux. Le changement doit venir de partout à la fois pour être réellement impactant.

Petit manuel de résistance contemporaine #2 : Créer de nouvelles visions

« Changer d’histoires pour changer l’Histoire ».

Pour emmener les gens, les inciter à se mettre en mouvement, il faut avoir une vision claire de ce que nous voulons, d’où nous allons. Les histoires sont un carburant pour tous. Elles créent les croyances et les actions.

C’est exactement ce que Cyril Dion a fait avec son film « Demain ». C’est exactement ce que nous apprennent les sciences de l’éducation, ou encore le marketing.

J’ai l’impression qu’il y a deux idées clés dans cette proposition :

La première, c’est le pouvoir des histoires, de l’imaginaire, de l’émotionnel dans notre vie.Ce qui est aux commandes dans notre cerveau n’est pas tant la logique, le rationnel, mais plutôt nos émotions. Les histoires suscitent en nous ces émotions : la peur, la tristesse, la joie…

Une fois que nos émotions sont entrées en action, alors nous organisons les choses pour agir et aller dans ce sens.

C’est pour cela que de nombreux outils de motivation reposent sur la visualisation, le fait de s’immerger pleinement dans un objectif par exemple, ou un souvenir.

Deuxième idée, c’est l’importance de créer un modèle positif de changement (vers quoi on veut aller), plutôt que de reposer toutes les communications sur la critique de l’existant (ce qu’il ne faut plus faire).
C’est comme un objectif : il faut le formuler en positif pour que l’image imprègne notre cerveau et nous mette en état de marche.

Cyril Dion le dit : il faut de nouvelles visions du monde. Que vous soyez artiste, que vous soyez entrepreneur, réfléchissez et créez de nouvelles visions dans votre thématique.

Des visions qui permettent de ralentir la destruction de la planète, en consommant moins et mieux, en apprenant à revenir à soi. Remettons les relations humaines au cœur du système, et non le matériel.

Des visions qui permettent de développer notre résilience, c’est-à-dire créer des circuits pour être moins dépendant d’une crise (qui arrive quoiqu’on en dise), en étant mieux organisée et plus autonome au niveau local : produits locaux, autosuffisance énergétique, recyclage, monnaie locale, communauté soudée.

Des visions qui permettent de régénérer la planète : plantations, permaculture, protection des océans.

Petit manuel de résistance contemporaine #3 : Retenir que chaque geste compte

À tous niveaux dans notre vie, chaque geste compte. Même si ce n’est pas suffisant et que ça n’évite pas toutes les catastrophes, il est indispensable de mettre son énergie au service de cette précieuse vie.
Simplement pour pouvoir regarder nos enfants dans les yeux et leur dire : « j’ai fait tout ce que j’ai pu ».

Que ce soit à titre personnel, en multipliant les gestes écologiques (je préparerai un autre article récapitulatif sur cette question).

Que ce soit à titre associatif, en rejoignant des associations et des fondations de défense des espèces ou de la nature.

Ou encore sur le plan politique, en interpellant nos élus, nos députés.

Que ce soit à titre professionnel, en réfléchissant à comment on pourrait mettre à profit ses talents et ses compétences professionnelles et personnelles au service de l’humain et de l’environnement.

Un dernier conseil de l’auteur : pour agir sur la durée et diffuser les messages au plus grand nombre, il faut commencer par de petits combats. Des petites choses du quotidien, des petits challenges : zéro TV, 5 minutes par jour, des petits gestes écologiques…

Petit manuel de résistance contemporaine #4 : Le brainstorming des filles Zen

Parce que ce livre invite réellement à la réflexion, et que j’aimerais vous montrer que plein de choses concrètes sont possibles, j’ai fait une petite liste de toutes les choses que je pourrais mettre en place à titre personnel, pour défendre ce qu’on pourrait appeler le plus grand défi de l’humanité.

Je vous invite à cogiter de votre côté et à commenter ensuite cet article pour enrichir notre bibliothèque d’idées communes.

  • Préparer une chronique du livre le « Petit manuel de résistance contemporaine», de Cyril Dion (Check)
  • Lancer une série d’interviews sur toutes celles et ceux qui ont des visions différentes et respectueuses pour l’avenir
  • Lancer une série YouTube sur les petits gestes écologiques qu’on peut adopter au quotidien
  • Écrire un article sur ces petits gestes
  • Écrire une newsletter consacrée au plus grand défi de l’humanité
  • Prévoir un live Facebook avec un expert du sujet
  • Proposer des thèmes d’articles plus axés sur l’environnement
  • Devenir bénévole dans une association ou une fondation
  • Faire des dons à des associations
  • Soutenir des projets inspirants, tel que celui de pin-up bio, (je vous en reparlerai)
  • Lancer un collectif de blogueurs influents sur cette thématique
  • Trouver des marques de vêtements éthiques et bio
  • Investir dans les énergies renouvelables
  • Orienter mon projet d’accompagnement au développement d’activité en ligne sur les projets à forte valeur ajoutée écologique et humaine
  • Proposer un paiement en nature de mes formations, contre une contribution positive selon les talents de chacun
  • Soutenir et présenter chaque mois un projet de start-up à valeur ajoutée écologique et social
  • Investir dans des monnaies parallèles telles que l’ethereum
  • Relayer un maximum les initiatives inspirantes : vidéo, livre recueil, film, podcast
  • Lire l’autre livre de Cyril Dion « Demain, un Nouveau Monde en marche »
  • Lancer une série de décryptage de nos gestes quotidiens : ce que je fais et ce que je vois VS ce qui se passe en réalité, en remontant le fil de fabrication.
  • Lancer régulièrement des mini challenges : une journée sans les réseaux, une journée zéro déchet, une journée sans écran…
  • Pour Les éditions des filles zen, créer un projet d’entreprise
  • Donner un % des bénéfices de l’entreprise à des associations vertes
  • Organiser un Think tank des visions alternatives et positives du monde (Écologistes, sociologues, scientifiques, enseignants, coachs et thérapeutes…)

Voici comment j’ai réagi au « Petit manuel de résistance contemporaine », de Cyril Dion. J’espère très fort vous donner l’envie de participer à ce mouvement ! A votre tour de commenter ou de me contacter via la boîte « contact » pour partager vos idées d’actions.

Petit Manuel de résistance contemporaine de Cyril Dion : 3 étapes vers un monde meilleur
3.5 (70%) 2 votes

1 Comment

  1. Waw super cet article ! C’est clair que quand on s’informe, la masse de boulot peut faire peur !
    Mais il ne faut pas perdre pieds et rester focus sur ce qui est faisable à notre échelle.
    Dans notre cas, nous sommes devenus véganes (pour les animaux ET pour l’environnement), nous passons tout doucement au zéro déchets (ou en tout cas à des alternatives durables : verres, bois, achats en vrac,…), et nous achetons faire trade dès que l’on peut et on pense quand même un peu à notre santé en achetant bio ^^
    On essaie d’éviter la fast fashion, d’aller vers un style de vie plus minimaliste (et non, on ne se prive pas ^ ^).
    On fait nos produits ménagers et cosmétiques.
    J’ai l’impression que tout cela n’est pas grand chose, mais quand je compare avec mes beaux-parents ou même mes parents, je vois que ce que l’on fait n’est pas anodin.
    On essaie d' »éduquer » les personnes qui nous sont chères et les faire changer, mais pour certaines l’impact espéré n’est pas au rendez-vous… Alors on continue pour leur prouver que c’est possible, qu’on vit bien et qu’on ne s’en porte pas plus mal !
    Un podcast sur les idées/gestes au quotidien, interviews etc… ça ne te tente pas d’en créer un ? Perso j’adore les podcasts et c’est un média qui a un certain succès… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.