L’art de la simplicité

Saviez-vous que le pauvre est celui qui possède beaucoup de choses ? Oubliez tout ce que la société d'aujourd'hui vous a inculqué. Découvrez « L’art de la simplicité » de Dominique Loreau : avec ce livre, il réinstaure les bases pour une vie plus saine et conforme à nos besoins.

L’art de la simplicité, un mode d’emploi (qui n’en est pas vraiment un) qui nous apprend à vivre de manière saine, élégante, luxueuse, chic, harmonieuse et zen, sans appartenir à la société de surconsommation qui nous pousse à dépenser toutes nos économies.

L’art de la simplicité, c’est un livre qui nous rééduque en corrigeant nos comportements ainsi que notre perception des choses.
Apprendre à estimer la véritable valeur des objets matériels, à privilégier la qualité à la quantité et surtout apprendre que la richesse est dans le détachement ainsi que dans dépossession. C’est ça le but premier de cette œuvre.
Un livre sans prétention aucune, en toute simplicité, dont je vous propose aujourd’hui une petite chronique 😊

L’art de la simplicité selon Dominique Loreau

« Simplifier, cela revient à embellir », « moins, c’est plus », « être riche c’est posséder le moins d’objets possible », « les délices de la paresse » ou encore « recevoir plus qu’offrir ».

Ce sont là des phrases qui sonnent, à nos oreilles d’occidentales conditionnées, comme contradictoires, fausses, prétentieuses ou encore insensées. Et pourtant, elles constituent quelques-uns des principes du minimalisme, du savoir-vivre et du mieux vivre.

L’art de la simplicité, c’est un livre dont le titre, justement simple, ne laisse rien prédire, mais dont le contenu est riche en enseignements, en principes, en conseils et en moralités.

Que vous dire de plus sur ce livre, si ce n’est que je l’ai lu en une journée et demie. 316 pages en moins de 48h, qui dit mieux ?

L’art de la simplicité est un livre très facile à lire.

Le ton de l’auteur est convivial, voire amical. On croirait avoir une discussion avec sa copine.

Le vocabulaire employé par Dominique Loreau est simple, et ses explications et exercices le sont aussi !

Étant installée au Japon, pays du zen, elle nous fait découvrir ce mode de vie à travers ses expériences personnelles. Elle n’hésite pas non plus à inclure dans son écrit différentes références littéraires, spirituelles, cinématographiques ou encore musicales qui se rapportent à cet art de vivre.

Il est devisé en 3 parties, dont chacune est dévissée en quelques chapitres et chaque chapitre en titres et sous-titres. Cette répartition permet aux lectrices de se retrouver, de lire, de s’arrêter, de reprendre sans perdre le fil des idées.

Chaque chapitre traite d’un des aspects du minimalisme. Beauté, mode, nutrition, argent, relations humaines ou encore spiritualité, tout y est.

On y trouve même quelques recettes de soins naturels ainsi que quelques rituels de beauté que je vous invite vivement à découvrir.

L’art de la simplicité, un livre qui se lit sous sa couette, au coin d’une cheminée, dans un parc ou même en vacances.

Matérialisme et minimalisme

Ø  Matérialisme

La société de consommation dans laquelle nous vivons et évoluons au quotidien fait que nous possédons trop de biens matériels, trop de choix, trop de tentations, trop de désirs, trop de nourriture, et ce, au point de tomber dans un excès de matérialisme.

Est-ce mal ? Les excès n’ont jamais été bénéfiques pour quiconque ; donc oui, l’excès de matérialisme est un piège dans lequel il ne faut pas tomber.

Quant à celles qui se sentent coincées dans ce mode de vie de surconsommation, ne vous inquiétez pas, vous pouvez y remédier.

Le poids des possessions au sens propre et figuré

Nombreuses sont celles qui associent, consciemment ou non, leur identité et l’image qu’elles ont d’elles-mêmes à ce qu’elles possèdent.

Elles ressentent le besoin d’amasser, d’acquérir, d’accumuler et de collectionner, sauf que ce besoin n’est pas sans conséquence. Avec le temps, ces personnes croulent sous le poids de leurs possessions.

Combien de choses utilisez-vous au quotidien non pas parce qu’elles vous sont nécessaires ou indispensables, mais parce que vous les avez en votre possession ?

D’après L’art de la simplicité, l’indécision et accumulation n’aident pas non plus dans le processus de libération. Les personnes qui sont indécises ont tendance à accumuler les choses, car elles ne sont pas capables de se défaire de leurs possessions.

Je vous l’accorde, cela requiert de l’effort. À vrai dire, ce n’est pas le fait de se débarrasser qui est le plus difficile, mais juger de ce qui est utile ou inutile. Cette difficulté s’explique par la peur du changement ou encore par la culpabilité de gaspiller.

Mais qu’est-ce que le gaspillage ? Se débarrasser d’une chose qui ne nous sert à rien ? Au contraire, c’est en gardant cette chose que l’on gaspille !

Je possède beaucoup de choses : qu’éliminer, que garder ?

Trop de choses nous envahissent, nous emportent et nous détournent de l’essentiel. Notre esprit devient alors à son tour encombré de plein de vieilleries accumulées, tel un grenier.

Qu’éliminer, que garder ? Telle est la question.

Vous devez apprendre à jauger avec méthode et vérité chacun des objets que vous possédez. Définissez leur utilité, leur univers d’appartenance ainsi que leur valeur ajoutée.

Quels sont vos besoins essentiels ? Sachant qu’il faut un minimum pour vivre et assez pour bien vivre.

Un lit, une table de chevet, une bougie, pourraient être une réponse, ajoutant à ce tableau une plante et deux objets décoratifs afin de nourrir notre âme et satisfaire notre besoin de beauté, de confort et de sécurité.

Avec L’art de la simplicité, vous apprendrez à savoir à quoi se résume votre minimum à vous.

Les excès de matérialisme : comment s’en libérer ?

Pour vous libérer des excès du matérialisme, vous devez avant tout comprendre que posséder davantage que le strict minimum revient à se charger de nouveaux malheurs, de nouvelles responsabilités.

Gardez-en tête que refuser de posséder trop, c’est pouvoir apprécier pleinement tout ce qui apporte des joies spirituelles, émotionnelles ou encore intellectuelles.

Faites une liste personnelle et détaillée de toutes vos possessions. Cela vous aidera à sélectionner ce qui est utile de ce qui ne l’est pas. Puis, jetez donc ce qui est inutile ou trop usagé, donnez ce qui peut servir à des associations caritatives et revendez les biens dont vous ne vous servez pas ou très peu.

Tout ce que vous possédez devrait se réduire à vos essentiels, devrait vous servir à vous uniquement et devrait pouvoir être transportable par vous-même.

De ce fait le mobilier, n’est pas considéré comme une de vos possessions.

Attention : Chacune de vos possessions devrait vous rappeler que vous n’avez besoin de rien d’autre qu’elle et que c’est son utilité qui la rend si précieuse ; que sans elle vous ne pourriez pas “fonctionner” normalement !

Ø  Minimalisme

La maison : non à l’encombrement

Votre maison devrait être un lieu de repos, une source d’inspiration, une aire thérapeutique. Votre maison est l’antistress de la ville.

Elle est une protection matérielle et psychologique, aussi bien pour le corps que pour l’esprit.

Désencombrez votre maison pour avoir un intérieur idéal. À ce propos qu’est-ce qu’un intérieur idéal ?

C’est un habitat qui nécessite un minimum d’entretien, de rangement et de travail, et ce, tout en apportant à l’habitant confort, calme et joie de vivre.

Mettez votre maison à la diète en simplifiant la mobilité entre les différents espaces, ou encore mieux, faire de 3 petites pièces une grande si possible.

Débarrassez-vous de tout ce qui ne sert à rien et refusez tout ce qui ne fonctionne pas correctement.

Rappelez-vous : nous sommes l’espace dans lequel nous vivons. C’est en créant un environnement conforme à nos aspirations les plus profondes que nous réussissons à orchestrer le lien existant entre notre moi intérieur et notre moi extérieur.

Ma garde-robe minimaliste : style et simplicité

Un style personnel sait dire non aux excentricités de la mode. Il marie ce que vous portez et ce que vous êtes ; le style habille votre corps, mais également la pensée.

La mode change, mais le style reste, la mode s’achète, mais le style se possède… bref, le style est un don.

Plus une femme prend de l’âge, plus elle devrait épurer son style. Une garde-robe sobre et classique rend aisé le choix de sa tenue dès le matin.

Trouver son style n’est pas toujours évident. Pour se faire, je vous recommande de choisir vos vêtements en fonction de l’image que vous avez de vous-même et de celle que vous voudriez donner aux autres.

Pourquoi donner tant d’importance à un bout de tissus ? Pour de nombreuses raisons que je résume comme suit :

  • Le style est ce qui habille la pensée
  • Le vêtement est au corps ce que le corps et à l’esprit
  • Être bien habillée apporte la paix intérieure et la considération
  • Les vêtements ont le pouvoir magique de changer notre humeur et comportement
  • Vos vêtements parlent de vous avant même que vous commenciez à palabrer

Dans L’art de la simplicité, les vêtements doivent donc refléter ce que nous sommes de l’intérieur, tout en restant seyants et fonctionnels.

Simplifier sa garde-robe, comment faire ?

 Commencez par vous poser ces questions : que possédez-vous ? De quoi auriez-vous besoin ?

Ensuite, faites le tri dans votre garde-robe. Débarrassez-vous de ce qui ne vous va pas, de ce qui est vieux, de vos vêtements jamais portés, de vos erreurs d’achat et des folies faites dans un moment de frustration ou de faiblesse.

Éliminez tout ce qui est dépareillé, trop grand ou trop petit. Ne gardez que ce que vous adorez.

Une fois le tri terminé, faites une liste de ce qui vous manque réellement. Faites la part de ce que vous désirez et de ce dont vous avez besoin.

Il est temps de composer votre garde-robe minimaliste.

Vous pouvez vivre plusieurs mois avec une garde-robe qui ne se compose que de :

  • 7 tenues d’extérieur (veste, blouson, manteau…)
  • 7 hauts (pull, t-shirt, chemise, blouse…)
  • 7 bas (pantalons, jeans, jupe…)
  • 7 paires de chaussures (marche, bottine, escarpin, sandale, chaussure d’intérieur…)
  • Quelques accessoires (ceinture, foulard, écharpes, gants…)
  • Sous-vêtements et linge de nuit

Certaines d’entre vous estiment que cette liste n’est pas si minimaliste.

Gardez en tête que le contenu d’une garde-robe minimaliste doit être mettable sur toute l’année, et ce, quelles que soient les saisons.

D’après L’art de la simplicité, votre garde-robe minimaliste doit être composée de sorte que chacune de vos activités ait sa tenue adéquate.

Lors de vos sessions shopping, choisissez des classiques, des marques réputées pour la qualité de leurs produits et des vêtements faciles d’entretien.

Astuce Bonus :  Quand vous vous décidez pour une pièce, assurez-vous que cette dernière soit portable avec 5 autres de votre garde-robe.

La simplicité concerne autant votre penderie que vos sacs de voyage

Chaque femme devrait se contenter de 3 sacs seulement : un sac de voyage, un sac de ville et un sac de sorties… sans oublier, bien évidemment, votre précieux Vanity Case.

Optez pour un sac léger, de bonne qualité, compact et surtout avec beaucoup de poches et de compartiments.

Cela vous permettra, non seulement, de toujours avoir vos essentiels à proximité, de vous organiser, mais aussi de ne jamais posséder plus que votre sac ne peut contenir.

Comment est perçu l’argent par une minimaliste

Savons-nous employer notre argent à bon escient ?

Dans L’art de la simplicité, La minimaliste perçoit l’argent comme un moyen et non pas une finalité.

Nos vies sont compliquées, car nous n’accordons pas à l’argent l’importance qu’il convient. L’argent est une force, une énergie, qui construit notre vie.

Ceci dit, nous laissons malheureusement cette énergie fuir à cause du manque de lucidité causé par le mauvais contrôle de nos impulsions et nos envies de consommation.

Afin de préserver cette précieuse énergie, nous devons apprendre à nous contenter de peu. Attention, ce ne sont pas les gros investissements de raisons qui nous démunissent, mais tous ces plaisirs à court terme (probablement oubliés aujourd’hui).

Considérez l’argent comme votre esclave et non pas votre maitre. Utilisez-le pour assurer vos besoins et non pas pour assouvir vos envies.

Dépensez votre argent pour vous acheter des expériences de vie au lieu de bibelots et différents ramasse-poussières.

Pour finir, économisez votre argent pour travailler moins et surtout pour vous payer la chose la plus précieuse qui puisse exister : le temps.

Minimalisme : comment concilier éthique et esthétique

Comme vous pouvez vous en douter, la définition de la beauté selon le zen ne correspond pas aux critères de beauté établis par la société.

D’après L’art de la simplicité, la beauté selon le zen est un état de non-préoccupation, une liberté à l’égard de tout. C’est l’acceptation de l’inévitable, l’appréciation de l’ordre cosmique et celle de la pauvreté matérielle et de la richesse spirituelle.

En effet, il est possible de vivre dans un minimalisme entouré de beauté. Elle lui est même indispensable.

La beauté, sous toutes ses formes, est essentielle au bonheur. Notre âme a besoin d’un peu plus que ce que la raison nous réclame. Elle a autant besoin de beauté que notre corps d’air, d’eau ou de nourriture.

La beauté invite à la contemplation et sans elle, tout devient terne, triste et déprimant.

Le zen prône le spirituel, mais pas aux dépens du monde matériel, car on y trouve également de la beauté et de la bonté.

Pour devenir belle ? Embellissez tout ce que vous touchez, même lorsque vous accomplissez les tâches les plus humbles.

Découvrez « L’art de la simplicité » de Dominique Loreau, un livre qui réinstaure les bases pour une vie plus saine et conforme à nos besoins.
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard !

La beauté passe par l’art de la simplicité

Découvrir sa propre image

 Être beau, c’est avant tout être soi.

La beauté n’est certainement pas liée à vos mensurations, votre carnation, la couleur de vos cheveux et de vos yeux. D’après L’art de la simplicité, la beauté est la convergence de plusieurs facteurs, notamment : l’assurance, la présence, l’allure et l’entrain.

C’est parce qu’une femme se sent attirante que, précisément, elle l’est. D’où l’importance de se connaitre et de s’aimer soi-même.

On distingue 2 formes de beauté, à savoir : la beauté extérieure (charmes superficiels) et la beauté intérieure. Toutefois, la beauté physique ne rayonnera que si elle est en parfaite harmonie avec la beauté de l’âme et de l’esprit.

Attention : Contrairement aux idées reçues, vouloir être agréable à regarder n’est pas une préoccupation superficielle, c’est une affaire de respect.

La beauté n’est pas toujours un don, c’est une discipline dont la quête remonte à la nuit des temps. La beauté physique repose principalement sur la santé et la confiance en soi, deux choses qui s’entretiennent et se cultivent.

Les gestes de beauté d’une minimaliste

Les soins d’une minimaliste concernent généralement la peau, les cheveux et les ongles. Ces 3 parties du corps qui témoignent de l’hygiène et de l’état de santé d’une personne.

 Peau

Pour affiner son grain de peau, nettoyez la à l’aide d’un savon doux. Utilisez-le principalement le soir afin de débarrasser votre peau de toutes les impuretés qui s’y sont incrustées tout au long de la journée.

Cependant, la peau n’a pas besoin d’être nettoyée au savon le matin. Un jet d’eau frai lui fera le plus grand bien.

Ensuite, nourrissez-la en fonction de sa condition et de ses besoins. Une ou deux gouttes d’huile préchauffées dans la paume de la main suffira.

Astuce Bonus : Profitez de ce moment pour vous masser le visage et réactiver la circulation sanguine. Votre peau sera d’autant plus éclatante.

 Cheveux

L’état des cheveux dépend beaucoup de l’alimentation, mais aussi de la façon dont vous les traitez.

Ne vous lavez pas trop souvent les cheveux et veillez à utiliser aussi peu de shampoing que possible. Apprenez également à masser votre cuir chevelu pendant vos shampoings en travaillant sur certains points d’acupuncture.

Astuce Bonus : Pour gagner en brillance et en vitalité, effectuez votre dernier rinçage avec un verre d’eau additionnée d’une cuillère de vinaigre de cidre.

 Ongles

Vos ongles vous classent ou vous déclassent !

Il est important d’avoir une manucure impeccable, car celle-ci en dit long sur votre image.

Comment prendre soin de ses ongles ? Je vous partage ma méthode (rien de plus facile).

Commencez par limer vos ongles, puis enduisez vos cuticules d’huile et laissez tremper vos ongles dans un bol d’eau chaude pendant 15 minutes.

Ensuite, repoussez vos cuticules (ramollies) à l’aide d’un bâtonnet de buis trempé directement dans votre huile. N’oubliez pas d’ôter les peaux mortes à l’aide d’une pince.

Polissez vos ongles à l’aide d’un polissoir puis massez et nourrissez l’ongle avec la même huile. Pour finir, essuyez le surplus gras avec un Kleenex (évitez le coton, ça peluche).

Il ne vous restera plus qu’à appliquer un vernis de la couleur de votre choix !

Astuce Bonus : Trouvez une forme et une longueur d’ongles flattant vos mains et gardez-les toujours ainsi.

Puisque je suis bien sympathique, voici le kit de beauté d’une minimaliste, d’après L’art de la simplicité :

  • Un savon doux
  • Un shampoing doux
  • Une serviette pour les cheveux
  • Une huile unique (pour différents usages)
  • Une bouteille de vinaigre de cidre
  • Un peigne en bois
  • Un bol pour diluer le vinaigre, préparer vos masques ou encore faire tremper vos ongles.

Pour prendre soin de votre corps et apprécier votre moment à vous, ne laissez rien ni personne le gâcher. Prendre conscience de vos gestes de beauté est primordial, car c’est l’état d’esprit dans lequel vous appliquez vos soins qui donnera de bons résultats.

Se forger un bon mental afin de maitriser l’art de la simplicité

Adopter l’écologie intérieure

 L’écologie intérieure est un travail de perfection de soi que l’on peut appeler travail spirituel.

Pourquoi adopter l’écologie intérieure ? Car plus le mental est apaisé, plus il est facile de gérer notre quota journalier d’informations et de ressentis.

Émotions, anxiétés, dépressions nerveuses, jalousies, frustrations et pensées négatives sont toxiques. Elles nous détruisent mentalement et physiquement, entrainant ainsi la raideur de l’esprit qui, à son tour, empêche l’amour et le bonheur de circuler librement.

Dites-vous que les problèmes ont l’importance que nous leur accordons et à force de retourner les problèmes dans la tête, on finit par ne plus y voir clair.

Le stress nous atomise, nous éparpille, nous aveugle.

Il est donc vital de chasser sa colère et de l’extérioriser, mais de façon pacifique. Pour ça, je vous recommande de :

  • Manger à la fois bon et sain
  • Pratiquer une activité physique, s’oxygéner
  • S’octroyer quelques soins, du plaisir
  • S’accorder du repos

Il existe différentes manières de pratiquer l’écologie intérieure. Parmi elles : la soustraction des idées.

D’après L’art de la simplicité, la soustraction des idées signifie mettre de l’ordre dans ses pensées. Éliminer tout ce qui ne contribue plus à vos besoins afin de faire de la place à ce qui est réellement important.

Comment s’y prendre ? Constituez-vous une liste des idées ou pensées qui surgissent le plus souvent dans votre tête. Une fois cette liste établie, tentez de chasser une à une ces idées de votre esprit.

Repoussez-les avec douceur, mais fermeté autant de fois qu’elles resurgiront. Soyez patiente, vos efforts finiront par apporter leurs fruits.

Astuce Bonus : N’attaquez les situations difficiles que dans les détails faciles.

Contrôler son mental grâce à la concentration et la méditation

 Le contrôle passe par le détachement. Entrainez-vous à ne pas vous accrocher aux idées ni aux objets.

Faites le vide autour de vous, ne vous laissez distraire ni par les bruits, ni par les visages, ni par les personnes qui vous entourent. Faites le vide pour vous concentrer sur un sujet unique, ou plutôt sur le rapport entre vous-même et le sujet en question.

Ce travail consiste à neutraliser vos pensées, désirs et imagination.

S’entrainer à méditer ou à contrôler son esprit est comme s’entrainer à faire travailler un muscle. Seules la patience et la persévérance peuvent donner un résultat.

La meilleure façon de garder le contrôle est de laisser les choses suivre leur cours. Cela peut vous paraitre bizarre, mais il faut parfois savoir ne rien faire.

La méditation aide justement à comprendre comment fonctionne le mental et à trouver le degré zéro de non-activité mentale et musculaire, à savoir la liberté.

Dans L’art de la simplicité, on nous apprend à nous libérer du temps, de l’espace, de la vie quotidienne, des désirs, des idées reçues et enfin de soi-même.

Faire le point sur ses relations avec soi et autrui

 Simplifiez votre carnet d’adresses. Rompez avec les relations stériles, supprimez celles qui ne vous apportent aucun soutien. En amour, ne soyez pas l’esclave de votre moitié.

Fuyez les gens sans intelligence, mais ne confondez pas intelligence avec aptitudes intellectuelles. Il existe plusieurs formes d’intelligences, notamment l’intelligence émotionnelle.

Les gens sans tolérance et sans compréhension peuvent nous empêcher d’évoluer. Réduisez -graduellement, mais surement- l’importance qu’ils ont dans votre vie.

Donnez moins et recevez plus… Ce n’est pas une blague.

Simplifiez vos rapports avec les autres et revenez à un comportement plus naturel. Ne vous sentez pas embarrassée de recevoir, surtout lorsque vous savez que vous n’abusez pas de la générosité d’autrui.

Acceptez avec simplicité ce qu’on vous offre !

Mais vous, n’offrez pas trop. Offrir est un acte que l’on accomplit souvent pour se faire plaisir à soi-même, satisfaire son égo. Et même si l’on croit ne rien attendre en retour, il reste toujours une pointe de déception si la réaction du destinataire n’est pas conforme à vos attentes.

Cependant, la seule chose de valeur que vous puissiez offrir à votre entourage est une attitude de maitrise de soi, de discipline, de calme, de pardon, de bienveillance, d’attention et d’écoute.

Dans L’art de la simplicité, vous apprendrez que se corriger, c’est beaucoup plus se libérer que se former ou obtenir un savoir. Vous devez donc travailler sur vous-même pour corriger vos défauts et trouver le moyen de redevenir la personne que vous auriez dû être, mais que vous n’avez jamais été.

Pour conclure, voici un résumé des conseils les plus précieux, visant à simplifier et à enrichir votre vie, que j’ai pu retenir à la lecture de « l’art de la simplicité »:

  • Voyagez, vivez
  • Riez, soyez heureuse
  • Trouvez la tranquillité à l’intérieur de vous
  • Pardonnez aux autres, ne critiquez pas
  • N’attendez rien en retour
  • Ayez vos propres principes
  • Acceptez le changement et les imprévus, acceptez la vie avec le sourire
  • Prenez du recul, donnez-vous le temps
    Aimez-vous, devenez votre meilleure amie
    Polissez-vous, vous êtes un diamant brut

Votre vie est compliquée ? Encombrée ? Qu'attendez-vous pour la simplifier ? Vivre de peu pour vivre mieux, vous êtes prêtes ?

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.