Adopter le zéro déchet (défi zen #42)

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn

Depuis quelques mois, je m’intéresse de plus en plus à ma consommation. Nous avons relevé il y a quelques semaines un défi désencombrement, et tout ce que j’ai jeté ou donné à cette occasion m’a fait prendre conscience de ce qu’au quotidien je ne faisais pas vraiment attention à ce que j’achetais.

Et puis je participe ce dimanche à mon premier pique-nique zéro déchet (organisé par Lætitia du blog Le corps, la maison, l’esprit). J’ai donc passé la semaine à m’intéresser sérieusement à cette question, qui me semble une priorité pour être bien dans sa vie, et sur cette planète. Car être parfaitement heureuse sans se soucier de protéger les ressources dont nous profitons me semble un non-sens.

Bien sûr, il faut bien plus qu’une semaine pour changer ses habitudes et réduire au strict minimum sa production de déchets. Connaissez-vous Béa Jonhson auteur du livre « zéro déchet » qui a réussi à réduire ses déchets à une production d’un litre par an?!. Ça me laisse rêveuse, car je me rends compte de tout le chemin que j’ai à parcourir. Mais n’oubliez pas, chaque petit pas compte.

Je vous propose donc cette semaine de commencer en douceur, en adoptant sept petites habitudes pour accompagner vos débuts dans ce nouveau mode de vie, responsable et éthique.

Prêtes? Partez!

Mon bilan une semaine plus tard!

Je me rends surtout compte d’une chose cette semaine, c’est de l’ampleur des déchets que nous jetons chaque jour.

J’ai le sentiment que chacune (ou presque) de nos habitudes de consommation est un vrai désastre écologique.

Environ deux grandes poubelles sont nécessaires par semaine chez nous, les couches, les emballages d’aliments, également tous les achats que nous faisons à distance sur Internet qui sont très nombreux en cette période d’emménagement. Il y a du papier bulle, des cartons, des films plastiques…

Du boulot, donc! Et cette semaine, j’ai agi en douceur, et vous?

Dimanche pique-nique zéro déchet

Dimanche, j’ai participé à mon premier pique-nique zéro déchet. En réalité, j’ai surtout sauvé la face, en n’apportant rien d’emballé, donc pour résumer j’ai simplement mis ma salade de pâtes dans un Tupperware:-)

Huan Nguyen Vu vo co dai.jpgMais pour faire cette salade de pâtes, j’ai utilisé des pâtes dans un emballage carton, des tomates séchées dans une petite conserve en verre, des cœurs d’artichauts également, des pistaches dans un emballage plastique… donc pas du tout zéro déchet côté cuisine!

Non, le zéro déchet nécessite réellement une consommation différente, dans des lieux différents, avec du matériel de cuisine différent. J’ai cependant apporté à ce pique-nique une gourde que je viens d’acquérir en inox, et une serviette en tissu pour remplacer le sopalin.

Action zéro déchet #1: la gourde!

Première action de la semaine : j’ai acheté une gourde avec un bouchon qui fait office de petit verre. Franchement, je ne suis pas emballée après cinq jours d’utilisation… L’eau a vraiment un goût désagréable, j’ai laissé tremper la gourde avec du produit vaisselle toute une nuit, et j’ai l’impression qu’elle est définitivement condamnée! Je ne sais pas comment m’en défaire, si quelqu’un a une idée?!

(Note 5 jours plus tard… je l’ai rincé, rincé, et re-rincé à l’eau et laissé sécher ouverte plusieurs jours… et ça va mieux: ouf!)

Action zéro déchet #2: la serviette en tissu

Deuxième action : la serviette en tissu est dorénavant de mise à table, nous avons rangé le sopalin dans le cellier, et j’ai du utiliser deux feuilles en une semaine, pas plus. Petite victoire!

Action zéro déchet #3: le gant de toilette

IMG_6359(1).JPGTroisième action : j’ai pris habitude de me nettoyer le visage le soir avec un gant de toilette au lieu des cotons démaquillants que j’utilisais habituellement. Je n’ai en revanche pas franchi le pas du gant de toilettes pour nettoyer les petits bouts de chou, je n’ai pas assez de gants de toilettes pour assurer tous les changes d’une seule journée, et côté hygiène je ne suis pas sûre de mon coup.

Action zéro déchet #4: à la boulangerie…

Quatrième action : tout simplement, à la boulangerie j’ai demandé le pain sans son sachet, et je l’ai enroulé dans un chiffon. Ce petit geste là ne pose absolument aucune question.

Action zéro déchet #5: fruits et légumes frais, en sachets

Cinquième action : j’ai pris contact avec un producteur qui vend directement ses fruits et légumes frais de saison à deux pas de notre nouveau chez nous. Facile, efficace, délicieux, pas plus cher que le supermarché: pas d’hésitation non plus!

(Note 3 jours plus tard: j’ai pris le pli d’aller à vélo chez ce producteur – bon c’est facile, c’est à 1 minute en vélo – et d’apporter mes petits sachets à moi pour ne pas en utiliser d’autres… et je suis fière de moi!)

Action zéro déchet #6: courses en vrac

IMG_6358.JPGSixième action: j’ai fait la moitié de mes courses dans un magasin bio et ai acheté oléagineux, céréales et légumineuses en vrac. J’avais prévu des petits sachets en papier pour les transporter, et j’ai toujours avec moi dans le coffre les cabas à courses réutilisables. Bon, petit bémol, il faut que j’investisse maintenant dans des bocaux en verre, car dans les sachets, ce n’est pas terrible.

Quelques questions en suspens…

Et puis, pour certains produits, à part les faire soi-même, je ne vois pas trop qu’elles sont les alternatives: les glaces? Les yaourts? En fait, je crois que la réponse est dans ma question: les faire soi-même!! Ça marche aussi pour les confitures, les jus pressés, les compotes des petits (j’ai entendu parler de gourdes réutilisables), les biscuits, les produits de nettoyage…

Ce que je me dis en revanche, c’est que cela demande nettement plus de temps, non? Et puis un investissement en matériel aussi (presse agrumes, râpe à fromage, yaourtière…).

Et je pense que le zéro déchet va de paire avec une réflexion sur sa consommation des ressources, notamment l’eau, car j’ai la sensation que beaucoup de solutions de remplacement obligent à consommer plus d’eau en revanche (les gants, les serviettes en tissu, les mouchoirs, les bocaux… À laver).

Voilà pour mon bilan… de petits gestes pour le moment, mais surtout une très grande prise de conscience! Et vous? Quelles petites habitudes avez-vous adopté cette semaine?

Bref, je suis très heureuse d’avoir croisé le chemin de Lætitia (du blog Le corps, la maison, l’esprit) qui -entre autres- m’a vraiment donné envie d’en savoir plus sur le zéro déchet …

Alors que je m’apprête à prendre quelques vacances, j’ai le sentiment d’avoir fait un chemin incroyable en une année de défis zen. Beaucoup de nouveautés, une nouvelle prise de conscience écologique, la découverte de la parentalité positive, ma formation à la pleine conscience… Entre mille et une autre choses. De belles rencontres aussi, avec des blogueuses inspirées et inspirantes, et des abonnées pleines de joie, d’enthousiasme, de doutes aussi parfois. Et c’est cela qui est beau, partager nos faiblesses, et évoluer ensemble.

Une année merveilleuse en votre compagnie… Prêtes à recommencer un autre voyage dès septembre?

Passez un bel été, prenez soin de vous, de votre entourage, de notre planète!

Tu veux rejoindre le programme « Les défis des filles zen » et relever un défi par semaine pour reprendre ta vie en main et vivre une vie qui te ressemble ? Alors inscris-toi ici!

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Newsletter de la Méthode CAP®

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs messages pour créer la vie qui vous ressemble !

Mylène

TU AIMERAIS CRÉER LA VIE QUI TE RESSEMBLE ?

Découvre ma formation-conférence 

« Créez la vie qui vous ressemble
Unique, Passionnante, Inspirante » 

  • Tu sens grandir en toi l’appel de ton coeur ?
  • Tu sens que le moment est venu de partir à ta rencontre ? 
  • Tu sais qu’il est temps d’entreprendre le plus beau voyage de ta vie ? 

Bien plus qu’une formation : un Voyage-Exploration au coeur de soi pour offrir au monde ta lumière

18 réponses

  1. Je suis déjà adepte du zéro dechet,du minimaliste etc…alors pas vraiment de défi pour moi cette semaine ! Mais c’est super d’en lancer aussi sur ce thème…. j’espère que vous ne délaisserai paz le devellopement personnel pour autant 🙂

    1. je constate que vous êtes déjà nombreuses à vous être intéressées à ce sujet: bravo les filles!
      Je ne délaisserai pas l’épanouissement personnel, pas d’inquiétude!, pour moi tout cela forme un tout ☼

  2. Ton défi arrive à point nommé car je commence tout juste à m’intéresser au sujet. Cette semaine j’ai tenté de recycler davantage papiers et plastiques, de faire plus attention aux restes, d’utiliser moins de sopalin ou de papier toilette.
    Tu as raison tout ne se fait pas en 7 jours mais déjà en prendre conscience et agir en conséquence, c’est un bon départ. Je me lance dans le défi de cette semaine le coeur léger. Merci Mylène. Et bravo pour les 1 an de tes défis!

    ps – si tu souhaites découvrir quelques extraits de mes poèmes – rdv sur ma page facebook (

    1. C’est vrai? As-tu lu le livre « zéro déchet » de Béa Johnson? Il me semble être LA véritable référence sur cette question!
      Elle et sa famille sont passés de 240L de poubelles par semaine, à un bocal de 1L par an… Incroyable non?!

  3. Bonjour,
    Je me suis inscrite, il y a qq minutes et je souhaite participer au défi en cours mais je n’ai pas accès à la fiche outil malheureusement.

    1. Ayé! Je te l’ai envoyé Céline!! Je ne voudrais pas te couper dans ton envie d’en faire plus, c’est trop important pour se sentir bien ♥♥

  4. déjà dans le sujet depuis quelque temps. Tous les petits gestes que tu décris je les ai déjà adoptés mais c’est aller plus loin qui me pose un problème. Timide, je n’ose pas encore demander qu’on me serve dans mes tupp’. Mais acheter sans emballage reste un défi de tous les jours.

    Merci pour tous ces défis, ils nous font avancer et nous sentir mieux et pas seule!!!

    1. Je comprends, je n’ai pas encore utilisé les tupperware… Pour quels achats? Fromage, viande poisson, plutôt que les emballages papiers? Merci pour ton retour… Et je comprends parfaitement que timide cela te gêne. Forcément, ne pas faire comme tout le monde attire l’attention, les questions, voire les critiques… Je suis comme toi 🙁

      1. J’utilise mes boites plastiques pour acheter le fromage et la viande au marché. Sinon, pour éviter de consommer des sacs papiers, du tissus et une machine et hop vous faites vos sacs… Cela fait encore moins de déchet !!

        1. Et cela me permettrait d’utiliser ma vieille machine!! Mais comme j’ai des boîtes, je me dis que je peux les utiliser à fond.. simplement je n’en rachèterai pas effectivement!

  5. Bonjour,
    Je découvre tout juste votre blog et il va m’aider à commencer le désencombrement de la maison! Je suis prête! J’ai commencé par les cosmétiques , les produits ménagers et le reste suit (presque tout seul). Bref, pour le démaquillage j’utilise simplement des carrés que j’ai découpé dans des lingettes microfibres c’est doux pour la peau et facile d’entretien. Bon j’avoue que pour les fesses du prochain bébé je réfléchis encore !

  6. Bonjour,
    Je découvre votre blog avec intérêt; et vous propose notre vision du « zéro déchets ». Nous ne sommes pas du tout à la maison dans cette démarche de défi, mais revendiquons clairement un mode de consommation responsable.
    Chez nous il n’y a jamais eu d’essuie-tout mais des chiffons, coupés proprement dans les vieux draps, vieux tee-shirts. Les disques démaquillants ainsi que les lingettes pour le change sont en chanvre (cultivé et fabriqués en France, contrairement au coton) . Je fais bouillir tout ça en machine (Et une fois bouilli, c’est stérilisé, donc pas de problème d’hygiène) ce qui consomme de l’eau, mais pollue certainement moins au final que la fabrication et le transport hebdomadaire de leurs homologues jetables. Les éponges naturelles peuvent également bouillir plusieurs fois, et ressortent comme neuve de la machine pour un nouveau mois de vaisselle!
    Car pour nous, il faut envisager les produits de manière globale. Par exemple vous avez mis votre salade de pique nique dans une boite plastique, cette boite peut être la boite de glace sur laquelle vous avez craqué la semaine précédente; du moment que vous ne la jetez pas, pas de problème! En choisissant la glace, il faut donc aussi choisir la boite solide et bien étanche, puisque au final, vous l’achetez aussi.
    Pour les yaourts, beurre, etc, nous allons au marché ou au magasin bio acheter en vrac. Emmenez vos bocaux d’une fois sur l’autre, les vendeurs tarent la balance avec le bocal vide avant de le remplir. Si cela vous gêne, prenez le pot plastique qu’ils vous proposent, et ramenez le la fois suivante. Ces emballages ont un coût pour eux et jamais personne ne m’a refusé de le reprendre. Idem pour les oeufs. C’est vrai que tous ces gestes sont beaucoup plus simple à adopter chez les vendeurs ou en boutiques bio, puisque déjà très largement répandus.
    Par contre, tout n’est pas forcément un bon calcul pour la planète dans le zéro déchets; faire son jus d’orange par exemple: il faut amener jusque chez vous des kilos d’orange depuis l’Espagne ou plus loin pour un litre de jus, d’où un pollution due au transport sûrement plus importante que celle due à la brique de jus, recyclable et/ou recyclée, et très facilement empilable en palettes dans un camion sans perte d’espace. D’autant que les écorces d’oranges utilisées en fabrication industrielle sont valorisées, alors que chez vous elles iront à la poubelle (re-transport) avant d’être enfouies..
    Nous faisons partie d’un groupement d’achat (dans toutes les villes il y en a) grâce auquel nous achetons l’épicerie en vrac en grosses quantité que nous nous partageons à plusieurs foyers.
    En bref, à la maison, nous analysons assez rapidement les produits, en essayant de penser plus loin que ce que l’on en voit, et en incluant au moins dans notre réflexion le transport de ces produits. Toute la famille mange bio, local, de saison, pour pas plus cher que des amis qui vont au supermarché acheter des panzano et des yaourts spéciaux pour les enfants dans des emballages rigolos (mais au contenu identique à celui de leurs parents) En cherchant autour de soi on trouve des merveilles, et depuis peu, on connaît même le paysan/pastier qui nous fournit en nouilles!

    1. Merci Maeva pour ce témoignage passionnant… qui fait voir les choses sous un angle encore plus global… incluant le coût de fabrication et de transport de chaque produit que nous consommons.
      Cela m’inspire beaucoup… si tu es d’accord je reviendrai vers toi pour en savoir plus, au fil de mes expériences sur le zéro déchet et la consommation responsable ♥

  7. Bonjour Mylène,

    Cela fait quelques semaines que j’ai découvert ton blog et les défis des filles zen 🙂
    Les thèmes que tu aborde me touchent de plus en plus, aussi bien sur l’écologie / le Bio, que sur le développement personnel (je me reconnais un peu dans ton caractère, d’une nature très timide, manque de confiance en soi et tout ce qui va avec! grrr)

    Bref, tout ça pour dire, BRAVO pour ton blog et ton investissement! 🙂 Cela fait du bien de te lire et de te voir sur tes petites vidéos.

    Concernant le défi zéro déchet, personnellement j’ai adopté la coupe menstruelle et j’en suis très fière! c’est écologique (on ne jette plus tous les mois tampons et serviettes hygiéniques) et aussi très économique!

    Très bonne continuation à toi, bises bises 🙂

    Sarah

  8. Bonjour,

    pour les produits ménagers, il parait que le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude peuvent totalement remplacer TOUS les produits ménagers…
    Ce sont deux produits écolos, naturels sans aucune toxicité (c’est top quand on a des enfants en bas âge!), pour ma part je les utilise de plus en plus en essayant de finir mes bouteilles de produits en tout genre achetées avant.

    Pour les disques de coton et lingettes bébé, j’essaie de les remplacer au maximum par des lingettes tissues (que j’avais fabriqué en même temps que des couches lavables) ou les gants de toilette. Dernièrement je viens de recycler les vieux bavoirs à utiliser à la place de l’essuie-tout… même s’il faut les laver je ne pense pas que cela utilise beaucoup plus d’eau car je les glisse dans une machine (il y a toujours une petite place pour 3 ou 4 bavoirs!).

    Tout ceci prend du temps surtout au moment de la transition entre notre ancienne façon de faire et la nouvelle. Il faut aussi trouver les bons magasins, producteurs… Une fois les habitudes changées, on ne perd pas plus de temps qu’avant pour faire ses courses et on gaspille moins (enfin j’espère!).

    Par contre, je ne veux pas non plus tomber dans l’excès inverse et faire plein de kilomètre en voiture pour aller chercher un produit seulement parce qu’il est plus bio que celui vendu dans mon supermarché à 2 minutes à pied! C’est une réflexion plus globale!

    J’ai commencé le désencombrement de ma maison il y a un an… et j’y suis encore! En même temps 10 ans de papiers jamais jetés; depuis la naissance du premier (6 ans déjà) je n’avais rien donné, trié, seulement mis dans des cartons et étiqueté… et la deuxième à 4 ans, alors ça fait un paquet de vêtements, chaussures, jouets, matériel de puériculture à trier, donner, vendre, jeter… Ça me prend beaucoup de temps me je gagne une place folle dans ma maison!
    Le pire c’est que je trie des choses qui n’ont jamais été utilisées… Ça fait réfléchir sur sa consommation!

    Bonne journée!

    Même si je n’arrive pas à faire les défis (j’ai dû faire les 2 ou 3 premiers), ton blog m’inspire beaucoup et j’adore lire tes articles sur chaque défi, tes bilans… Alors, MERCI!

    1. Merci pour ton retour Véro… tu n’es pas la première à souligner l’importance d’avoir une réflexion et une démarche « globale » entre le bio, le vrac, le local, le zéro déchet, les ressources, le minimalisme…
      J’apprends beaucoup grâce à vous toutes qui partagez votre expérience. Mille bises (et ça me rassure de lire qu’à ton sens une fois les habitudes prises on ne perd plus tant de temps que ça!)

  9. Bonjour,

    Je récupère les bocaux et les utilise pour mettre mes achats en vrac, amandes, riz…

    Sinon, c’est vrai que tout est suremballé et parfois on baisse les bras, à moins d’aller au marché ou chez le producteur. Par contre je n’achète plus d’eau en bouteille, c’est déjà ça.

    Petit à petit on ira dans le bon sens dans le respect de l’environnement et des ressources.

    Merci encore pour ton article.

    Yveline

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires​