Quand méditer? 10 idées pour les mamans!

Quand méditer? 10 idées pour les mamans!

« Impossible de pratiquer la méditation au quotidien, j’ai des enfants! »

Impossible dites-vous? Moi je suis convaincue que c’est difficile, mais pas impossible. Avec beaucoup d’organisation et de souplesse. Cela consiste d’après moi à:

 

– profiter des « bons » moments quand ils se présentent, même s’ils ne sont pas ceux qu’on avait prévus (car le planning de la journée n’est plus à 100% entre nos mains!);

– simplifier et diversifier sa pratique de la méditation. Non, méditer ce n’est pas forcément s’assoir en tailleur en regardant la flamme d’une bougie… Je vais vous parler de méditation de pleine conscience. Elle consiste à s’exercer à maîtriser son attention, et vous allez voir que les possibilités sont très nombreuses!

J’ai eu l’idée de cet article car je me suis aperçue récemment que parfois nous nous imposons des limites qui n’existent pas réellement. Une anecdote : je travaille à 100km de chez moi et j’ai fait la semaine dernière un week-end d’ateliers de développement personnel en Côte d’Or… et pourtant j’allaite encore mon bébé. Ça paraît impossible, et pourtant, quand on décompose cela en une multitude de petites tâches (porter son tire-lait, prévoir une glacière, trouver un réfrigérateur, trouver une pièce isolée, s’imposer des pauses régulières…), aucune n’est impossible, ni même difficile.

Quand méditer quand on est maman? Je vous propose 10 idées de moments du quotidien pendant lesquels nous pouvons méditer… Prêtes à les découvrir ?

Méditer le matin avant le lever des enfants

Nous venons de tester le « lever tôt » pendant une semaine (défi zen n°24), et je confirme que pratiquer la méditation juste après la douche quand la maison est calme c’est l’idéal! On peut par exemple s’assoir en tailleur sur un coussin très ferme ou simplement sur le bord d’une chaise le dos bien droit et simplement porter notre attention sur notre respiration pendant quelques minutes.
Si vous craignez de vous assoupir, n’hésitez pas à pratiquer une activité dynamisante avant, telle que quelques mouvements de yoga (pourquoi pas la salutation au soleil), ou plus simplement la préparation du petit déjeuner.

Méditer sous la douche

Vous souvenez-vous du défi zen n•7?
La douche est un moment privilégié car nous nous retrouvons (enfin) seule… Alors on en profite! Ralentissez vos mouvements et concentrez-vous sur les odeurs des savons, shampoings et gels douche… Massez-vous quelques minutes le corps, les cheveux. Remerciez la chance que vous avez d’avoir de l’eau pour vous laver… Et bien chaude alors que dehors il fait froid!

Méditer pendant la promenade

Je ne sais pas vous, mais moi, quand je passe une journée seule avec mes petits choux, réussir à faire une promenade c’est un peu une prouesse technique, une récompense! Et on peut tout à fait méditer en promenade. C’est même une excellente occasion.

J’ai d’ailleurs eu une petite révélation à ce sujet pendant la journée de méditation silencieuse que j’ai suivie en janvier dans le cadre de ma formation MBSR. Et pourtant, je marchais sous la pluie, sans parapluie, dans un espace fermé (pas plus de 20 mètres de long), donc a priori pas les conditions idéales!

La méditation en marchant consiste simplement à porter son attention sur chacun de ses pas, le mouvement des jambes, des pieds, des bras, le balancement du corps. A sentir le contact du sol, très différent selon qu’on évolue sur une route, de l’herbe, un chemin, des cailloux…
Choisir un endroit protégé et loin d’une route est une condition essentielle pour pouvoir se détendre avec des petits qui courent 🙂

Méditer pendant la préparation du repas

La méditation n’est pas forcément une pratique ennuyeuse et immobile… la pleine conscience, qui consiste à entraîner son attention à se porter sur ce qu’on choisit, peut se pratiquer sans restrictions. La préparation du repas s’y prête parfaitement.

L’une de mes premières expériences positives de pleine conscience a eu lieu pendant que je coupais des courgettes 🙂

L’idée : on s’installe confortablement debout ou assise, pieds bien à plat et épaules relâchées. Et on porte son attention sur le contact des légumes. Leur couleur, leur texture. Le contact du couteau. On ralentit légèrement ses mouvements pour être bien attentive à tout ce qu’on fait. Et c’est tout 🙂

Quand méditer
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Méditer pendant le repas

Oui, on peut parfaitement méditer en mangeant, et comme tout le monde mange, et bien tout le monde a des occasions de méditer. Avec des enfants, il faut rester active bien sûr, mais on peut cependant faire participer nos enfants à notre pratique.
En mangeant, notre méditation consistera à porter notre attention sur ce qu’on mange : les couleurs, les textures, les saveurs… A penser au parcours de chaque aliment.

Pourquoi ne pas inviter notre enfant à faire de même? A décrire ce légume? Sa couleur, sa forme (on adapte à son âge!)? Pourquoi ne pas évoquer le parcours de cet aliment que l’on partage, où est-il cultivé, comment est-il arrivé ici?
C’est en faisant cela que j’ai fait une jolie découverte : le cœur d’une courgette a une forme de … fleur! (Remarque de mon enfant de 2 ans et demi:-))

Méditer pendant la sieste des enfants

Ah la sieste tant attendue! Quand on a la chance d’avoir des siestes synchronisées, on en profite pour méditer en priorité. Car prendre du temps rien que pour soi quand on s’occupe de ses enfants, c’est essentiel. Et la lessive, la table, la vaisselle dans l’évier peuvent bien attendre encore un peu. J’aime beaucoup l’image du masque à oxygène dans l’avion : on commence par soi avant d’aider les autres. Et finalement, tout bien réfléchi, on ne prend pas beaucoup de risque à reporter cette machine, si?

Méditer pendant une pause câlin

On s’octroie une pause câlins avec nos enfants. Et on est à 100% présente à cet instant, on porte notre attention sur chaque geste, chaque caresse, chaque bisou. On n’oublie pas qu’un câlin de 20 secondes libère dans l’organisme les hormones du bonheur. Alors on fait durer l’instant et on laisse grandir en nous notre amour pour nos enfants. On ressent cet amour, cette envie de les rendre heureux, de les rassurer, de les protéger et de les voir s’épanouir. On accueille en l’observant ce sentiment très fort.

Méditer en écoutant des comptines (de relaxation)

J’adore écouter les comptines avec mes tout-petits, et principalement celles qui sont douces, et qui incluent des sons de la nature.
Les enfants sont très attentifs (pas très longtemps mais intensément) et ils entendent beaucoup de choses qu’on n’entend parfois plus.

Jouez à cela, repérez des sons et demandez-lui de les écouter à son tour.
Portez toute votre attention sur ce que vous entendez : instruments, voix, bruits…
Ne faites rien d’autre, ne pensez à rien d’autre.Bravo! Vous pratiquez la méditation de pleine conscience!

Méditer en lisant l’histoire du soir

Étonnant hein? Mais oui, ce moment de lecture à nos chers petits est également une excellente occasion de pratiquer la méditation, en développant son attention consciente.
Comment? Tout simplement en ralentissant volontairement son débit, en parlant plus doucement et plus lentement. On peut aussi s’immerger totalement dans cette activité, en ne pensant à rien d’autre. En exagérant les voix, la ponctuation. En faisant de notre lecture une histoire vivante, dans laquelle on met toute notre énergie, toute notre présence.
J’aime cette façon de lire les histoires, je m’investis a 200% pour le captiver… Et ça marche!

Méditer avant de dormir

Encore un instant privilégié car on se retrouve seule avec soi-même. On est fatiguées après cette dure journée, mais on peut s’accorder quelques minutes et méditer. On peut par exemple s’allonger sur le canapé ou dans son lit (c’est mieux, s’il y a risque d’endormissement). Il ne s’agit pas de s’endormir, mais de suivre sa respiration sans se laisser entraîner par ses pensées… Mais comme on est couchées, si on s’endort, ce n’est pas grave 🙂

Voilà, maintenant, vous savez quand méditer… même si vous vous occupez de vos enfants! Et vous l’avez compris, la méditation de pleine conscience a ceci de merveilleux qu’elle peut être pratiquée à de nombreuses occasions… Toutes, probablement, avec un peu d’entraînement! Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter mon dossier spécial « j’ai testé le programme de formation MBSR« .

4 Comments

  1. Cet article est parfait Mylène. C’est vrai que quand on a des enfants, tout va à 100 à l’heure. Pourtant comme tu le décris si bien, il existe des instants tous trouvés pour rester en contact avec nous mêmes et vivre dans le présent.
    Pour moi c’est souvent le matin après la douche (merci d’avoir mentionné le défi 7 que je vais m’empresser de regarder!), quand on se promène avec l’escargot. L’histoire du soir est un moment privilégié tout comme les moments câlins. J’avoue que je profite davantage de ces derniers ces temps ci.
    Comme toi, j’ai eu ma première expérience positive en coupant une tomate…Etrange comme les choses les plus simples nous apportent beaucoup.
    Belle fin de semaine à toi.

  2. J’adore l’idée ! Je pense que j’arrive à être pleinement consciente pendant mon cours de yoga… 1 heure semaine… est-ce vraiment de la méditation ? je ne sais pas mais qu’est-ce que ça fait du bien ! belle journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *