La slow attitude en 7 idées originales!

La slow attitude, encore un concept à la mode? Ou véritable porte de sortie indispensable pour nos vies trop compliquées? En tout cas, prendre le temps de vivre, c’est aussi simple à dire que difficile à faire. Et notre mental ne nous aide pas franchement à vivre en mode slowly. Nous avons horreur du vide et avons tendance à nous occuper quoi qu’il arrive jusqu’à la dernière minute. Nous courons derrière tout un tas d’activités et de tâches, qui pour certaines n’ont pas beaucoup de sens. Prendre le temps de vivre, et adopter la Slow attitude, c’est apprendre à donner à chaque chose sa juste place, à mieux gérer son temps, certes, mais surtout à s’autoriser le droit à la lenteur… voire à la paresse.

Parce que nous avons tendance à vouloir être Superwoman et à faire trop de choses à la fois, parfois nous en oublions l’essentiel : être là, simplement, et apprécier le moment qui se déroule devant nous. Ne pas chercher à faire systématiquement quelque chose d’utile ou d’important. Cela comporte de nombreux avantages, tels que recharger nos batteries pour mieux affronter le quotidien, mais aussi développer notre créativité, et notre faculté d’attention au moment présent…

Voici 7 idées qui vous surprendront à coup sûr pour faire de la Slow attitude votre nouveau mode de vie. Prête à tester des choses différentes?!

1ère idée Slow attitude: écrire un haïku

 Les haïkus sont de petits poèmes d’origine japonaise à la construction un peu inattendue, inspirés par un élément de la nature, un court moment, une expérience, quelque chose de beau et d’émouvant.

Voici quelques exemples de haïkus que j’aime particulièrement :

Des feuilles de lotus dans l’étang
Bougent sur l’eau.
Pluie de juin.
(Masaoka Shiki)

Même à Kyoto,
au chant du coucou,
je rêve de Kyoto.
(Basho)

Dans la vieille mare
Une grenouille saute
Le bruit de l’eau
(Basho)

Étonnants, non?

Et si vous preniez le temps d’écrire votre propre haïku? Une manière originale de marquer votre retour en mode slow attitude, non?! Voici quelques conseils, même si je crois que les exemples ci-dessus parleront mieux que de grands discours 🙂
Un haïku comporte trois phrases, et juxtapose deux idées différentes de construction indépendante. Pas trop proches, mais pas trop éloignées non plus.
En général, les haïku ont comme thématique des détails de l’environnement tels qu’observés par les cinq sens, et ne s’étendent pas sur les émotions et sentiments suscités en soi… mais se contentent de suggérer, pour laisser le lecteur ressentir ce qui se passe.
A vous de jouer!

2) Apprécier la pénombre

 L’obscurité est apaisante, et bien souvent, lorsqu’on se met dans le noir c’est simplement au moment d’aller se coucher, pour s’endormir. Pourtant nous aurions beaucoup à gagner à prendre le temps de vivre l’arrivée de la nuit tombante. Trouvez chaque jour quelques minutes, en rentrant du travail, à l’heure où la lumière du soleil décline, pour vous asseoir dans un fauteuil confortable, près de la fenêtre, toutes lumières éteintes.

Dans la mesure du possible, coupez les sources de distraction telles que le téléphone, obtenez le calme de votre petite famille, et installez-vous dans votre fauteuil. Surtout, ne faites rien de spécial, et ne cherchez pas à faire autre chose (un des principes de base de la slow attitude!). Observez simplement la lumière du jour qui se fait plus rare, les jeux de lumières et d’ombres autour de vous, le calme qui accompagne la pénombre.

Prendre le temps de vivre, c’est aussi revenir à ce rythme circadien naturel, qui voit se succéder les jours et les nuits, sans intervention de notre part.

Observer tranquillement la pénombre qui arrive nous permet d’éveiller en nous une certaine réceptivité à ce qui se passe dans notre environnement naturel, et une faculté à relativiser certains détails de notre quotidien.

3) Allumer un feu

 Adopter la slow attitude, c’est revenir à l’attention des phénomènes qui nous entourent, qui peut-être nous paraissent totalement banals, mais qui étaient considérés comme de véritables miracles à une époque.

Prenez le temps d’allumer un feu, c’est de circonstances, et observez-le.

Portez toute votre attention sur les couleurs, jaune, orange, bleu, toutes les teintes différentes, toutes les nuances qui composent ce feu. Mettez vous à l’écoute du crépitement des flammes, du bois qui craque, du papier, notez les différences de son que ces différents éléments consumés émettent.

Regardez les flammes danser dans le poêle ou dans la cheminée, leur mouvement gracieux, imprévisible. Ressentez également la chaleur libérée par ce feu, portez votre attention sur les sensations corporelles qui accompagnent le réchauffement de la pièce.

Ne tentez pas de faire quoi que ce soit d’autre, plongez simplement votre regard dans ce feu et laissez-vous bercer quelques instants.
Et si vous n’avez pas de poêle ni de cheminée, sachez qu’une flamme de bougie fera parfaitement l’affaire.

4) Enfiler des pantoufles

 Nos chaussons symbolisent beaucoup de choses : le confort de notre petit chez-nous, la coupure entre la vie professionnelle et sociale et le retour à soi-même, le commencement d’une nouvelle journée plus à l’écoute de soi, de ses sensations,  et moins dans le paraître.

La slow attitude, c’est peut-être aussi simple que s’accorder le droit d’enfiler le soir venu des pantoufles chaudes et confortables quand on a eu mal aux pieds dans nos talons toute la journée 🙂

Prenez l’habitude de vous déchausser lorsque vous rentrez chez vous le soir, et surtout d’enfiler vos chaussons en pleine conscience.
Pour cela, asseyez-vous lentement, prenez délicatement vos chaussons en portant votre attention sur le contact doux de la matière, et enfilez-les le plus lentement possible. Faites en une sorte de rituel lorsque vous arrivez à la maison. Rituel qui marque la fin de votre journée difficile, et le début d’un temps plus calme avec vous et vos proches.
Portez toute votre attention sur votre mouvement, et sur vos sensations. Ne cherchez pas aller vite, et à gagner du temps. Non, accordez-vous de faire ce geste là en toute conscience, en allant le plus même le plus lentement possible.

Parce que superwoman a assez couru toute la journée 🙂

slow attitude
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

5ème idée Slow Attitude: regarder les étoiles

 Ce que j’aime à observer le ciel, c’est qu’il me rappelle à la condition humaine, notre impermanence, et l’urgence de profiter de la vie.

Nous sommes toutes petites en réalité quand on regarde les étoiles. Observer le ciel quand la nuit est tombée, est une belle leçon d’humilité et une excellente manière de pratiquer la slow attitude.

Le soir, une fois les enfants couchés, enfilez votre manteau et quittez vos pantoufles un instant. Sortez quelques minutes, et restez simplement là à observer le ciel. Reliez dans votre imaginaire les étoiles entre elles, imaginez les formes que vous dessinez ainsi.
Retrouvez les constellations si vous les connaissez, mais sinon ne cherchez pas à en savoir plus.

Restez simplement dans l’observation de ce paysage magique qui est là devant nous, mais qu’on ne regarde jamais. Ces petits points lumineux qui sont en réalité des boules gigantesque de gaz en train de se consumer à des millions d’années-lumière de nous. Et nous osons dire que nous ne croyons pas aux miracles 🙂

Prendre conscience de cela, c’est prendre conscience de la rareté et de la préciosité de notre vie. Quel plus bel argument et quelle plus belle manière de pratiquer la slow attitude au quotidien ?

6) Manger en pleine conscience

 Adopter la slow attitude, c’est aussi réapprendre à manger lentement. J’ai toujours eu beaucoup de mal à manger avec les autres, car j’ai pour habitude de manger lentement. J’aime apprécier vraiment ce que je mange, je mâche lentement et de très nombreuses fois chaque aliment, de manière à l’avaler quasiment sous forme liquide. Quelle violence pour moi que de me forcer à manger vite!

Prenez l’habitude de ne pas faire autre chose lorsque vous mangez, mais d’être toute entière à votre repas. Manger en pleine conscience est une excellente manière de pratiquer la méditation lorsqu’on n’a pas une minute à soi.
Observez la couleur des aliments que vous avez dans votre assiette. Regardez leur texture, imaginez le parcours qu’ils ont suivi pour en arriver là, leur préparation. Prenez le temps de remercier les personnes qui ont participé à sa préparation. Puis portez lentement les aliments à votre bouche.

Mâchez lentement chacune de vos bouchées, portez votre attention sur les sensations que vous procure la mastication, quel est le premier goût de l’aliment, quel est l’arrière goût. Notez intérieurement les caractéristiques, les saveurs de ce que vous mangez.

Souvent, nous sommes à des kilomètres de ce que nous mangeons, et nous passons à côté de nos repas. Nous mangeons vite, et souvent nous mangeons trop, car nous ne savons même pas à quel moment nous sommes rassasiées.

Pensez donc à adopter la slow attitude lors de votre prochain repas, cela n’a que des avantages 🙂

7) Se mettre au rythme des enfants

 C’est amusant, j’ai eu envie d’écrire cet article au lendemain d’un week-end prolongé de farniente avec les enfants. Habituellement, on profite de chaque week-end prolongé pour partir en famille. Et bien souvent, on s’amuse énormément, on découvre plein de choses, mais on se fatigue également beaucoup : préparation des bagages, trajet, installation à destination, adaptation des enfants, découverte des lieux… Et là, pour une fois, la faute au froid et à l’hiver, on a eu envie de passer quelques jours en mode slow attitude. Rien de prévu, aucun projet, simplement profiter du temps passé ensemble avec nos enfants.

On a clairement lâché un peu de lest côté discipline, on a regardé un dessin animé en famille le dimanche après-midi, on a sorti des vieux jeux, on a pris le temps de faire un dessin ensemble, ou simplement de les observer dans leurs jeux, de participer à leurs cabanes, leurs histoires, de nous émerveiller devant leur créativité illimitée.

Les enfants sont un excellent modèle de slow attitude. Ils prennent le temps de vivre, ils ne passent pas de temps à ressasser ce qui s’est passé, à anticiper ce qui va se passer. Ils sont pleinement dans l’instant présent . Ils imaginent, ils regardent, ils profitent, ils voient toutes ces petites choses à côté desquelles nous, nous passons trop souvent.

Prendre le temps de vivre au rythme de nos enfants, est une excellente manière de pratiquer la slow attitude au quotidien.

Parce que c’est l’hiver, et que je crois que notre rythme biologique s’est mis au ralenti, je vous invite à adopter sans attendre la Slow attitude!

Et vous, quelles habitudes avez-vous pour ralentir le rythme quand vous avez l’impression que le quotidien vous échappe ? Quels sont vos rituels pour dire stop?

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Donnez votre avis sur cet article

9 Comments

  1. Bonjour Mylène,

    J’adore de temps en temps lever le pied. D’ailleurs, cette semaine j’ai vraiment pris le temps de faire les choses tranquillement.

    Lundi après-midi, j’avais de la cuisine à faire. Du coup, je me suis installée à la table de la cuisine avec de la musique douce en fond sonore et j’ai pris le temps de préparer mes plats en écoutant la harpe.
    Hier, je me suis levée plus tôt pour prendre le temps de faire quelques exercices physiques à mon rythme sans stresser. Et ensuite de prendre un bon petit déjeuner dans la calme. J’ai apprécié de prendre du temps pour moi.
    Ce matin, j’ai recommencé en monopolisant la salle de bain pour me faire des soins beauté. Travaillant en décalé, je peux plus facilement avoir des moments pour moi et m’occuper de mon quotidien sans stress.

    1. Génial! Et finalement, même si ce n’est pas le but, on se rend compte qu’en allant plus doucement, on est même plus efficaces 🙂

  2. C’est important de dire stop, de faire une pause, de vivre l’instant plus intensément. C’est tellement épuisant le rythme de nos vies parfois!
    Le weekend en général, c’est pas de téléphone, jouer ensemble, s’émerveiller d’un rien, regarder un DVD ensemble, faire des câlins…
    Ma slow attitude à moi, c’est déguster un thé – écouter un CD allongée ou assiste en tailleur sur le canapé – lire un livre (seule ou à deux) – manger mon bol de céréales en pleine conscience (pour le reste des repas j’ai du mal surtout si je suis toute seule.) Merci pour ces pistes intéressantes Mylène.

    1. Écouter un CD allongée sur le canapé, est une idée que je retiens pour ce week-end en famille, ça me donne envie, je l’ai ressenti en te lisant 🙂

  3. Merci pour cet article.
    Ce que j’adopte pour dire stop et ralentir mon rythme c’est faire attention à ma respiration en inspirant et expirant profondément. Cela me permet de m’ancrer dans le moment présent :).
    Ce blog est une belle découverte.
    A bientôt
    Rose…

    1. Merci Rose pour ton gentil commentaire, je suis ravie que mon blog te plaise! L’attention à sa respiration est sans doute le moyen le plus simple et le plus efficace pour se reconnecter au présent, je suis bien d’accord avec toi.

  4. Bonjour et merci pour ces pistes intéressantes ! J’ai l’habitude de pratiquer la “slow life” le week end avec mes filles (du coup, le ménage laisse à désirer mais je n’en fais pas toujours une priorité…) En revanche, je retiens à tester l’enfilage de pantoufle en pleine conscience car il est vrai qu’à la va-vite et en équilibre sur un pied, ce n’est pas top ! Je peux aussi améliorer les repas en pleine conscience. Ce n’est pas une évidence pour moi mais j’inviterai ce soir tout le monde à observer les couleurs dans son assiette et les textures dans sa bouche car cela me semble essentiel ! Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.