En finir avec le sentiment d’infériorité : le programme complet

Le sentiment d’infériorité est la sensation que l’on est inférieure (moins bon, moins belle, moins efficace… moins tout !) que les autres. Découvrez comment s’en défaire dans notre article.

Vous avez souvent la sensation d’être inférieure aux autres ? L’impression peut-être que vous valez moins que les autres, que ce que vous pensez ne compte pas ? Vous ne savez pas pourquoi on vous apprécie ? Il est possible que vous souffriez d’un sentiment d’infériorité.

Vous souhaitez vous en débarrasser et arrêter de vous excuser d’exister ? Alors vous êtes au bon endroit !

Le sentiment d’infériorité et vous

Qu’est-ce que le sentiment d’infériorité ?

 Le sentiment d’infériorité (aussi appelé complexe d’infériorité), est une perception de soi minorée dans certaines situations – une personne souffrant d’un sentiment d’infériorité va avoir l’impression qu’elle est inférieure et incapable. Ce sentiment peut survenir lors d’une infériorité réelle ou imaginée par l’individu touché – car il a tendance à se dévaloriser.

Face à ce sentiment, différents types de réactions existent : certaines personnes affectées vont avoir tendance à se replier sur elles-mêmes tandis que d’autres vont tendre à surcompenser dans d’autres domaines de leur vie.

D’où vient ce sentiment ?

 D’après les recherches existantes, le complexe d’infériorité a plusieurs origines.

  • Une inadéquation entre les besoins et les acquis d’une personne : Le complexe d’infériorité peut être issu d’une inadéquation entre les besoins et les désirs d’une personne et ce qu’elle parvient à atteindre dans sa vie. Échouer à atteindre ses objectifs – professionnels, personnels, matériels… – et ce, à plusieurs reprises, contribuerait à faire grandir ce complexe.
  • Des critiques : Être rabaissé physiquement et/ou moralement peut également favoriser le développement du complexe d’infériorité.
  • Une jalousie : Plus encore, le complexe d’infériorité peut aussi naître d’une jalousie : si vous ne supportez pas que quelqu’un d’autre vous surpasse dans un domaine spécifique, vous pouvez expérimenter ces sentiments.

Souvent, il est difficile de trouver exactement les causes du complexe d’infériorité : elles peuvent inclure le sexe, l’ethnie, l’orientation sexuelle, une hérédité, le statut social, la santé mentale, l’apparence physique, ou autres traits de caractère dont l’individu croit manquer dans sa vie. L’attitude et l’éducation parentale comme les désaccords, remarques et comportements négatifs envers un enfant âgé de moins de six ans peuvent créer un complexe d’infériorité.

En effet, le complexe d’infériorité peut se manifester pendant la petite enfance ou à l’âge adulte, consciemment ou inconsciemment.

Situation passagère ou réel trouble

 Nous pouvons toutes nous sentir inférieures à un moment ou à un autre de notre vie suite à un échec. Si vous échouez lors d’un entretien professionnel, vous risquez d’appréhender l’entretien professionnel suivant. C’est humain et il s’agit là d’une situation passagère.

Le problème s’installe quand les sentiments affectent grandement votre comportement et vos émotions, vous empêchant d’avoir des réflexes “normaux”. S’il est normal d’expérimenter du stress avant un entretien professionnel, il n’est pas normal de faire une crise de panique ou de tourner de l’œil.

Si la majorité des gens développent un complexe d’infériorité passager sans réel impact, certains vont développer un complexe d’infériorité maladif et durable qui peut avoir un impact physique (du stress, des crises de panique…) ou psychologique (susceptibilité, surcompensation, besoin constant de réassurance…).

Nous vous invitons à lire l’article qui suit en entier : cependant, si votre vie est fortement impactée par votre peur de ne pas être à la hauteur et que vous ressentez certains des symptômes évoqués plus tôt, nous vous conseillons de consulter un psychologue.

Comment ce complexe d’infériorité vous affecte au quotidien ?

Souffrez-vous d’un complexe d’infériorité ? C’est ce que nous allons désormais découvrir.

La difficulté à réussir ce que l’on souhaite

 Le sentiment d’infériorité a tendance à freiner les personnes complexées.

  • La peur de l’échec : Nous l’avons dit plus tôt ; le complexe d’infériorité naît souvent d’échecs successifs. C’est pourquoi la peur d’un nouvel échec est souvent forte chez les personnes complexées qui vont préférer ne rien faire plutôt qu’échouer à nouveau.
  • La peur de la critique : Le complexe d’infériorité peut aussi trouver ses sources dans les critiques issues d’autrui. A nouveau, pour éviter de se confronter à nouveau à la critique, les personnes complexées peuvent choisir de rester dans l’immobilité.

Ces deux peurs tendent à faire de la personne complexée une personne perfectionniste ou attachée à ses acquis qui ne prend aucun risque.

La difficulté à se sociabiliser

 La propension à ne pas se sentir à la hauteur entraîne plusieurs comportements qui n’aident pas à se faire des amis ou à accepter l’autre dans le cadre d’un couple comme :

  • La susceptibilité : une personne complexée a souvent du mal à prendre du recul et à se tourner en dérision. Elle a tendance à prendre mal la moindre remarque.
  • La difficulté à accepter les compliments : Si elle n’accepte pas les reproches, une personne complexée a aussi énormément de mal, paradoxalement, à accepter les compliments. Elle a tendance à ne pas les comprendre et à penser qu’elle ne les mérite pas.
  • Le besoin de réassurance : Bien qu’elle ne croie pas les compliments, une personne complexée est en constante demande de réassurance.
  • Le besoin d’être aimée : La majorité des personnes complexées ont un fort besoin d’être aimée tout en ayant du mal à comprendre pourquoi on les aime (à nouveau, elles pensent ne pas mériter cet amour).

Face à ces différents sentiments, la personne complexée va avoir tendance à se replier sur elle-même ou à créer une carapace entre elle et les autres. Son comportement va parfois être à des années-lumière de ce qu’elle est réellement : son complexe va avoir tendance à transformer sa personnalité.

Combattre le sentiment d’infériorité en 4 étapes

Vous vous retrouvez dans les situations et dans les sentiments précédents ? Il est possible que vous souffriez d’un sentiment d’infériorité.

Rappelons ici qu’il se peut que vous ne le ressentiez que dans un domaine bien particulier : il est par exemple courant de souffrir d’un complexe physique, tout en étant assurée dans d’autres domaines de sa vie (professionnel, personnel…). Le complexe va simplement vous freiner à certains moments, dans certaines situations.

Le sentiment d’infériorité est la sensation que l’on est inférieure (moins bon, moins belle, moins efficace… moins tout !) que les autres. Découvrez comment s’en défaire dans notre article.
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire

Étape 1 : comprendre d’où vient votre sentiment d’infériorité

 La première étape consiste à comprendre :

1. L’origine de votre sentiment d’infériorité : était-ce une critique ? un échec ? un désir non comblé ?
2. Ce qui cristallise votre sentiment d’infériorité : est-ce un élément de votre physique ?

Pour vous donner un exemple, j’ai longtemps été complexée par mon physique car j’avais reçu une remarque très désagréable au cours de mon adolescence. Elle s’est répercutée pendant plusieurs années – jusqu’à ce que je parvienne à m’en défaire (suivez le guide pour apprendre à vous en détacher !).

Étape 2 : comprendre que les autres ne peuvent rien pour vous aider

 Être complexée, cela signifie, en vrac :

  • ne pas croire en les compliments
  • avoir l’impression de ne pas mériter d’être aimée
  • ne pas reconnaître l’engagement des autres

En bref, les autres ne peuvent rien pour combler le vide que vous ressentez. Pire : en vous réfugiant dans l’aide de quelqu’un – un ami ou un amant – vous risquez de cacher le complexe plutôt que de le soigner. Il ressurgira quand vous vous y attendrez le moins et vous le subirez de plein fouet. La réponse doit venir de vous.

Étape 3 : déterminer si le complexe est réel ou imaginé?

 Le sentiment d’infériorité peut naître d’une infériorité réelle – vous n’avez pas les compétences, votre physique est différent de la norme… – ou imaginé… Parce que vous avez un jour reçu une critique vous avez assimilée sur votre poids. Depuis, vous avez perdu 10 kilos, vous faites du 42 et vous vous sentez encore obèse… Spoiler alert : vous ne l’êtes pas !

  •  Êtes-vous formée sur les compétences qui vous obsèdent ? Avez-vous suivi des cours ? Avez-vous un diplôme ?
  •  Si une personne avait votre physique dans la rue, cela vous empêcherait-il de lui parler ? Cela vous gênerait-il ?

Essayez de prendre un maximum de recul en vous posant ces différentes questions.

Étape 4 : apporter des réponses

 Si votre complexe est réel, il est possible d’y apporter une réponse :

  • Prenez des cours d’orthophonie pour guérir votre bégaiement
  • Faites une formation ou un bilan de compétences pour valider une compétence professionnelle
  • Adoptez la chirurgie esthétique pour gommer un défaut qui vous embête la vie

A vous de voir si vous désirez résoudre votre problème de ces façons.
Si votre complexe est imaginé, il s’agit de déconstruire ces pensées qui vous détruisent. A nouveau, vous êtes la seule personne capable de détruire les pensées que vous avez vous-même créées sur vous.

Mon  programme d’auto-coaching qui tend à vous questionner et à changer votre perception peut alors être pertinent pour vous 😉


En s’attaquant à différents domaines de votre vie – voire à tous, quand il est particulièrement fort – le sentiment d’infériorité peut être particulièrement handicapant.

L’avez-vous déjà ressenti et combattu ? Comment vous y êtes-vous prise ?

En finir avec le sentiment d’infériorité : le programme complet
4.4 (88.57%) 7 vote[s]

1 Comment

  1. Merci Mylène pour cet article et surtout ce plan d’action pour mettre fin au sentiment d’infériorité. Biensur, j’ai déjà ressenti ce sentiment de n’être « pas assez » comme la plupart d’entre nous j’imagine. Dire que j’ai réussi à le combattre serait un grand mot (je pense que cela prend du temps), mais du moins j’arrive à beaucoup mieux cerner le « pourquoi » de ce sentiment. C’est une étape importante et incontournable pour bannir ce sentiment nous auto-sabote. Car en réalité, le coeur même du sentiment d’infériorité sont les pensées limitantes, ces idées restrictives que l’on a de nous-même et que malheureusement nous prenons pour vérité absolue.

    A ce sujet justement j’ai lu un livre que j’ai énormément apprécié, il s’agit de Fight contre l’auto-sabotage gagner le combat de Hazel Gale. Pour en revenir à l’exemple cité sur les régimes, le poids, ect L’auteure explique que derrière cette obsession de vouloir maigrir à tout prix et qui pourrait révéler en premier lieu un « sentiment de honte » de ne pas « être assez » mince dans cet exemple, il y a quelque chose de bien plus douloureux: la peur du rejet.
    En d’autres termes, ce sentiment d’infériorité qui nous habite pourrait laisser place à une plus grande peur: celle de ne pas être aimé, respecté, être privé d’attention…

    Belle journée à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.