Logo Les défis doré

Mon bilan du défi zen n°9 « je suis une maman zen » avec Les dégourdis

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn

Cette semaine, je me suis lancée le défi suivant : être une maman zen en toutes circonstances. Ce défi, je l’ai partagé avec les abonnées du blog, toujours plus nombreuses, ainsi qu’avec une « invitée » surprise, Sandy, du site « les dégourdis » qui a coécrit le défi et l’a relevé avec nous:-)

L’objectif : tester une autre manière de se comporter avec nos chers et tendres pour cultiver le zen en leur présence (et pas juste entre 21h30 et 22h quand ils sont couchés et avant qu’on ne s’effondre:-))

Par ici en vidéo :

La vérité c’est que ce défi a soulevé dans notre foyer une petite révolution.. à laquelle bien entendu a été associé papa, qui a plus que joué le jeu. Je pense aller plus loin dans l’expérience « parentalité positive » en proposant un article complet « j’ai testé » sur ses applications concrètes à plus long terme… Je suis en train de me former sur ce sujet et vous tiendrai informées de mes travaux en la matière 🙂

Les trucs maman zen qu’on a préférés et qu’on va garder!

Reconnaître que souvent c’est notre tension qui est à la base du problème

  • moins se fixer de timing, ralentir, se fixer des objectifs moins ambitieux (j’ai été plus longue à sortir mais tant pis!);
  • apprendre à se détendre dès que possible en marchant en pleine conscience (défi 8 pratiqué avec bébé 2 en porte-bébé), en se relaxant même 5 minutes (défi 2 pendant la sieste).

S’accorder du temps de jeu ou de câlin

  • danser 5 minutes au réveil au lieu de le mettre devant les dessins animés;
  • prendre le petit déjeuner tous ensemble et discuter de la nuit, de la journée qui commence;
  • avant de partir, même très pressée le matin, prendre 30 secondes pour un câlin canapé:-)
  • pendant le change, jouer un peu pour faire accepter les soins pénibles;
  • à table, échanger plus avec lui, s’amuser et rire, pour lui donner envie de rester en place;
  • retrouver son âme d’enfant et sourire plus, ça fait du bien parfois!

Les responsabiliser

  • avoir recours à la sonnerie pour signaler un changement d’activité (aller se doucher ou se brosser les dents), on pense d’ailleurs acheter un petit minuteur pour la cuisine pour s’en servir à cela;
  • le faire participer dès que possible: se nettoyer avec le coton pendant le change, mettre la couche dans la poubelle à couches, lui proposer un choix entre 2 tenues, mettre le biberon dans l’évier, le papier à la poubelle, aller chercher ses chaussures, m’apporter le lange quand je nourris bébé 2….

Avoir de l’empathie pour lui

  • pour les règles difficiles à appliquer, lui parler « je sais que tu aimes jouer et déballer les jouets mais il faut les ranger ensuite sinon c’est trop le bazar… », « je sais que tu n’aimes pas les lavages de nez mais on veut te soigner on n’a pas le choix »… On a eu de bons résultats!
  • quand une crise commence: « tu es en colère?, je comprends… »

Cela nous a permis d’être plus respectueux de ses émotions, de ses désirs, de sa personnalité unique. J’ai eu l’impression de découvrir mon petit garçon, et souvent ce n’est pas qu’il s’oppose, c’est plus qu’il a son idée. Et suivre son cheminement permet souvent d’arriver à lui faire entendre raison!

Parler doucement

Incroyablement efficace! On a eu le déclic quand il s’est mis à nous imiter « Arrête maman! Ça suffit! Au coin maman!  » (en criant). C’est un peu ce qui est à l’origine de ce défi… et le simple fait de baisser le ton suffit à réduire la crise de moitié!

Être un meilleur modèle…

Car on ne peut pas lui demander de respecter quelque chose qu’on ne fait pas nous-mêmes! Donc parler plus doucement, arrêter de manger des bonbons, de regarder tout le temps nos téléphones si c’est ensuite pour lui dire non!

Nos difficultés… et ce qui nous donne envie de continuer à apprendre sur ce thème!

  • Parfois nous n’avons pas réussi à lui faire appliquer certaines règles, comme ranger ses jouets … or hier, à un cours d’éveil corporel pour bébé, je l’ai vu courir pour ranger les affaires avec le prof grrrrr donc vraiment à moi de m’y prendre autrement!
  • Quand il est trop fatigué, il s’énerve, n’écoute plus rien, court partout : on est coincés!
  • Parfois on s’interroge sur la limite avec le laxisme… exemple, l’épisode des tic tac! Il avait le choix entre 2 couleurs, et n’arrivait pas à choisir (Je veux le rouge! Je veux le jaune! Je veux le rouge! Un sketch…). Avant on aurait pris ça pour un caprice. Mais là, on s’est rendus compte que vraiment il n’arrivait pas entre le jaune et le rouge à faire un choix. Je lui ai donné les 2: trop laxiste? Je ne sais pas!
  • Quand je suis pressée… et en retard, je suis trop loin de son rythme… Solution: me lever plus tôt pour avoir une marge de sécurité et pouvoir relâcher la pression!

Après cette semaine, on est beaucoup plus vigilants, on ne supporte plus les moments où on crie. On a vraiment redécouvert notre enfant, notre petit garçon (bébé 2 est encore un peu trop « chaton »!).

défi 9 pink sherbet photography

Relever ce défi m’a une fois de plus prouvé toute l’efficacité des défis zen, car je me sens toujours mieux, plus heureuse, plus sereine après… Et vous?

LE BILAN MAMAN ZEN DE L’INVITÉE « LES DÉGOURDIS »

Cette semaine, Sandy du site www.lesdegourdis.com qui a coécrit ce défi, l’a relevé et nous propose ici son bilan…

Les difficultés rencontrées par les dégourdis pour être une maman zen!

  • Difficile d’accorder un max de temps à nos enfants. Dans son ouvrage « l’enfant », Maria Montessori a mis le doigt sur un fait accusateur et pourtant bien réel: « L’enfant est le dérangeur de l’adulte fatigué par des occupations toujours plus pressantes. » Il n’y a qu’à prendre du recul sur notre quotidien pour nous apercevoir que nous courons sans cesse après le temps : le matin dès le réveil, avant de nous rendre au travail, le midi lors de notre pause, l’après-midi, lors de la routine du soir, et même parfois la nuit notre cerveau de mère est encore en pleine effervescence.
    Difficile donc de trouver du temps dans nos emplois du temps toujours plus chargés. Pourtant cette semaine, les dégourdis se sont efforcés d’accorder le plus de temps possible à leurs enfants, car après tout, nos chers marmots ne demandent « que » cela : que l’on passe du temps avec eux.
  • Notre manière de communiquer n’est pas forcément positive.
    La communication non violente, cela s’apprend. Et pour cause… pour arriver à ne pas proposer de « carotte » pour obtenir ce que l’on veut de nos enfants, pour éviter d’en venir aux menaces, pour trouver des alternatives aux promesses, pour ne plus formuler des phrases avec des négations et des comparaisons et pour favoriser la communication encourageante, enthousiaste et positive, cela demande de la pratique. Et c’est en faisant que l’on apprend !
  • Lors d’une crise en public, gérer tes émotions et affronter les regards accusateurs tu devras.Les dégourdis n’y auront pas échappé ! Cette semaine, maman dégourdie a eu droit à une roulade par terre exceptionnellement théâtrale de sa fille de 3 ans sur un trottoir passant. La raison ? Mini dégourdie voulait être portée alors que maman dégourdie avait les bras chargés de sacs de course (un grand classique, non ?). Evidemment, de nombreux regards se sont portés sur cette enfant « mal éduquée », « sauvage » et « capricieuse » (oui, oui, on peut lire tout ça dans le regard de certaines personnes), puis vers cette maman « indigne » et « dépassée », qui, étant en mode « zen » (merci Mylène), n’a trouvé qu’à esquisser un sourire aux passants curieux et accusateurs.

Les moments de gloire et de bonheur ultime

Quel sentiment indescriptible que d’avoir réussi à éviter (ou écourter) une crise !
Mise en situation : maman dégourdie emmène mini dégourdie au parc, où cette dernière rencontre un petit garçon qui possède un magnifique (que dis-je : superbe, splendide !) camion-benne à rétro friction. Cela va de soi : elle veut découvrir ce jouet inconnu (qu’elle réussira à prendre sournoisement sans demander l’autorisation de son propriétaire) pour ne plus vouloir lui rendre et décréter le ramener à la maison.
Evidemment, tout commentaire du genre « il faut le rendre », « ce n’est pas à toi », « il est gentil le petit garçon qui te l’a prêté », « allez, on s’en va », n’auraient fait qu’envenimer son sentiment de frustration. Maman dégourdie a donc judicieusement opté pour : « tu sais que quand j’étais petite, j’avais moi aussi un camion comme celui-ci ? Un jour, il est tombé dans la boue et je ne le retrouvais plus. Tu veux que je te raconte comment ça s’est passé ? ».
Et hop, ni vu ni connu, mini dégourdie, intriguée par l’histoire qu’allait lui raconter sa maman, s’en est allée du parc SANS le camion (mais AVEC sa maman, hein).

Ne l’oublions pas : tout parent est un modèle pour son enfant. Ces petits énergumènes sont dotés d’un talent exceptionnel lorsqu’il est question d’imiter leurs parents. C’est ainsi que cette semaine, maman dégourdie fut prise d’un sentiment de fierté presque inavouable lorsque mini dégourdie lui a jeté un « maman, ils sont exquis tes épinards ». (Pour info : maman dégourdie adore les épinards et avait dit quelques jours plus tôt le mot « exquis » pour la première fois à sa fille).

Diversifier les activités, ça, les dégourdis savent faire, et c’est pour le plus grand bonheur des enfants. Les petits plaisirs anodins de cette semaine sont devenus (comme toujours) de réels instants de partage et de bonheur en famille, comme par exemple : aller cueillir des mûres et les savourer de suite, faire une initiation vidéo à la musique classique en devinant les instruments de l’orchestre, ramasser des feuilles mortes dans la forêt, se faire des câlins encore et encore, raconter des histoires « inventées » plutôt que lues pour que mini dégourdi puisse s’identifier aux personnages, se faire des chatouilles, jouer au jeu de « dans quelle main est la pièce ? », rire aux éclats en faisant de la balançoire… Ce sont des activités qui ne demandent quasiment rien, juste du bon temps passé en famille, et ça, ça n’a pas de prix !

Papa dégourdi l’aura bien compris (oui, oui, lui aussi relève le défi !) et en aura fait les frais capillaires: lorsque l’on rentre dans le monde imaginaire des enfants, eu égard ou non à notre propre orgueil, on remplit leur fameux réservoir émotionnel. C’est ainsi que papa dégourdi s’est laissé coiffer par sa fille qui a finalement commenté, fière de son œuvre : « tu es belle, papa ! ».

Il faut savoir relativiser sur ce qui est grave ou non, et pour cause… Cette semaine, lorsque maman dégourdie a surpris mini dégourdie avec l’allume-gaz entre les mains, son instinct premier l’aurait poussé à hurler de frayeur puis à prendre énergiquement l’allume-gaz des mains de sa fille (qu’elle n’aurait évidemment pas apprécié). Mais étant dans une optique de parentalité positive et de zen attitude (défi oblige), maman dégourdie s’est tranquillement assiste à côté de sa fille, lui a simplement expliqué les dangers de cet ustensile, lui a fait comprendre que sa sécurité pouvait être menacée, suite à quoi sa fille de 3 ans lui a de suite rendu l’allume-gaz en acquiesçant : « d’accord maman ».

Certes, relever ce défi n’aura pas été des plus faciles, loin de là. Évidemment, nous ne réussirons pas à éradiquer complètement les pleurs, les hurlements et les crises, mais les leçons positives que nous pouvons en tirer sont innombrables. Et c’est précisément ce qui nous donne envie d’appliquer au quotidien des conseils et astuces en parentalité bienveillante (vous en trouverez pas mal sur le site les dégourdis. Pour notre bien-être personnel, pour celui de nos enfants, de notre couple et de notre famille.

Gardons donc sans cesse en tête ce défi maman zen lorsque l’on communique et interagit avec nos enfants.

LE BILAN DES ABONNÉES…

En un coup d’œil: [poll id= »18″][poll id= »19″]

Envie d’aller plus loin dans la parentalité positive et bienveillante!

Pendant la préparation du défi, je me suis intéressée à la parentalité positive, et j’ai un peu découvert un autre monde! Je me suis abonnée à plusieurs blogs, et ai même acheté un produit sympa qui est un pack de fiches outils pour mettre en pratique tous les bons conseils au quotidien. Je pense créer une rubrique « j’ai testé » dans le blog, où je teste sur le long terme des « tendances zen » ou « méthodes » et où je fais un bilan complet… et à mon avis ça en fera partie ! Envie aussi d’un défi couple zen car je me suis aperçue à quel point le modèle est essentiel pour les petits:-)

Même sans chercher à être des parents parfaits, je crois qu’il ne faut pas hésiter à se remettre en question. Apprendre, appliquer au quotidien, retenir ce qui fonctionne le mieux… Voici 2 sites qui m’ont donné envie d’en savoir plus et de faire mieux au quotidien avec mes enfants :
Le mastodonthe http://www.les-supers-parents.com
Le petit nouveau http://lesdegourdis.com
Je ne vous en dis pas plus, allez les découvrir si vous voulez aller plus loin!

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Newsletter de la Méthode CAP®

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs messages pour créer la vie qui vous ressemble !

Mylène

TU AIMERAIS CRÉER LA VIE QUI TE RESSEMBLE ?

Découvre ma formation-conférence 

« Créez la vie qui vous ressemble
Unique, Passionnante, Inspirante » 

  • Tu sens grandir en toi l’appel de ton coeur ?
  • Tu sens que le moment est venu de partir à ta rencontre ? 
  • Tu sais qu’il est temps d’entreprendre le plus beau voyage de ta vie ? 

Bien plus qu’une formation : un Voyage-Exploration au coeur de soi pour offrir au monde ta lumière

3 réponses

  1. Très chouette defi… parfois difficile, mais tellement gratifiant quand on s’en sort.
    Merci pour vos deux bilans. Le defi « invité » était très intéressant.

  2. coucou les mamans zen!
    pour moi, relever ce défi a été plutôt facile car ma fille est encore assez petite (8 mois et demi) et surtout plutôt très sage, et quand elle râle pas mal on sait (enfin on pense) que ce sont les dents! Du coup homéopathie et voilà!
    je n’ai pas vraiment de situation où je m’énerve en général avec elle, et j’essaye tant bien que mal d’être toujours souriante, douce et positive… mais bon je sais que la difficulté arrive quand ils grandissent, j’ai pu le voir ce week-end avec d’autres enfants de 3 semaines à 3 ans! Ce défi ne sera pas évident mais je pense essentiel avec les enfants! Ce qui est surtout difficile, c’est de se dire qu’ils nous imitent et donc se comporter tout le temps de manière irréprochable, sans sautes d’humeurs, sans crier… pas facile facile vivement le défi couple!!

    1. Merci Charlotte pour ton retour d’expérience!! Peut-être que pour l’instant ta fille est très sage et ne te met pas beaucoup à l’épreuve, mais pour t’avoir vue en action, je confirme que tu mérites tout à fait le titre de maman zen!! Bon je réfléchis sérieusement au défi couple alors:-)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires​