6 mini défis pour enrichir sa vie sociale!

Les autres, c’est un sacré sujet, vous ne trouvez pas? Notre rapport aux autres est truffé de paradoxes et de contradictions dans tous les sens.

Nous avons des difficultés à accepter l’autre dans son ensemble, avec toute sa différence. Mais nous recherchons sa présence. Nous avons besoin d’un autre pour nous sentir exister, puis nous pouvons nous perdre dans des relations étouffantes ou superficielles. Nous avons besoin des autres pour affirmer notre propre identité, et parfois nous n’osons plus être nous-mêmes en leur présence.

 

Bref, c’est le bazar!! Et la bonne nouvelle, c’est que je n’ai aucune réponse sur ces sujets 🙂

Voici ce que je sais cependant. Nous ne pouvons pas être heureuses sans les autres. Non, nous sommes toutes et tous interdépendants, les éléments d’un même ensemble, dans lequel chacun reflète un peu tous les autres. Alors vivre en harmonie avec les autres, c’est essentiel. Et comme je m’installe tout juste dans une nouvelle ville dans laquelle je ne connais absolument personne, j’ai grandement besoin de petits exercices de sociabilité moi!

Alors voici ce que je vous propose: un petit guide en 6 mini-défis pour vous ouvrir aux autres, aller à leur rencontre, et entretenir de belles relations sociales. Écouter, comprendre, s’intéresser, accepter… 6 petits défis aux grands effets!

Petit défi “j’aime les autres” #1: j’ose aller vers les autres

S’ouvrir aux autres… Plus facile à dire qu’à faire n’est-ce pas? S’ouvrir aux autres, ça consiste d’abord à aller vers les autres, et à oser les aborder. Cela peut commencer par ses voisins, ses collègues, ses connaissances. Ces personnes que nous croisons, qui font partie de notre paysage social, et que nous gagnerions tant à mieux connaître.

Aller vers les autres, ça ne signifie pas nécessairement d’attendre d’avoir quelque chose de sensationnel à partager. Mais de simplement commencer par leur sourire, (car il y au moins 5 bonnes raisons d’adopter un visage souriant!) se montrer de bonne humeur, et être disponible, même pour quelques secondes. Quand nous les croisons, nous pouvons par exemple nous arrêter et nous tenir prêtes à échanger.
Entraînez-vous une journée à engager la conversation dans toutes les occasions: avec vos voisins, un inconnu rencontré dans un café ou dans une file d’attente… Parler de thèmes simples, comme la météo, le magasin, le quartier…

Petit défi “j’aime les autres ” #2: le petit pas de plus

En quoi cela consiste-t-il? Cela consiste à proposer un petit quelque chose pour passer du stade de simple connaissance à une relation amicale plus avancée 🙂

Dans notre cercle de connaissances, il y a les personnes avec lesquelles le contact passe très bien, avec lesquelles on a des affinités. A ces personnes, nous pouvons proposer un petit pas en plus pour aller plus loin. Cela nécessite de passer en mode “action” : organiser un apéro chez soi, proposer une sortie, bref… prendre des initiatives!

Et si vous preniez votre vie sociale en mains? Cette semaine, organisez un petit évènement, chez vous, ou à l’extérieur, auquel vous convierez des connaissances avec lesquelles le courant passe, sans que rien de plus ne se passe!

Petit défi “j’aime les autres” #3: j’entretiens mes relations

Car oui, c’est une autre conséquence de nos vies trop occupées, nous perdons souvent le contact avec nos amis… Un changement de situation professionnel ou familial, un déménagement, et petit à petit nos rendez-vous s’espacent et bientôt nous ne prenons plus le temps de revenir vers l’autre.

Or il est indispensable d’accorder du temps à ses relations pour les faire durer. Et si vous n’avez vraiment pas beaucoup de temps, et bien ce n’est pas grave. Même si ce temps est court, s’il est de qualité, ça marche quand même :-).

Écouter l’autre, s’intéresser à ce qu’il fait, à ce qu’il devient, cela fait toute la différence. Pour entretenir ses relations, il est important de ne pas rester trop longtemps sans nouvelles de ceux qui sont loin. Un appel, un message, un mail, nous avons tous les moyens à disposition pour signaler à l’autre que nous pensons à lui.

Demain, prenez le temps de reprendre contact avec une de vos connaissances que vous appréciez mais que vous n’avez pas vue depuis longtemps… Appelez-la, intéressez-vous à elle, programmez une nouvelle rencontre pour ne plus laisser le temps filer sans la voir.

Petit défi “j’aime les autres” #4: je teste l’écoute active et bienveillante

Les abonnées des défis zen connaissent déjà l’écoute active et bienveillante… les autres peut-être pas?! Cette théorie de communication mise au point par Carl Rogers a pour objectif d’améliorer notre écoute sincère de ce que les autres ont à nous dire.

Pratiquer l’écoute active et bienveillante, ça consiste à respecter deux étapes clés:

1/ Avoir une écoute active: il s’agit d’être toute entière à l’autre lorsqu’il s’adresse à nous, de ne pas chercher à faire autre chose en même temps, de se tourner vers lui, d’écouter sincèrement, en manifestant tous les signes d’attention profonde: reformuler, acquiescer, questionner pour s’assurer d’avoir parfaitement saisi le sens de l’échange.

2/ Avoir une écoute bienveillante: c’est-à-dire ne pas donner d’avis si on ne nous le demande pas clairement, et si on nous le demande, ne pas chercher à donner son avis en partant de son histoire et de ses références, mais vraiment s’imaginer être à la place de l’autre.

Lors de vos prochaines discussions, gardez ces petits principes en tête et adoptez-les! Vous pouvez ensuite noter ce qui vous a paru plus difficile pour faire mieux la fois suivante. Inspirez-vous de mes réussites (et de mes échecs) lorsque j’ai relevé ce défi pendant une semaine entière.

Enrichir sa vie sosciale
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Petit défi “j’aime les autres” #5: j’ose une discussion profonde

Je ne sais pas vous, mais moi, je suis très pudique dans mes relations avec les autres… Par peur de me dévoiler, j’aborde rarement les “vrais sujets”. Ceux qui me tiennent à cœur en profondeur. Un exemple: je n’ai jamais parlé à personne de ma passion pour tout ce qui touche au développement personnel… sauf à mon chéri bien sûr car comment lui cacher?! Alors cela a pour conséquence que j’ai l’impression de ne pas être moi-même avec les autres, car je ne dis pas l’essentiel.

Avoir une discussion profonde avec un de nos amis, c’est le questionner sur ses valeurs, ce qu’il pense de l’amour, de la religion, du bonheur… On ose rarement aborder ces sujets alors que souvent les autres sont tout à fait prêts à en parler.

Avoir une discussion profonde, c’est aussi naturellement être prête à remettre en cause ses propres visions.

Et si vous tentiez cette expérience? Lors de votre prochaine sortie, un repas ou un verre partagé, une promenade avec une amie, osez l’interroger sur de grandes questions qui vous tiennent à cœur. Mais un conseil: n’attendez pas de sa part qu’il ou elle pense comme vous, le but est au contraire d’accepter la différence et de s’enrichir de vos échanges.

Petit défi “j’aime les autres” #6: je gère les conflits avec classe:-)

Et oui, parce que tout n’est pas non plus tout beau tout rose… Il y a aussi dans notre entourage des personnes avec lesquelles le courant ne passe pas du tout, ou pas très bien. Et même avec les autres, nous ne sommes pas à l’abri des conflits. C’est d’ailleurs sain, d’exprimer un désaccord (bon ok tout dépend la forme mais bon).

Gérer les conflits calmement, cela signifie d’abord s’arrêter de toute action et se tourner vers l’autre (même si votre cœur et votre corps nous dictent plutôt de fuir). Il est important d’écouter attentivement l’autre. De ne pas chercher à contester ce qu’il dit (même si intérieurement nous en brûlons d’envie…) mais au contraire de répéter ses mots en reformulant pour lui assurer que nous avons bien compris.

Puis il s’agit de chercher ensemble un compromis, sans essayer de ré exposer et encore moins d’imposer sa vision des choses.

A vous de jouer… et d’appliquer ces quelques principes inspirés de la communication non violente à votre prochain conflit… Sentez-vous la différence que cela fait?


Vous avez découvert dans cet article 6 mini défis pour enrichir votre vie sociale:

  • oser aller vers les autres;
  • proposer une petit pas en plus;
  • entretenir vos relations;
  • pratiquer l’écoute active et bienveillante;
  • tester une discussion profonde;
  • gérer les conflits avec classe.

Maintenant, n’oubliez pas de passer à l’action, si vous voulez apporter des changements concrets à votre vie de tous les jours!

Qu’en avez-vous pensé? Y-a-t-il un mini défi qui vous pose problème, qui vous dérange? Lequel?

Enregistrer

6 mini défis pour enrichir sa vie sociale!
4 (80%) 2 vote[s]

4 Comments

  1. Défis anticipés ce weekend. Le plus dur pour moi c’est de sortir de ma zone de confort. Mais je sais que c’est en osant que je fais de belles rencontres. Ca vaut le coup de se bouger les fesses.
    Pour ce qui est de l’entretien des relations, j’assure. Parfois j’aimerais bien que les autres prennent le relais par contre.
    Bonne semaine Mylène! Et Merci pour ces précieux conseils

    1. C’est amusant que tu me parles de zone de confort Marie… Lirais-tu dans mes pensées???!!! (suspense…) ♥ Belles vacances à toi… non?!

  2. Bonjour Mylène,

    Pour ma part, je pense aller vers les autres mais j’ai l’impression qu’avec certaines personnes c’est toujours moi qui fait la démarche de prendre des nouvelles alors qu’elles ne le font pas pour moi. Je sais que nous n’avons pas forcément le temps de le faire mais c’est assez agaçant de voir que c’est toujours la même chose.

    Dans ces mini-défis, le plus dur pour moi est de gérer les conflits avec classe. Pour ma part, je n’ai pas de demi-mesure soit j’explose, soit je n’arrive pas à me faire entendre… Dans un cas comme dans l’autre, le résultat est le même, je n’arrive pas à défendre mon point de vue et me sens complètement incomprise. Au secours, aides-moi Mylène à m’imposer avec classe! ^^

    Merci pour tous ses défis! C’est vraiment utile.

    1. Merci Mélanie, je suis d’accord avec toi, les conflits sont une grosse source de stress. Et il n’est pas facile d’avoir la “juste attitude”.
      je suis en train de m’intéresser à la communication non violente qui donne de nombreuses pistes pour faire mieux ans ce domaine… J’y reviendrai très viiiiite!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.