Pas le moral ? Six exercices d’urgence!

Pas le moral, impression d’être vidée, triste, lasse, sans aucune motivation ni rien qui semble nous raccrocher… Toutes et tous, à un moment ou l’autre de notre vie, nous passons par ces sentiments, nous traversons ces épreuves qui semblent nous submerger. Qu’il est difficile dans ces instants-là de relativiser, de voir ce que la vie recèle de beau malgré tout, de reprendre le dessus! Pour ces petites blessures, ces petits malaises, ces épreuves, je crois qu’on a toutes et tous besoin de petits exercices qui sous leur apparence légère et ludique, nous aident à avancer… et à retrouver le moral. Voici 6 petits exercices et idées spéciales « j’ai pas le moral ».

Pas le moral… j’essaye l’écriture thérapie!

Parfois, on n’a pas le moral pour une raison évidente : on a vécu une trahison, on a perdu notre travail, Parfois, la déprime est plus sourde: nous n’avons pas le moral, sans réussir précisément à mettre des mots sur ce qui se passe. Ce peut-être alors un mélange de plusieurs causes d’origine physiologique (fatigue, carence, hormones…), qui nous rendent plus vulnérables, et un malaise plus profond en profite pour refaire surface.

Le premier petit exercice à faire dans ces cas d’urgence est de comprendre ce qui se passe. Il y a quelques temps, je vous ai parlé d’un exercice d’écriture thérapie dont il avait été prouvé par une expérience très sérieuse qu’elle permettait de guérir plus vite des blessures physiques: deux groupes de personnes ont été formés, avec le point commun d’avoir une cicatrice sur le bras.

On a demandé au premier groupe pendant 20 jours d’écrire chaque jour sur ses sentiments, ses émotions, et au deuxième groupe d’écrire chaque jour simplement sur son programme de la journée sans parler ni d’émotions ni de sentiments.

Au bout de cette période d’essai, plus de 75 % des personnes du premier groupe avaient cicatrisé, contre seulement 40 % des personnes du deuxième groupe.

Si vous ne vous sentez pas le moral, installez-vous, isolez-vous, accordez-vous un moment en tête-à-tête avec vous-même. Munissez-vous de votre carnet, de votre stylo, et exercez-vous à identifier d’où vient cette baisse de moral. Que ressentez-vous? Écrivez sans vous mettre de censure tout ce qui vous passe par la tête. Votre moral est-il au plus bas quand vous pensez à votre travail, votre couple, vos enfants ? Avez-vous une ou plusieurs raisons de vous sentir le moral à zéro ?

Je conçois parfaitement qu’il n’est pas facile d’écrire lorsqu’on n’a pas le moral, et je suis convaincue que cet exercice d’écriture thérapie doit aller de pair avec des exercices plus légers, tournés vers la positive attitude, plus que vers les sources de notre déprime. A vous bien entendu de tester différentes choses et d’identifier ce qui vous fait le plus de bien!

Pas le moral… changez quelque chose!

Ce petit exercice nécessite également une certaine volonté, une certaine force, puisqu’il s’agit de prendre le dessus sur les raisons de cette baisse de moral, en trouvant des idées de petites actions à mener pour améliorer ce qui ne va pas. Une fois de plus, tout dépend des causes de votre baisse de moral, tout dépend de votre degré de déprime, de votre état, et de vos envies.

Je pense que lorsqu’on n’a pas le moral, c’est parce que certains de nos besoins, certaines de nos valeurs sont en souffrance, ne sont pas mis en lumière dans notre quotidien ou dans la situation en cause. Si vous avez effectué le petit exercice d’écriture thérapie, vous avez identifié quelques unes des raisons de ce moral à zéro. Continuez sur cette lancée, et listez dans un tableau en deux colonnes l’ensemble des raisons qui justifient cette petite déprime. Il peut n’y avoir qu’une grosse raison, ou bien plein de petites.

Juste à côté de chacune de ces raisons, identifiez trois petites actions réalisables que vous pourriez mettre en œuvre pour l’améliorer, ou y remédier. Bien sûr, il importe de faire la distinction entre ce que l’on peut changer et ce que l’on ne peut pas changer. Mais même pour ce qui ne peut être changé directement, il existe malgré tout toujours des petites actions à mener pour vous aider par exemple à l’accepter.

« Il y a toujours un moyen d’agir pour mieux vivre une situation pénible. »

Les petits bonheurs anti-baisse de moral

Lorsque nous avons une baisse de moral, quelle qu’en soit la cause, nous avons tendance à nous focaliser sur ce qui ne va pas, sur les aspects négatifs de la situation, de la personne, ou de notre vie. En fait, la réalité est très vaste et diverse, elle est impossible à embrasser dans sa globalité. Nous mettons forcément l’accent sur certains de ses aspects, à nous de choisir ce sur quoi nous allons porter notre attention.

Je peux ressasser cette épreuve que je traverse, ce boulot que je déteste, cette personne qui me fait du mal, ou alors je peux revenir à tout ce qui va bien quand même dans ma vie. Car tout ne va pas mal, même si nous avons un peu cette fâcheuse tendance à exagérer et à empirer les choses.

Ce troisième petit exercice consiste à faire une liste de 10 petites choses qui vous rendent heureuse. Que ce soit des petits bonheurs du quotidien, les fameux petits riens qui vous font du bien, ou des grandes choses, ne vous arrêtez pas avant d’en avoir trouvé 10.
Une fois que vous avez terminé votre liste, voyez comment vous pourriez en mettre en pratique un ou plusieurs dès maintenant. Exercez-vous à retrouver le contact de ces émotions et sentiments positifs, et le négatif vous paraîtra moins important. Une technique radicale quand on n’a pas le moral.

Pas le moral? Parlez!

Il ne s’agit pas de prendre l’habitude de s’épancher sur tout ce qui ne va pas bien dans notre vie, mais je suis convaincue que lorsqu’on traverse une épreuve vraiment difficile, toute seule, il peut être difficile de retrouver la clarté dans ce qui nous arrive, de comprendre d’où cette baisse de moral vient, et comment la surmonter si elle s’attarde.

Ne pas se refermer sur soi, se tourner vers l’autre, accepter de demander de l’aide, communiquer cela me semble important. Pourtant, je suis également convaincue que toutes les oreilles ne se valent pas. Lorsque je me suis intéressée à l’écoute active et bienveillante, je me suis rendue compte à quel point mon écoute n’était pas bienveillante. L’autre peut-être tenté de vous répondre avec ses propres codes et son propre vécu, et non les vôtres. Quand on nous demande notre avis, nous avons toujours l’impression que les choses sont faciles et que l’autre a du mal à les appliquer, alors que ça nous semble évident… Nous ne sommes donc pas toujours de bon conseil 🙂

Parler est à mon sens un bon exercice, à condition donc de trouver la bonne oreille. Si vos difficultés sont profondes, si votre déprime dure dans le temps ou est trop forte en intensité, cherchez une personne capable de vous écouter, qu’elle soit professionnelle ou non, pour vous aider à trouver vous-même les solutions. Une bonne oreille ne doit pas vous imposer ce qui doit être fait, elle doit simplement vous aider à résoudre vous-même vos difficultés.

pas le moral
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Pas le moral… La méthode des bons côtés

Faites-vous partie des personnes qui pensent qu’on peut rire de tout ? Lorsqu’on prend un peu de recul sur la vie, lorsqu’on prend conscience du fait que tout est un miracle, que notre vie est un miracle, et qu’elle a vocation à prendre fin un jour, je crois qu’on peut commencer à traiter les choses avec plus de légèreté.

Vous avez identifié certaines des causes de votre baisse de moral, faites à présent ce petit exercice : listez dans un tableau les causes de votre petite baisse de moral. Mauvaise relation avec sa chef, voyage annulé, son enfant qui quitte la maison, des travaux qui coûtent plus chers que prévu… Toutes ces petites causes conjuguées qui font que vous vous sentez le moral à zéro.

À présent, dans la deuxième colonne de votre tableau, tâchez de noter trois bons côtés à chacun de ces événements pénibles.

Par exemple, si l’une des raisons de votre blues est que votre voyage sur une île a été annulé., voici quels 3 bons côtés vous pourriez trouver:

  1. je vais économiser de l’argent,

  2. je m’évite le risque de prendre des coups de soleil très dangereux pour la peau,

  3. je n’ai pas à endurer un voyage en avion stressant.

Peut-être que ce qui vous arrive aujourd’hui, et qui vous paraît insurmontable ou très pénible, est en réalité une opportunité, une chance pour vous de vous ouvrir à autre chose, pour apprendre quelque chose sur vous-même, pour vivre autre chose.

Pas le moral… Mes meilleurs souvenirs !

Si l’on s’exerce à voir sa vie sous la forme d’une échelle du temps qui s’étire sur de très nombreuses pages, on s’aperçoit que la situation qui nous fait mal, qui nous déprime, n’est en fait qu’un petit point sur cette grande échelle. Nous avons 30, 40, 50 ans de vie derrière nous. Cette situation pénible en elle-même ne représente que quelques jours, quelques mois, au pire quelques années de notre vie.

Je sais qu’il n’est pas facile de relativiser nos événements difficiles, mais ce petit exercice vous permettra de vous reconnecter à vous-même, un autre vous-même pourtant bien présent.

Pour retrouver le moral, fermez les yeux et voyagez dans votre passé. Revivez une situation très joyeuse, très heureuse qui fait partie de votre histoire. Choisissez un moment de bonheur sans lien avec cette situation difficile, le but est justement de vous ouvrir à d’autres partie de vous-même que celles qui sont en souffrance aujourd’hui. Vous souffrez de votre travail, remémorez-vous des instants joyeux de votre vie personnelle. Vous souffrez de vos relations conflictuelles avec vos enfants, revivez un moment, une scène joyeuse qui ne vous appartient qu’à vous. Enfin, si votre déprime n’a pas une grosse cause mais plein de petites, revivez simplement un ou plusieurs de vos moments les plus joyeux. Quand vous êtes-vous sentie la plus vivante ? Quand avez-vous le plus ri ? Pendant quelques minutes, immergez-vous pleinement dans cette scène. Revivez les détails, qui était présent, quand était-ce, où vous trouviez-vous ?

Laissez-vous envahir par les sentiments positifs que génère cette visualisation. Si vous en avez la possibilité et l’envie, couchez par écrit ces plus beaux souvenirs avec tous leurs détails.

Sentez-vous comme le fait de penser à autre chose ouvre à nouveau le champ des possibles pour votre vie présente et future ?


Pas le moral, impression de grande fatigue, de lassitude et de goût à rien ? Je vous propose ici six exercices et idées à tester pour surmonter les situations d’urgence. Qu’ils vous aident à retrouver la joie de vivre qui sommeille, parfois bien cachée, au fond de vous. Toutes mes ondes positives pour surmonter cette épreuve!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

1 Comment

  1. Wahou ! Je ne sais pas par où commencer ! Que ça soit le challenge, les articles, les défis, tout mais vraiment tout me parle ! Je regrette de ne pas avoir eu ce site sous le coude pendant mes années noires, après mon viol, mais c’est avec un immense plaisir que je découvre aujourd’hui toutes ces petites choses qui, mises bout à bout, font d’une vie banale, une vie magnifique, en adéquation avec nos envies 🙂
    Merci donc et longue vie aux Défis des Filles Zen !
    Charlotte
    https://charlottebeydonblog.wordpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *