La thérapie d’acceptation et d’engagement en 8 étapes

Il y a quelques semaines, j’ai entendu parler de la méthode ACT (thérapie d’acceptation et d’engagement) alors que je cherchais de nouveaux livres inspirants sur Internet. J’ai tout de suite été conquise par son approche très pragmatique et différente de nos émotions négatives. Un tournant à 90° qui a fait écho en moi. J’ai alors dévoré plusieurs ouvrages consacrés et je souhaite partager avec vous les choses essentielles que j’ai apprises lors de cette formation expresse (une belle occasion à ne pas rater si vous n’avez pas beaucoup de temps devant vous, alors à vos carnets et bonne réflexion – action à toutes 🙂

Voici les 8 étapes – clés d’une vie professionnelle et personnelle épanouies selon la méthode ACT… et un outil magique. Prêtes à suivre une formation expresse et inspirante?!

Étape n°1 : connaître ses valeurs avec la méthode ACT

Réussir dans sa vie professionnelle et personnelle, cela passe nécessairement par trouver la voie qui a du sens pour nous. C’est l’un des fondamentaux de la thérapie d’acceptation et d’engagement. Trouver ce qui nous fait nous sentir vivant, identifier nos valeurs, c’est le point de départ essentiel pour vivre LA vie qui nous ressemble. Lorsque nous ne nous sentons pas à l’aise dans notre vie professionnelle ou personnelle, c’est parce que nos valeurs sont mises à mal. Avancer en direction de ses valeurs nous apporte de la satisfaction et nous remplit d’énergie.

Il est donc important de commencer toute réflexion sur sa vie professionnelle ou personnelle par une recherche des valeurs qui nous anime. Si vous souhaitez vous lancer dans cette belle aventure, ce que je vous invite à faire, je vous recommande les articles « cinq jeux pour trouver sa mission de vie » « cinq exercices pour trouver le sens de votre vie« .

Étape n°2 : faire le diagnostic de sa vie

Une fois identifiées les valeurs qui nous animent, nous pouvons faire le diagnostic de notre situation actuelle, sur les plans personnel et professionnel.

Quelles sont nos activités récurrentes, dans quel environnement, avec quels partenaires évoluons-nous?

Quelles valeurs sont bien représentées dans notre quotidien, quelles valeurs sont clairement sous-représentées?

Vous l’avez compris, la sous-représentation de valeurs qui nous sont chères est bien souvent à l’origine de l’inconfort que l’on ressent.

Étape n°3 : réduire l’écart entre sa vie et ses valeurs

Bien sûr, il est confortable de réfléchir à ces grandes questions, mais plus difficile de faire le pas du changement. Et pourtant, sans action, rien ne changera! La thérapie d’acceptation et d’engagement préconise donc de faire suivre toute réflexion d’un plan d’action. Quels ajustements puis-je faire au quotidien pour me rapprocher de mes valeurs? Considérez vos valeurs une à une, et proposer une liste d’actions pour chaque valeur qui le nécessite.

N’oubliez pas de prévoir de petites actions, celles que vous pourrez effectuer assez facilement, et qui vous feront sortir, en douceur, de vos habitudes. Et agissez!

Étape n°4 : ne pas lutter contre ses émotions négatives

S’obstiner à vouloir lutter contre ses émotions négatives est une erreur que commettent de nombreuses méthodes de psychologie et qui cause de grandes souffrances. C’est sur ce point que j’ai vraiment adhéré à l’approche de la méthode ACT. Non il n’est pas forcément nécessaire – et d’ailleurs souvent ce n’est pas possible – de lutter contre nos émotions négatives.

Pouvez-vous vous empêcher de ressentir de l’amour ou de la joie?

Nos émotions sont présentes, elles sont de l’ordre du réflexe. Lorsque nous y parvenons, c’est au prix d’un combat très difficile, qui peut être lui-même source de souffrances (perte d’estime de soi lorsqu’on n’y parvient pas, contradiction avec ses valeurs…).

Je ne suis jamais parvenue à être moins stressée quand on me disait « ne te stresse pas »… et vous?

 Étape n°5 : accueillir ses émotions négatives

Une autre approche de nos émotions négatives qui est retenue par la thérapie d’acceptation et d’engagement (et que j’avais déjà pratiquée en méditation), consiste à les accepter. J’ai peur, je suis en colère, et c’est ainsi.

Nous pouvons choisir d’accueillir et d’accepter cette émotion sans chercher à la combattre. Par exemple, en nous exerçant à observer ce que nous ressentons lorsqu’une émotion nous submerge, les signes physiques, les pensées qui nous viennent et alimentent cette émotion.

Étape n°6 : reconnaître que ses pensées ne sont pas la réalité

Bien que ce que nous pensons nous semble être la réalité, ce n’est que notre interprétation des situations. Chacun a sa propre vision de ce qui l’entoure. Dans une même situation, deux personnes ne voient ni n’entendent exactement la même chose.

Notre cerveau est un outil formidable mais qui est en action en permanence. Il pense énormément et tente de nous convaincre de la réalité de nos pensées. Or elles sont majoritairement composées d’étiquettes que nous posons sur les choses et les personnes, d’histoires que l’on invente pour interpréter notre environnement, de jugements et de raccourcis. Nos pensées ne sont pas ce qu’on croit qu’elle sont.

Lorsque nous sommes en désaccord avec quelqu’un, la méthode ACT nous invite à voir les choses depuis le point de vue de l’autre, à rester ouverte, à l’écoute de ses arguments. Et en toutes circonstances, nous pouvons relativiser notre façon de penser et ne pas nous exprimer avec trop de certitudes.
thérapie d'acceptation et d'engagement
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Étape n°7 : se détacher de ses pensées

Il faut accepter l’idée que, tout comme les émotions négatives, chercher à lutter contre ses pensées est le moyen le plus sûr de les renforcer. Même si ça semble difficile, il est possible de s’améliorer de ce point de vue, et ce, même si on a une activité cérébrale très riche qui ressasse sans cesse en boucle les mêmes pensées 🙂

Nos pensées ne sont pas la réalité, elles ne sont que des pensées, qui vont et viennent. Nous avons le sentiment d’être aux commandes de notre cerveau, et pourtant… Parfois, nous n’arrivons pas à chasser des pensées qui reviennent. Ce que nous pouvons faire en revanche, comme dans le cas de nos émotions, c’est de les accueillir, de les regarder passer en faisant le choix de ne pas nous laisser entraîner. C’est le crédo de la thérapie d’acceptation et d’engagement qui s’inspire en cela de la pleine conscience.

Étape n°8 : changer ce que nous faisons

Il n’est pas nécessaire de changer qui nous sommes pour évoluer mais ce que nous faisons.

J’aime beaucoup cette phrase, car en ce qui me concerne, j’ai perdu beaucoup d’énergie à essayer d’avoir plus confiance en moi. « Allez, c’est décidé, j’ai confiance en moi 🙂 »

Or, nous pouvons faire une distinction entre les émotions et pensées que nous vivons et ce que nous faisons. Il est possible d’agir dans une direction même si une émotion ou une pensée nous pousse à ne rien faire ou à aller dans l’autre sens. Ressentez-vous la liberté, le potentiel que cette idée libère en nous?

Peut-être que ma peur me dicte de ne pas intervenir pendant cette réunion, et pourtant, je peux intervenir. Peut-être que ma tristesse me pousse à faire la tête, et pourtant, je peux sourire.

Nous ne pouvons pas directement lutter contre les émotions et pensées qui nous habitent. Mais ce que nous pouvons décider de faire, c’est de lutter contre l’action impulsive que cette émotion suscite. On ne choisit pas ce qu’on ressent, mais on peut choisir ce que l’on fait. Et le simple fait d’agir malgré nos pensées et nos émotions, nous aide à réduire leur impact et nous en détacher.

L’outil magique

Ce que j’aime particulièrement dans la thérapie d’acceptation et d’engagement, est qu’elle fait le lien entre deux thématiques qui me sont très chères. D’une part, l’importance de fixer des objectifs à sa vie pour lui donner une direction qui a du sens pour nous, pour ne pas suivre un quotidien qui parfois est la conséquence de décisions guidées par la peur. D’autre part, l’importance d’entraîner son attention pour muscler son cerveau et s’habituer à ne pas se laisser emporter par les pensées, et parvenir à accepter en toute bienveillance ses émotions.

Et pour s’exercer à porter et maintenir son attention afin d’apprendre à se détacher de ses pensées et accepter avec bienveillance ses émotions, il existe un outil magique qui a toute sa place dans notre quotidien de femme active et overbookée : la méditation de pleine conscience. Elle consiste à porter et maintenir son attention sur un objet choisi (visuel, auditif, corporel, mental…). Elle propose une infinité d’exercices variés, simples, discrets et pour la plupart réalisables en toutes circonstances (et même assise à son bureau), découvrez 8 exercices du plus facile au plus difficile pour apprendre facilement la pleine conscience.


Vous savez l’essentiel sur la thérapie d’acceptation et d’engagement, avez-vous envie d’en savoir plus?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

3 Comments

  1. Coucou Mylène , merci pour ce bel article ! j’aurais envie de creuser cette méthode: est ce que tu as un livre à nous recommander ? Merci.

    1. Bonjour Marie, j’ai particulièrement aimé un livre écrit par Christophe Deval et Sylvie Bernard-Curie, qui s’intitule « vous avez tout pour réussir ». Attention, ce n’est pas un livre qui « se bouquine » les doigts de pied en éventail, mais plutôt assise à sa table, avec stylo et carnet prêtes à l’emploi. Bref, action garantie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *