Zéro déchet de Béa Johnson: sélection spéciale débutant!

Zéro déchet de Béa Johnson, c’est le livre référence sur cette thématique, que je soupçonne même d’être à l’origine de la popularité de cette expression. Française de naissance, Béa Johnson est désormais installée aux États-Unis, où elle a rencontré son époux et fondé sa famille. Pendant longtemps, elle a vécu le rêve Américain, avec grosse voiture, grosse maison et tout le tralala. Jusqu’au jour où sa famille s’est vue contrainte de passer un an dans un petit espace, entre deux déménagements. La plupart de leurs possessions étant en garde-meuble, faute de place, ils ont fini par se rendre compte qu’ils se sentaient beaucoup mieux sans tout ce superflu. C’est là qu’a démarrée leur aventure minimaliste et zéro déchet.

Dans « zéro déchet » de Béa Johnson, l’auteure nous propose 100 astuces pour suivre son exemple. Super ! Mais par où commencer ? Comme 100 ça fait beaucoup, voici une petit sélection de 6 mini-défis pour faire vos débuts, soufflés par Béa Johnson.

Cet article invité est écrit par Aude Lagardet, du blog ecologie-citadine.com, sur lequel elle propose des dizaines d’astuces pour vivre plus écolo au quotidien!

Mini-défi #1. Dans la cuisine : apprendre à bien trier

 Trier, cela peut sonner comme le b.a.-ba, pourtant cette habitude n’est pas encore bien ancrée dans tous les foyers. Pour certains, cela ne sert pas à grand-chose. Pour d’autre, la volonté est bien là mais il n’est pas toujours facile de savoir comment s’y prendre.

Et pourtant oui, les déchets collectés dans les poubelles sont bels et bien réutilisés. Pour en être sûre, je suis même allée visiter le centre de tri de mon agglomération. J’y ai appris que 80% du contenu de nos poubelles jaunes était bel et bien envoyé en recyclage. Le reste repart en déchet ménager, souvent à cause d’erreurs de tri.

Chez vous :

  •  Équipez-vous de contenant dédiés pour chaque type de déchets (ménagers, verres, recyclables)
  • Pour être certain de ce qui peut être recyclé, vérifiez auprès de votre ville, car les capacités diffèrent selon les agglomérations. Vous pouvez également télécharger cet abécédaire des déchets.
  • Mettez au-dessus de la poubelle de recyclage la liste de ce qui peut ou non être trié. Comme ça, plus d’erreur ! Il faut bien que cette feuille soit visible à l’endroit où vous jetez.

Mini-défi #2. Dans la salle de bain : revoir son choix de shampoing

 Cheveux gras, frisés, colorés, blonds, bruns, j’en passe et des meilleures, le marketing ne cesse d’innover en matière de types de shampoings. Il y en aura toujours un nouveau, celui dont vous aurez besoin même si vous ne le saviez pas, supposé vous apporter amour, gloire et beauté au passage (de plus beaux cheveux, c’est moins certain). Et si on se simplifiait la vie ?

Dans son livre « zéro déchet », Béa Johnson déconseille de fabriquer soi-même son shampoing, car cela nécessite souvent beaucoup de matériel et de matières premières, qui vont nous obliger à consommer et créer des déchets. Si vous êtes à la recherche de solutions naturelles, pourquoi pas, mais cela ne s’inscrit pas dans son mode de vie à elle.
Par contre ce que vous pouvez faire tout de suite :

  • Pour ma part j’ai quasiment arrêté de me laver les cheveux : ma raison première étant qu’ils sont beaucoup plus beaux depuis et que ça prend moins de temps. En plus c’est plus économique, au niveau des produits utilisés et de l’eau consommée.
  • Choisir un shampoing en pain : c’est-à-dire sous forme solide. On en trouve dans des magasins comme Lush par exemple. Ils lavent aussi bien et sont pratiques à utiliser. Attention, préférez ceux vendus sans emballage plastique.  Béa Johnson parle également de shampoings liquides vendus en vrac (on vient remplir son flacon dans sa bouteille), mais qui sont actuellement plus difficiles à trouver.
  • Faire des shampoings secs maison : la maïzena. Rien de plus simple, on en met sur sa tête, on frotte 2/3 minutes et on brosse un moment les cheveux avec la tête en bas. Dans le même esprit on peut utiliser de l’argile blanche, rose ou du rhassoul. À vous de voir lequel vous préférez.

Mini-défi #3. : Dans la garde-robe : se mettre aux travaux manuels

 La tendance actuelle en matière de vêtements est au shopping intensif. On n’y pense pas assez, mais l’impact global de cette consommation est énorme au niveau écologique et humain (matières premières, pollution, exploitation, etc.). À titre individuel, s’ensuit une insatisfaction perpétuelle. Pourtant, bien souvent notre penderie regorge de trésors. Alors, voici ce que vous pouvez faire pour avoir une garde-robe « zéro déchet »:

  • Recoudre: c’est tout bête, pourtant ça ne prend que quelques minutes de rattacher un bouton qui s’en va ou de repriser une chaussette en fin de vie. Vous pouvez également faire des pinces à vos chemises trop grandes pour les réajuster (niveau plus avancé). Et en plus après on est fières de soi !
  • Réinventer : pour vous redonner envie de porter ce vieux t-shirt, accessoirisez-le en y cousant des boutons, en y accrochant une broche… Faites marcher votre imagination et rendez cet objet vraiment unique. Cela marche aussi dans l’autre sens, c’est-à-dire qu’il est souvent possible de découdre un motif qui ne vous plairait plus.
  • Varier les plaisirs : juxtaposer du vieux et du neuf, réutiliser une ceinture chaine en tant que sautoir, mélanger vêtement de sport et de ville, ou encore emprunter. Encore une fois, une bonne manière de faire travailler son imagination.

Mini-défi #4. Dans le salon : réduire sa consommation d’énergie

 Il s’agit encore une fois d’un conseil que vous avez sûrement déjà entendu par ailleurs, mais qui n’est pas toujours mis en application, faute d’y penser. Pourtant, c’est un excellent moyen de faire des économies et d’être plus sympa envers la planète.

  • Privilégier le matériel longue durée : je vous invite tout d’abord à remplacer vos produits existants (une fois qu’ils sont en fin de vie, pas la peine de jeter pour jeter si cela fonctionne toujours) en privilégiant les ampoules LED (de toute manière, les lampes à incandescence sont en train de disparaitre à cause du mercure qu’elles contiennent) et les piles rechargeables.
  • Utiliser des multiprises classiques ou intelligentes : pour pouvoir éteindre tous vos appareils rapidement et facilement d’un coup, rien de mieux qu’une multiprise. Cela vaut le coût, car on estime que les produits en mode veille représenteraient 5 à 10 % de la consommation électrique totale des foyers. Aujourd’hui, on trouve même des multiprises intelligentes, qui selon les modèles coupent automatiquement l’électricité en fonction de l’horaire, ou bien lorsqu’elles détectent que l’appareil passe en mode veille.
  • Passer aux énergies vertes : beaucoup de personnes ignorent encore qu’il est possible (et facile) de changer de fournisseur en énergie, car EDF n’a plus le monopole. La qualité de l’électricité est la même et cela ne prend que quelques minutes en ligne. Or, plusieurs opérateurs ont une offre 100% issue du renouvelable. Lire ici une comparaison des fournisseurs en énergie renouvelable.
zéro déchet de Béa Johnson
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Mini-défi #5. Dans le bureau : réfléchir à ce dont on a vraiment besoin

 Simplifier son environnement revient également à simplifier sa vie. Nombre des objets de notre entourage nous paraissent indispensables, jusqu’à ce qu’on prenne quelques minutes pour se demander si c’est réellement le cas. C’est particulièrement vrai au bureau (en entreprise ou chez soi) car la quantité peut donner l’impression d’être « occupée », donc « importante ». Encore une fois, avons-nous vraiment besoin de cela?

Faire le tri des fournitures : inutile de cumuler crayons et stylos, surtout dans cette ère du numérique où leur utilisation devient moins fréquente ; idem pour ces classeurs vides en double ou ces grosses réserves de papier blanc. Le plus difficile, mais le plus efficace, revient encore à refuser tous ces objets publicitaires que nous n’utiliserons jamais, même s’ils sont gratuits. S’ils viennent envahir votre vie, peut-on vraiment les considérer comme des « cadeaux » ? Tout ce matériel inutilisé pourra faire le bonheur d’une école publique près de chez vous !

Oublier les blocs de papier et les tableaux blancs : plutôt que de gâcher tout ce papier ou d’investir dans un tableau blanc en plastique, il est tout à fait recommandé d’opter plutôt pour un miroir. Les marqueurs (qui peuvent être rechargeables et non toxiques) fonctionnent tout aussi bien sur ce type de support et cela aura en plus l’avantage d’agrandir votre espace tout en y apportant de la lumière.

Mini-défi #6. Au petit coin : opter pour des options naturelles

 Beaucoup de foyers ont tendance à démultiplier les produits ménagers : retour de l’amour, de la gloire et de la beauté, version serpillière – car c’est bien connu le pommeau de la douche n’a pas du tout les mêmes besoins que le mitigeur de votre cuisine. Enfin, il paraît. Chers, très polluants et probablement pas très sympathiques pour notre santé, nous avons tout intérêt à revenir aux produits de bases qui ont fait leurs preuves.

Fabriquer son mélange de base : dans un vaporisateur, mettre 250 ml d’eau pour cinq cuillères à soupe de vinaigre blanc. Cela nettoiera à merveille votre cuvette. Pour des traces un peu plus tenaces, ajouter du bicarbonate de soude après avoir pulvérisé le mélange et frotter après avoir laissé agir.
Attention de ne pas préparer de mélange vinaigre + bicarbonate à l’avance, car ces deux produits ensemble sont très réactifs. Cette réaction chimique peut d’ailleurs être mise à profit pour déboucher des canalisations (compter alors 125 ml de vinaigre pour quatre cuillères à soupe de bicarbonate).

Parfumer l’espace : cette astuce ne vient pas du livre de Béa Johnson (ou alors je suis passée à côté) mais me parait utile pour cette pièce de la maison. Il s’agit tout simplement d’utiliser un galet et d’y verser une ou deux gouttes de l’huile essentielle de son choix, cela fait un excellent diffuseur de parfum.


Je voulais dire un grand merci à Aude du blog ecologie-citadine.com, qui a fait un travail excellent en lisant le livre « Zéro déchet » de Béa Johnson et en nous proposant sa sélection de 6 petits défis à relever pour se lancer! Allez plus loin en découvrant les 8 bonnes habitudes à adopter en mode zéro déchet, et disposez d’une boîte à outils complète pour limiter votre impact sur la planète!

Et vous, quelles bonnes habitudes zéro déchet avez-vous adoptées au quotidien?

Enregistrer

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *