Le pouvoir du moment présent : 9 leçons d’Eckhart Tollé

le pouvoir du moment présent

Le pouvoir du moment présent est le livre référence d’Eckhart Tollé. Son credo? Seul le moment présent compte, car lui seul peut nous combler et nous donner un sentiment de paix, de plénitude. Attention, vivre le moment présent ne veut pas dire se transformer en hédoniste assoiffé de plaisirs immédiats. Vivre le moment présent, c’est apprendre à lâcher-prise, à se concentrer sur ce que l’on fait ici et maintenant. Un véritable challenge dans nos vies trop occupées!

Dans cet article, je partage avec vous les 9 leçons qu’il faut retenir de ce livre célèbrissime d’Eckhart Tollé : Le pouvoir du moment présent.

 

Cet article est écrit par une invitée, Tiffany Buton. Tiffany s’est lancée dans le projet de lire et de résumer 52 livres sur le bonheur en 52 semaines. Son livre contenant ses premières trouvailles « Mes 15 clés pour plus de bonheur » est disponible gratuitement sur son blog : dubonheuretdeslivres.com

Le pouvoir du moment présent: mon appréciation générale

J’ai beaucoup aimé lire ce livre. Tout d’abord, pour sa forme. L’auteur répond à des questions. C’est presqu’un dialogue et ça l’amène parfois à se répéter. Chose très appréciable car étant novice dans le domaine de la spiritualité, j’ai grand besoin qu’on me répète les choses. 🙂

D’ailleurs pour être tout à fait honnête, j’ai lu “Le pouvoir du moment présent” deux fois avant d’écrire cet article car il m’a profondément touchée. J’ai ressenti le besoin de m’y plonger une seconde fois. Et la troisième ne devrait pas tarder. Ce que je lis, ce que je comprends de ce livre m’apaise.

Je trouve les propos bienveillants et inspirants mais parfois certains mots peuvent sembler durs ! Je ne me suis pas arrêtée aux mots, lui-même nous y invite. Les mots ne sont que des mots, il n’est pas conseillé de nous arrêter sur le sens qu’on leur prête. L’auteur parle par exemple de « corps de souffrance », de « négativité qui pollue la Terre ». Gardons à l’esprit que l’idée derrière les mots est plus importante que les mots eux-mêmes. (remarque: j’ai eu cette même impression lorsque j’ai lu Les 4 accords toltèques ).

Pourquoi parler du “pouvoir” du moment présent ?

Le moment présent pour Eckhart Tollé est notre seul moyen de trouver la paix et la joie qui sont naturellement en nous. Il ne nous propose pas une vie faite que de bonheurs (c’est impossible !) mais une vie faite de joie, de paix et de sérénité.

Après mes deux lectures, j’ai mis en lumière 9 leçons pour atteindre une plus grande sérénité dans ma vie. Je vous les partage maintenant.

 

le pouvoir du moment présent

1 – Je pense donc je suis est un mensonge

Descartes a écrit « Je pense donc je suis ». Eckhart Tollé nous le dit tout net : c’est une erreur. Il nous invite à faire la distinction entre nos pensées, qu’il appelle aussi notre mental, et ce que nous sommes vraiment. Notre mental nous pousse à nous créer une fausse identité par rapport au monde extérieur, que nous comparons, jugeons et critiquons. Nous ne sommes pas nos pensées, nous ne sommes pas ce reflet vu de l’extérieur. Nous sommes une présence derrière ce mental. C’est elle, notre vraie identité. Eckhart Tollé nous propose de « se désidentifier du mental » pour être nous-même. Faire taire notre mental et ainsi atteindre une plus grande conscience pour plus de paix et de joie dans nos vies.

2 – Observer le penseur

Prendre conscience que nous sommes autre chose que notre mental se « développe ». Depuis toutes jeunes, nous avons appris à utiliser notre mental et à améliorer constamment ses capacités. Mais qu’en est-il de notre présence ? Comment devenir plus présent ? Eckart Tollé nous invite à « observer le penseur ». Souvent, nos pensées vont et viennent sans que l’on ait aucun contrôle sur elles. Et si nous observions notre flot de pensées ? Telles des nuages qui passent à l’horizon? Regarder nos pensées passer sans émettre aucun commentaire, ni jugement. Observer tout simplement. Être plus présentes à ce qui se passe en nous

Il y a notre mental et son brouhaha, et il y a nous, calme et sereine.

3 – Se concentrer sur le moment présent

« Observer le penseur » n’est pas des plus évident. Surtout si comme moi, vos pensées fusent à la vitesse de la lumière et que vous essayez malgré tout de les suivre. 🙂

Eckhart Tollé nous propose un autre exercice pour nous apprendre à « se désidentifier de notre mental » : se concentrer sur le présent. Quelle que soit l’action que nous faisons : la vaisselle, marcher, prendre sa douche… L’auteur nous invite à respirer profondément et calmement. Ne pas donner notre entière attention à ce qui se passe à l’extérieur de nous mais à en prendre une partie et à la diriger à l’intérieur de nous. Ressentir notre corps de l’intérieur, dans nos mains, nos pieds, notre abdomen… Habiter notre corps dans le présent. Pour penser à se concentrer, on peut se poser cette question régulièrement : « Qu’est-ce qui se passe en moi en ce moment ? » Ainsi, nous sommes à l’écoute de ce qui se passe à l’intérieur et pas seulement à l’extérieur.

4 – L’égo, notre pire ennemi

Dans Le pouvoir du moment présent, Eckhart Tollé défend l’idée suivante: en nous identifiant à notre mental, nous donnons vie à l’égo. L’égo a peur. Il a constamment besoin de dominer et de se défendre. C’est lui qui nous pousse à avoir raison. Car avoir tort signifie être faible et donc être en danger.

Dès lors qu’on se désidentifie de notre mental, que nous sommes plus présente, nous n’avons plus besoin d’entrer en conflit avec qui que ce soit. Nous sommes en paix.
le pouvoir du moment présent
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

5 – Notre notion du temps est erronée

L’égo ne peut survivre sans la notion du temps : passé et futur. Il a besoin d’une identité, qu’il trouve dans le passé : je suis parce que j’étais. Il a besoin du futur pour également se définir : je suis parce que je serai ou j’obtiendrai cela. En fait, l’égo n’est jamais dans le présent. Il est constamment en train de ressasser le passé à ruminer son histoire personnelle. Il est tout le temps en train de se projeter dans le futur en quête d’espoir ou de désespoir d’ailleurs. Projeter des scénarios négatifs, il adore. Ça nourrit sa peur de l’autre.

Se désitentifier du mental, c’est prendre conscience que le seul moment qui existe, c’est maintenant. Pas hier, ni demain, mais maintenant !

Rien ne s’est jamais produit dans le passé : cela s’est produit dans le présent. Rien ne se produira jamais dans le futur : cela se produira dans le présent.

Eckhart Tollé nous invite à nous poser cette question : « En ce moment, que me manque-t-il ? »

6 – Un problème n’en est pas un

Avoir un problème veut dire que nous nous arrêtons mentalement sur une situation sans qu’on ait vraiment envie ou que l’on puisse agir tout de suite. Ce problème devient vite ce qui nous définit. Il s’inscrit dans notre histoire personnelle et aussi dans notre futur. Car l’égo a besoin de problème pour survivre. Il ne supporte pas le présent et le calme qu’il nous inspire. Ça nous est toutes arrivées de nous sentir super bien, comme au paradis et pourtant rapidement on a entendu une petite voix (notre mental) s’écrier : « Oui, mais… »

Eckhart Tollé nous invite à faire la différence entre nos conditions de vie et notre vie. Notre vie, notre vraie identité se trouve dans le moment présent. Nos conditions de vie peuvent être problématiques, voire très ! Pourtant, les problèmes n’ont pas de prise sur le présent.

Demandez-vous : « Ai-je un problème ? » Pas demain, ni dans 10 minutes, mais là, maintenant…

7- Lâcher-prise

Lâcher prise, on pourrait croire que cela signifie se laisser aller ou ne rien faire. Lâcher prise n’est pas contraire au fait de s’améliorer, d’aller de l’avant, de trouver des solutions. Le lâcher prise, c’est accepter la situation ou une personne telle qu’elle est. C’est ne pas résister. Quand on ne lâche pas prise, on donne de la consistance à notre égo, on le nourrit. Car on perçoit le monde et les personnes autour de nous comme des menaces. Nous sommes tentées de détruire ce qui nous entoure, de rivaliser ou de dominer les autres. Lâcher-prise, par notre non-résistance, par notre non-identification au mental, nous apporte la paix et la sérénité.

8 – Dire adieu à notre négativité

Ressentir de la colère, de l’impatience, du ressentiment, ce qu’on pourrait appeler de la négativité, ne nous est pas naturel. C’est créé de toute pièce par le mental car cette négativité prend naissance dans quelque chose qui est extérieur à nous : une situation ou une personne. Or ce qui est extérieur à nous devrait n’avoir aucune influence sur ce qui se passe en nous. Nous pouvons faire le choix d’observer nos pensées et non de nous identifier à elles (observer le penseur).

« De cette façon, nous devenons invulnérable. Nous sommes sous notre pouvoir, pas sous celui de quelqu’un d’autre et notre mental ne mène pas le bal. »

9 – Le pouvoir du moment présent: l’ultime leçon “pour plus de compassion”

Se désidentifier de notre mental permet donc d’avoir accès à la paix et à la joie qui sont naturellement en nous. Cela permet aussi d’entretenir de meilleures relations avec les autres car nous développons un sentiment de compassion.

En effet, dès que l’on comprend que les personnes autour de nous s’identifient elles-aussi à leur mental, comment pourrions-nous continuer à nourrir du ressentiment envers elles ? Ces personnes n’ont pas le choix, elles sont sous l’emprise de leur égo et sont poussées à combattre, à se défendre du monde qui les entoure.


Voici les 9 clés essentielles que j’ai lues dans “Le pouvoir du moment présent” d’Eckhart Tollé. J’espère de tout coeur t’avoir donné un peu d’inspiration pour faire de ta vie une vie plus simple, plus sereine et plus belle.

Tiffany est blogueuse. Elle s’est lancée dans le projet de lire et de résumer 52 livres sur le bonheur en 52 semaines. Son livre contenant ses premières trouvailles « Mes 15 clés pour plus de bonheur » est disponible gratuitement sur son blog : dubonheuretdeslivres.com

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le pouvoir du moment présent : 9 leçons d’Eckhart Tollé
Donnez votre avis sur cet article

4 Comments

  1. Whaou ! Merci beaucoup Mylène. Quelle joie de partager cette lecture sur ton si joli blog.
    Merci, merci !
    J’espère de tout coeur avoir donné un peu d’inspiration pour mettre un peu plus de bonheur dans nos vies. 🙂

    Depuis la lecture d’Eckhart Tollé, j’ai découvert le livre du Dr Serge Marquis « On est foutu, on pense trop ! » Cette lecture est plus « légère ».
    Serge Marquis décrit l’égo comme un « hamster » tournant dans sa roue de « et moi, et moi ». Les mots qu’il utilise sont plus doux et surtout, plus drôles. Si certaines d’entre vous peuvent se sentir mal à l’aise à l’idée de lire des mots trop durs, Serge Marquis pourrait parfaitement vous convenir. 🙂

    Merci encore.
    Belle journée !
    Tiffany

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.