Être heureux: faites-vous ces 5 erreurs?

Être heureux, après tout, ça aurait très bien pu être inné, dans la nature de chacun, de sa naissance à sa mort, facile, naturel, spontané, évident… En réalité, si l’on en croit le nombre de livres, de blogs, et même l’existence d’une discipline ad hoc, la psychologie positive, être heureux semble loin d’être une évidence, et même plutôt relever du parcours du combattant 🙂 Pourtant, le désir de ne pas souffrir et d’être heureux est bien le désir le plus partagé au monde. Alors quelles sont les erreurs que nous commettons ? Quelles sont les idées reçues, les blocages à surmonter pour vivre une vie heureuse et ne pas gâcher cette belle opportunité que nous avons ? J’en ai recensé 5… que j’ai toutes commises moi-même, ce qui me permet de vous en parler en toute franchise et sans jugement aucun 🙂
Et vous, commettez-vous ces erreurs? Croyez-vous en ces idées reçues?

Les 5 erreurs et idées reçues qui nous empêchent d’être heureux

Idée reçue n°1: être heureux, ce n’est pas un sujet

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser au développement personnel et au Bonheur, et que j’en ai parlé autour de moi, j’ai vite ressenti une légère désapprobation chez mes proches ou amis. Une moue dubitative.
« Mais à quoi ça sert d’étudier cette question ? Tu n’as pas l’impression de te créer des problèmes qui n’existent pas ? »
Ou encore « Tu te poses trop de questions. »
Ou bien « Les gens n’ont pas besoin que tu leur parles de cela, chacun son histoire, son histoire propre, il n’y a rien à leur apprendre. »
Voilà en substance la synthèse de leurs remarques. Alors effectivement, je me suis interrogée… Peut-être qu’après tout, j’étais la seule à ne pas me sentir vraiment heureuse, à ressentir ce malaise dans ma vie quotidienne?

Erreur n°1: faire du bonheur un sujet tabou

Pourtant, plusieurs signes semblaient m’indiquer le contraire. Par exemple :

  • Nous sommes l’un des pays dans lequel la consommation d’antidépresseurs est la plus élevée au monde;
  • Le suicide est la deuxième cause de mortalité des moins de 24 ans;
  • La France et les pays européens sont globalement les plus gros consommateurs au monde d’alcool;
  • Près d’un homme sur trois meurt de sa consommation de tabac…
    J’arrête là, non ?

Peu importent en tous cas ces remarques, mon intuition était plus forte.
J’ai donc décidé de partir en quête d’une vie plus heureuse et épanouissante. Et il y a deux ans, j’ai créé le challenge « un défi par semaine » pour reprendre sa vie en main, créer la vie de ses rêves, bref, être plus heureuse tout simplement. J’ai commencé toute seule, et jour après jour vous avez été de plus en plus nombreuses à rejoindre ce programme : à l’heure où je vous parle, nous sommes 4769 à le suivre.

Pour briser cette idée reçue qui consiste à faire du bonheur un sujet tabou, réservé aux personnes « qui ont le temps de se poser ce genre de questions », l’idéal est d’être bien entourée. Si cela vous est possible, entourez-vous de personnes qui partagent votre envie d’être plus heureuses pour échanger et vous motiver sur cette question importante. Qu’est-ce qui marche? Qu’est-ce qui ne marche pas? Comment appliquer tel ou tel conseil?

Idée reçue n°2: être heureux, ça ne s’apprend pas… chacun sait ce dont il a besoin!

Voici un autre type de discours que j’entends régulièrement à propos du bonheur… êtes-vous concernée?

 » Ça ne sert à rien de lire des livres, de suivre des stages ou d’écrire des articles. Être heureux, ça ne s’apprend pas. Ce sont les circonstances qui font que l’on est heureux ou pas. »

Souvent, lorsqu’on se demande « de quoi aurais-je besoin pour être heureux », voici ce qui nous vient en tête:

« – si je gagnais au loto,
  – si j’étais en vacances sur une île déserte,
  – si j’avais un boulot mieux payé,
  – si mes journées duraient 30 heures au lieu de 24,
  – si je rencontrais l’homme idéal… »

Alors là, oui, je serais heureuse.

Penser ainsi, c’est commettre une erreur. Notre bonheur n’est pas dans les circonstances extérieures, ou très peu. Une étude scientifique, menée dans le cadre de la psychologie positive, a prouvé que les circonstances extérieures influencent à hauteur de 10 % seulement notre niveau de bonheur. Autant dire, pas grand-chose.

En réalité, le meilleur moyen d’être plus heureux au quotidien, est de faire évoluer son état d’esprit.
Donc si, être heureux, ça s’apprend et ça se travaille.

Idée reçue n°3: Être heureux, oui, mais je n’ai pas le temps de me poser ces questions

« J’adore tes défis et ce que tu proposes sur le blog, malheureusement, je manque de temps en ce moment. »
Lorsque je lis les commentaires d’une participante au programme qui s’est désinscrite, je ressens toujours un petit pincement au cœur. C’est tellement dommage de passer à côté de l’opportunité de changer pour vivre une vie plus proche de ses aspirations profondes, plus en accord avec soi-même.

J’aime beaucoup cette citation zen qui dit : « Méditez 15 minutes chaque jour. Et si vraiment vous êtes pressée, méditez 30 minutes. »

En réalité, notre bonheur est notre réelle priorité. Quand je dis notre bonheur, je pense inévitablement également à celui de nos proches, car le bonheur est extrêmement contagieux. Il ne s’agit donc pas là d’une démarche égoïste 🙂

Nous n’avons rien de plus urgent à faire que d’être parfaitement heureux à cet instant présent. L’enquête menée auprès des mourants d’un centre de soins palliatifs n’a fait que confirmer ce qui semblait déjà évident.
En tête des regrets les plus partagés des personnes en fin de vie, ne figure pas « j’aurais aimé faire plus de choses, courir plus vite, avoir plus d’activités et d’occupations. »
Non, en tête de ces regrets, on trouve « j’aurais aimé m’accorder le droit d’être heureux. »
Voici ce que les mourants regrettent le plus… D’être passés à côté de ce sujet essentiel, de ne pas l’avoir suffisamment priorisé.

Alors? Quelle excuse votre mental cherche-t-il pour procrastiner et ne pas passer à l’action?

Idée reçue n°4: être heureux ça doit venir de soi… tous ces trucs, ça ne marchera pas pour moi!

La psychologie positive est une discipline qui a pour objectif d’expérimenter pour mettre en évidence les habitudes qui rendent heureux au quotidien.
Et nous connaissons à l’heure actuelle de nombreux exercices qui, pratiqués régulièrement, augmentent sensiblement le niveau de bonheur de leurs acteurs.
Leur efficacité a été testée et validée, vous ne risquez donc absolument rien à en faire l’expérience, non?

Lorsque j’ai conçu le programme des défis zen j’avais également en tête l’envie de tester tous ces petits trucs qui sont censés nous rendre plus heureuses, plus épanouies, plus motivées à transformer notre vie au quotidien. Le principe de ce challenge, est de tester chaque semaine un petit truc différent, emprunté à la psychologie positive et au développement personnel.

En fin de semaine, j’invite chacune et chacun à faire le point sur sa pratique de la semaine et à noter ce qui lui a semblé difficile et ce qu’il ou elle souhaite conserver au quotidien.

N’acceptez donc pas tout ce qu’on vous raconte sur le bonheur, testez plutôt par vous-même les habitudes dont on vous parle et conservez ce qui fonctionne pour vous.
etre heureux
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Idée reçue n°5: être heureux, d’accord, mais à mon rythme…

Longtemps, cette idée reçue était la mienne. Je m’intéressais beaucoup au bonheur et au développement personnel, et je lisais beaucoup de choses, livres, articles, formations. C’est simple, mon rayon préféré des librairies était celui consacré au développement personnel. Je dévorais les livres que je lisais, j’étais toujours enthousiaste sur le coup. Et puis c’est tout. Je crois qu’au fond, j’attendais de découvrir un outil miracle, qui me permettrait de changer comme par magie, en une seconde, en un claquement de doigts.
Alors ensuite, je retournais à mes habitudes, je rangeais mon livre dans ma bibliothèque, et plusieurs mois ou plusieurs années plus tard, je m’interrogeais et me demandais pourquoi rien n’avait changé.

La réponse est simple : « si tu ne changes rien, rien ne changera ». Nous sommes les acteurs de notre vie. Bien sûr, il y a le hasard, il y a les circonstances extérieures, il y a les éléments qu’on ne maîtrise pas. Mais ils sont loin d’être aussi importants et déterminants qu’on veut bien le penser.

Être heureux, cela implique de changer nos habitudes, d’arrêter de faire ce qui ne nous rend pas heureux, de mettre en pratique au contraire les habitudes et conseils qui rendent heureux et nous aident à créer une vie qui nous ressemble plus. Cela nécessite également de prendre rendez-vous avec soi-même de temps en temps, afin de parvenir à mieux se connaître et faire la distinction entre les deux.

Bref, il y a une discipline à tenir et des efforts parfois à faire pour y parvenir… ou s’en rapprocher!
Et je conçois parfaitement que le chemin puisse sembler difficile à faire tout(e) seul(e) dans son coin.
Alors si l’aventure en solitaire ne vous tente pas, rejoignez le mouvement… déjà 4700 convaincues 🙂

A tout de suite de l’autre côté!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *