Changer de travail en 8 étapes

changer de travail

Changer de travail… beaucoup en rêvent, rares sont celles qui osent passer le cap ! Peur de l’inconnu, peur du regard des autres (de la famille, du conjoint ou des amis), croyances limitantes (trop âgée, trop tard…trop compliqué pour moi), attachement à un certain confort de vie (pourtant parfois très inconfortable psychologiquement parlant), crise économique… Autant de (mauvaises) raisons qui ne poussent pas à passer à l’action et à envisager de vous envoler vers de nouveaux horizons professionnels.

Note : Cet article est un article invité écrit par Marina Bourgeois.

Marina est consultante en reconversion professionnelle et bilan de carrière/de compétences. Ex chasseuse de têtes d’avocats et enseignant-chercheur en droit des affaires et de l’entrepreneuriat, elle a crée la société Oser Rêver Sa Carrière spécialisé dans l’accompagnement à la transition professionnelle. Elle est par ailleurs la créatrice des Samedis du Burn-Out

 

Vous êtes pourtant très nombreuses à en avoir marre de votre job actuel et à imaginer un nouveau métier qui vous fera vibrer.

Profonde insatisfaction, frustration, manque de sens, ennui, stress, pression quotidienne…vous rêvez de changer de travail, de secteur et de trouver le métier qui fait sens, celui qui vous donnerait envie d’être lundi dès le vendredi soir (si, si c’est possible !) ? Oui, mais…

…vous n’avez aucune idée de la voie que vous pourriez emprunter ou, au contraire, vous avez beaucoup trop d’idées que vous ne parvenez pas à trier.

Vous ne savez pas par où commencer…ni comment faire pour y voir plus clair. Du coup, vous baissez les bras et retournez à votre train-train quotidien, un peu (beaucoup) par défaut et sans entrain…quel dommage les filles ! Je vous assure qu’il est possible de changer de travail, de secteur et même parfois de vie ! Changer de métier n’est pas réservé qu’aux autres. Vous aussi, vous pouvez y arriver si tel est votre désir. Il « suffit » d’avoir la bonne méthode et le bon cadre. En voici les étapes…suivez la guide ;-).

1. Changer de travail, est-ce vraiment ce qu’il me faut ?

La première étape pour initier votre changement de voie professionnelle consiste en une observation lucide et objective de votre situation actuelle. Une sorte de radiographie froide et implacable de la période actuelle.

Passez votre présent à loupe en vous posant les bonnes questions, c’est-à-dire celles qui vous permettront d’avancer par la suite. Il est en effet essentiel de faire un premier gros point afin de vous assurer que votre insatisfaction du moment relève bien d’une crise profonde nécessitant un changement mais pas d’un « simple » tumulte contextuel (attention aux humeurs en d’autres termes…).

L’idée est ici de bien distinguer l’envie de changement réelle et profonde du ras-le-bol passager. Il convient également de faire attention aux « transferts d’insatisfaction ». Il arrive en effet que des personnes projettent sur leur vie professionnelle un certains nombre d’insatisfactions personnelles, sociales ou familiales. Il serait risqué, en pareille hypothèse, de changer de travail, tout chambouler et fragiliser davantage votre situation.

Attention également au « syndrome de l’herbe plus verte ailleurs » ou de « l’éternelle insatisfaite ». Changer est une chose. Croire coûte que coûte que changer vous apportera du mieux en est une autre. Pour vous éviter de cruelles déconvenues, mieux vaut donc vous préparer au changement d’une part mais surtout bien comprendre vos motivations profondes.

Concrètement, tentez de répondre aux questions suivantes :

  • depuis quand en ai-je ras-le-bol de mon job ?

  • pourquoi l’avais-je choisi ? Etait-ce pour de bonnes ou mauvaises raisons ?

  • qu’est-ce que je perds si je change de métier ?

  • pourquoi en ai-je autant marre aujourd’hui ?

Identifiez ensuite l’ensemble des points négatifs (aussi infimes soient-ils) de votre job actuel : trop de pression, absence d’évolution possible, pas assez de responsabilités, trop loin de mon domicile, collègues affreux, etc.

Il vous faut en effet distinguer, dans votre insatisfaction, ce qui relève de « l’environnement de travail » de ce qui incombe au « cœur de métier ».

Faites un tableau à deux colonnes et remplissez-le. Si la première colonne (« environnement de travail ») est plus longue que la seconde, il conviendrait peut-être de changer d’entreprise plutôt que de changer de travail !

2. Changer de travail…. OK, mais pour quoi ?

La seconde étape de votre processus de changement nécessite de … rêver ! Oser Rêver votre carrière 😉 en d’autres termes. « Rien n’arrive qui n’a pas déjà été rêvé » affirmait le poète américain Carl Sandburg. Le célèbre psychiatre Boris Cyrulnik l’a d’ailleurs plusieurs fois répété : la faculté à rêver est essentielle, notamment pour les jeunes : « ce qui peut aider un jeune à prendre sa voie, c’est son pouvoir de rêve. Il faut ensuite se réveiller, bien sûr. Le rêve mène au réveil. Mais si un jeune arrive à rêver et à se mettre au travail, il pourra prendre une direction de vie ».

Cette idée est valable à tout âge car même s’il ne se réalise pas, le rêve suscite l’enthousiasme et l’envie d’avancer. Il est un moteur et un préliminaire à l’action. La professeure Kalina Christoff indique en effet que « Quand on rêve, l’esprit prend le temps de régler des questions plus importantes, telles que la promotion de sa carrière ou ses relations personnelles ». Rêver implique visualisation et projection. C’est un premier pas vers une meilleure connaissance de soi et, à terme, une clarification de vos envies.

Concrètement, comment faire ? Si vous ne rêvez plus, il vous faut tout d’abord vous réconcilier avec votre imagination. Pour cela, projetez-vous dans votre vie idéale.

A quoi ressemblerait-elle si vous aviez une super baguette magique ? Installez-vous dans un endroit confortable, propice à une douce rêverie. Munissez-vous d’un carnet et d’un stylo et posez-vous cette question : « si je pouvais tout avoir et être celle que je suis vraiment, à quoi ressemblerait ma vie ? ». Pas de censure à ce stade. Laissez libre court à votre imagination. Faites défiler les images, les mots, les ressentis, les idées, etc. Puis notez. Consignez l’ensemble dans un petit carnet. Si vous être créative, vous pouvez également recourir à la technique du tableau de visualisation ou celle du mind mapping. Le carré de vie peut aussi être pertinent pour approfondir vos idées.

Si vous bloquez, posez-vous la question suivante : « si je gagnais au Loto, en quoi ma vie changerait-elle ? A quoi ressemblerait-elle alors ? ».

3. Faire le point avant de changer de travail

La troisième étape pour trouver votre voie et envisager sereinement un changement de métier consiste à bien (mieux) vous connaître. Plus vous serez au clair avec vous-même en termes d’envies, de besoins et d’aspirations, plus votre projet de changement aura de chances d’aboutir et de réussir.

Concrètement, comment faire ? Identifiez vos besoins (financiers par exemple ou votre bon « rythme » de travail en termes d’horaires), vos objectifs de vie ainsi que votre mode de travail de prédilection (salarial, entrepreneurial, etc).

Il vous faudra également déterminer quelles sont vos « activités flux » ? Qu’est-ce c’est que cette bébête ? Une activité « flux » est une activité au cours de laquelle vous êtes plongée dans un état dit de « flow ». Le flow est un concept à l’origine défini en 1975 par Mihaly Csikszentmihalyi, psychologue hongrois. Il se caractérise par l’absorption totale d’une personne dans son occupation. Tu sais, cet état où le temps passe à toute vitesse. Tu relèves la tête et il est déjà l’heure de passer à autre chose ! C’est ça le flow ou « l’expérience du flux » : être dedans, complètement « in » et connecté à ce que tu fais.

Identifier, puis analyser vos activités flux vous permettra de savoir quels types d’activités seraient non seulement agréables pour vous au quotidien, mais surtout épanouissantes. Autant, du coup, essayer de les retrouver dans votre travail !

4. Recoupement d’informations

A partir de tout ce que vous aurez préalablement identifié, vous pouvez commencer à identifier des pistes de secteurs, de métiers ou d’activités. Changer de travail, ok, mais que vais-je faire maintenant ?

Et si c’est encore trop flou, vous pouvez solliciter votre entourage : présentez à votre conjoint, vos amis, vos enfants ou à toute personne de confiance (et bienveillante !) tous les éléments préalablement identifiés et demandez leur quelles sont les idées qui, selon eux, en résultent.

changer de travail
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

5. Explorer les pistes de changement

Maintenant que vous avez des pistes, vous allez les explorer et faire émerger la super détective que vous êtes !

Pour chacun des métiers ou activités envisagés, enquêtez. D’abord, en faisant une petite recherche Google puis en consultant des fiches métiers ou offres d’emploi. Consulter les offres d’emploi constitue un excellent moyen pour vérifier que vos compétences sont bien en adéquation avec le secteur ciblé. Cela vous permettra également de voir si les rémunérations proposées correspondent à vos besoins financiers et ceux de votre famille.

Poursuivez ensuite vos investigations en menant une véritable enquête de terrain : décrochez votre téléphone, ouvrez votre boîte mail et soyez audacieuse : contactez des professionnels exerçant les métiers que vous investiguez (Linkedin est très utile pour cela). Sollicitez un rendez-vous physique, un échange téléphonique ou encore un Skype. Vous pourrez ainsi poser toutes les questions que vous jugerez utiles.

Je sais que ce pas peut faire peur, car il s’agit de sortir de sa zone de confort… Mais dites-vous que vos interlocuteurs seront flattés d’apprendre que votre métier les intéresse et ravis de vous accorder quelques minutes pour vous en dire plus.

6. L’immersion : préalable important avant de changer de travail

Poursuivez votre enquête métier par un véritable « test métier ». Vous souhaitez devenir fleuriste ? Rendez-vous chez votre fleuriste préféré et demandez lui si vous pouvez passer une journée à ses côtés. Vous pouvez également toquer à la porte des sociétés spécialisées dans l’immersion et le test métier. Rien de tel pour prendre une décision en pleine connaissance de cause.

A l’issue de cette étape, vous pourrez trier vos idées et mettre en exergue le (ou les) métier(s) qui vous fait vraiment vibrer.

7. Respiration !

Vous hésitez encore entre deux voies potentielles ? Vous ne savez pas comment tranchez ? … RESPIREZ…c’est le temps de la maturation ! Idem si vous êtes certaine d’avoir trouvé THE métier. Attention en effet à ne pas prendre une décision ferme de façon trop hâtive. Ce n’est pas rien tout de même de changer de travail ! Laissez infusez vos impressions donc. Vous pourrez ainsi tranchez en pleine connaissance de cause, de façon maturée et sereine.

8. Plan d’action

A présent, il est temps de vous confronter à la réalité : que vous manque-t-il à ce jour pour mener votre projet à bien ? Une formation ? Un financement ? Du temps ?

Votre plan d’action dépendra de vos réponses à ces questions. Posez tout à plat en termes de besoins et construisez votre stratégie pour vous former, trouver les fonds nécessaires ou encore pour préparer votre entourage au changement.

Faites vous un rétro planning des choses à réaliser à court, moyen et long terme (réaliste le planning hein 😉 !). Il est important d’y voir clair sur ce qu’il vous reste à faire pour accéder au Graal et démarrer votre nouvelle vie professionnelle.

Vous verrez qu’à ce stade il y aura peut-être encore de menus obstacles mais vous serez animée par une telle énergie et une telle volonté que vous pourrez soulever des montagnes pour atteindre votre objectif. Trouver sa voie et s’engager à changer de travail donne des ailes ! Profitez de cette belle motivation !


Et vous, avez-vous déjà opéré un revirement de carrière ? Changer de travail est-il un projet auquel vous pensez? Qu’est-ce qui vous freine ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *