Protéger son énergie (défi zen #41)

J’ai lu il y a quelques temps maintenant un article consacré à notre « énergie » qui m’a interpelée. L’énergie est un mystère… vous ne trouvez pas? Parfois nous dormons peu et pourtant nous débordons d’énergie. Parfois nous faisons a priori tout ce qu’il faut pour être en pleine forme mais nous nous sentons lessivée.
En fait, notre niveau d’énergie dépend autant de notre corps, alimentation – sommeil – sport, que de notre esprit.

Cette semaine, je vous propose de prendre soin de votre énergie. J’ai regroupé pour cela au fil de plusieurs lectures quelques conseils à suivre pour ne jamais manquer d’énergie et se sentir en pleine forme.

Prêtes? Partez!

Mon bilan une semaine plus tard!

Les mudras… vous connaissez?

Dès lundi, j’ai fait attention à mes petits gestes automatiques, dont j’avais déjà remarqué qu’ils entretiennent mon degré de stress… Je parle du fait de me ronger les ongles 🙁

Mais comme ne rien faire à la place m’a semblé plus difficile, j’ai remplacé ce geste par un mudra: il s’agit d’une position particulière donnée à sa main qui a une signification spirituelle. Telle posture signifie la sérénité, telle autre le remerciement, une sorte de « yoga des doigts »:-)

L’effet a été tout autre, je me suis sentie faire une pause, une vraie, celle après laquelle je cours toute la journée sans voir qu’elle est là, à portée de…doigt.

A faire… quand on broie du noir!

J’ai porté une attention particulière à mes ressassements négatifs. Une petite dispute insignifiante à laquelle j’ai repensé au moins 20 fois (en 2h). J’ai pris conscience de cette répétition épuisante et infructueuse, qui m’entraîne à avoir des réactions démesurées qui n’arrangent pas du tout la situation, au contraire. J’ai simplement décidé de faire une petite méditation de quelques minutes, sur mon banc, pour me mettre à l’écoute de ces pensées et les accepter.

Sander van der Wel Energy.jpgMardi après-midi: je vois bien que j’ai une tendance naturelle à broyer du noir… Une petite situation totalement anodine qui a réveillé en moi un complexe d’infériorité, le sentiment de ne pas être appréciée comme je l’aimerais par une personne qui compte pour moi. Une pensée furtive, mais qui laisse une trace désagréable, et plus j’y repense, plus son empreinte est tenace. Alors je me suis accordée quelques instants pour y songer, en me mettant à la place de l’autre. J’ai relativisé, et j’ai décidé de comprendre. Et de passer à autre chose à chaque fois que mes pensées sont retombées dessus, en me disant « Ok j’ai compris, on passe à autre chose?! »

Une minute pour faire la différence

Et puis, alors que j’étais archi occupée à avancer dans mes démarches, courriers, appels, petits travaux suite au déménagement, je me suis dit que j’avais envie de faire une pause après… Et puis j’ai repensé au défi de la semaine, et je me suis dit que j’allais la faire tout de suite!

Je me suis simplement arrêtée et me suis mise à l’écoute… De moi!

J’étais tendue, cela se traduisait surtout par les épaules très crispées, très remontées, un corps en déséquilibre général, assise de travers et un peu sur la pointe des pieds. Comme si j’avais envie d’être ailleurs, comme si j’étais déjà après. Alors je me suis recentrée sur le moment présent. Bien à plat, bien ancrée. J’ai repris mes démarches mais en les faisant avec plaisir. En étant toute entière à mes petits papiers.

Et ça m’a pris à peine une minute:-)

En proie à l’inquiétude et aux doutes

Jeudi soir, gros coup de fatigue. Chéri de sortie, et moi je ne me suis pas sentie bien.

Je ressasse tout ce qui m’arrive d’imprévu, de désagréable: panne Internet, une réflexion en réunion, un petit conflit, le ralentissement dans mes projets avec le déménagement. J’ai le sentiment d’être dans une période de doute. Alors j’ai laissé de côté mes dossiers et je me suis octroyée quelques instants de réflexion. J’ai pris mon stylo, mon carnet, et j’ai écrit tout ce que j’avais sur le cœur. L’impression de ne plus trop savoir ce que je veux vraiment. La nécessité de refaire une pause. L’envie de prendre des vacances.

Quand j’expérimente la loi d’attraction!

Vendredi, j’ai bien senti à nouveau que je perdais beaucoup d’énergie en faisant chaque chose. Je me suis sentie débordée, alors que mes journées sont aussi remplies que la semaine précédente. Mais il y a quelque chose de différent. Les questionnements autour de mes projets, l’inquiétude de ne pas être à la hauteur de cette nouvelle belle maison, plus grande que la précédente.

Ces pensées négatives qui tournent en toile de fond et consomment l’air de rien de la batterie:-)

Toute la journée, j’ai lutté contre l’envie de baisser les bras, contre le sentiment de découragement.

Une petite demande insignifiante de chéri le matin, et je me suis effondrée. Une livraison reçue en mauvais état, et j’ai eu l’impression d’avoir la tête sous l’eau.

Étrangement, comme par hasard, plus je me sentais vidée et plus j’avais autour de moi des raisons de l’être: impossible de joindre le service client, panne d’Internet, mon conseiller qui m’oublie au téléphone (30 minutes d’attente…). La loi d’attraction, vous connaissez?!

S’accorder des pauses et du temps pour soi

Samedi, le réveil a été difficile avec les pleurs et les cris sans introduction, mais j’ai rapidement repris le dessus.

J’ai décidé de m’octroyer des pauses pour me recentrer. Oui, des pauses au milieu de cette course folle qu’est notre emménagement avec nos bouts de chou!

Ce matin, pendant 30 minutes, je me suis consacrée à bébé 2. Sans rien chercher à faire d’autre que la faire rire et réagir. Et j’ai senti ses rires me nourrir d’une énergie incroyablement positive!

Et puis à midi, j’ai repensé à un article que j’ai lu il y a quelques temps, un thérapeute parlait de ses patients qui une fois le séminaire consacré à l’énergie positive achevé, se jetaient dans un snack pour manger des aliments bien gras et perdaient ainsi toute la bonne énergie accumulée. Alors j’ai soigné mon alimentation et suis retournée faire le plein de produits frais.

Dans l’après-midi, je me suis accordée un quart d’heure pour faire la visualisation de la bulle protectrice. J’ai programmé mon minuteur sur 10 minutes, mais j’ai senti que j’étais trop distraite par les bruits autour de moi alors j’ai cherché une vidéo sur YouTube, que j’ai suivie pendant quelques minutes. Cela m’a fait un bien fou, de sentir que je pouvais me relâcher car parfaitement en sécurité. Je regrette simplement de ne pas avoir été seule pour faire librement les mouvements pour bien marquer l’existence de cette bulle autour de moi.

Une semaine pas simple donc, mais j’ai le sentiment qu’à faire au quotidien ce qui nous tient vraiment à cœur, (en accord avec ses valeurs, sa mission de vie), on a peu de risque de manquer d’énergie… Non?

Et vous? Avez-vous senti une différence à prendre ainsi soin de votre énergie?

Tu veux rejoindre le programme « Les défis des filles zen » et relever un défi par semaine pour reprendre ta vie en main et vivre une vie qui te ressemble ? Alors inscris-toi ici!

 

Cet article t’a plu ? Va plus loin dans les défis !
Télécharge « Le guide secret des défis zen » et amorce des changements radicaux dans ta vie. Tu y trouveras :
– mon histoire
– un condensé des 32 meilleurs défis que j’ai relevé
– mes conseils pour les réaliser
– les 3 erreurs à ne pas commettre
– des options pour aller plus loin

Guide Secrets des Filles Zen

Enregistrer

Protéger son énergie (défi zen #41)
Donnez votre avis sur cet article

3 Comments

  1. Cela doit être en effet compliqué de maintenir la tête hors de l’eau surtout en période de déménagement. Mais tous ces précieux conseils t’ont aidé à passer une meilleure semaine Mylène.
    Pour ma part, j’ai évité d’aller prendre le café avec une de mes collègues, qui voit la vie en noir. Et quand ça a été le cas, j’ai mis un point d’honneur à ne pas laisser sa mauvaise humeur m’atteindre. Dans ma bulle, je suis en sécurité.
    Je me suis surprise à broyer du noir de temps en temps – j’ai regardé le problème dans les yeux, j’ai médité ou répété un mantra. J’ai repris des couleurs et le malaise est passé. C’est fou le temps qu’on passe à brasser du négatif, alors même que nous sommes entourés de belles choses et d’opportunités magiques!
    J’ai également pris conscience cette semaine (sous forme de liste) de tout ce qui bloquait mon flot d’énergie (trop de temps sur Internet ou trop de temps à hésiter entre ci ou ça). J’ai réussi à faire le vide et à gagner du temps pour faire ce qui me plait vraiment

    1. Je suis d’accord avec toi… après cela doit dépendre des personnes j’imagine… certaines voient toujours les choses du bon côté, d’autres toujours du mauvais, et la grande majorité nous oscillons un peu entre les deux!
      En prendre conscience et simplement me dire « STOP, ça suffit, je perds de l’énergie à ressasser cela », m’aide grandement à tourner la page et passer à autre chose.
      C’est une excellente idée que de liste tout ce que nous faisons qui entrave notre énergie. Je vais tenter l’expérience.
      Merci pour ton retour Marie qui m’apporte toujours beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.