L’art de la méditation de Matthieu Ricard

L’art de la méditation de Matthieu Ricard est pour moi LE livre de chevet que doit avoir toute personne qui souhaite débuter une pratique de méditation. Car la méditation n’est pas simple à aborder.
D’abord, parce qu’on entend partout qu’elle est un incontournable d’une vie zen et épanouie. Mais aussi parce qu’on l’aborde généralement avec plein d’idées reçues, plein d’attentes, et si l’on ne sait pas certaines choses avant de se lancer, on risque bien de s’y perdre. J’ai lu de nombreux ouvrages et ai eu un parcours chaotique avec la méditation… Mais si je devais vous conseiller un livre pour apprendre à méditer, ce serait celui-ci « l’art de la méditation » de Matthieu Ricard. Car contrairement à ce que son titre pourrait laisser penser, il est très très abordable et concret. Bref, tout ce que j’aime!

Voici donc mes impressions sur ce livre, ce que vous y trouverez, et les 9 passages que j’ai choisis parce qu’ils m’ont vraiment inspirée à avoir le déclic nécessaire pour persévérer dans une pratique… pas toujours facile 🙂

Pourquoi j’ai lu « l’art de la méditation » de Matthieu Ricard

C’est simple, j’écris environ deux à trois articles par semaine sur ce blog, et quelle que soit la thématique que j’aborde, changer de vie, développer sa créativité, que faire quand on s’ennuie, faire grandir l’amour en soi… Toujours je reviens à elle : la méditation. Dans le long cheminement qui m’a amené jusqu’ici, à cet instant précis, en train d’écrire cet article, je suis passée plusieurs fois par la case « il faut que j’apprenne à méditer. » Il y a d’abord eu la découverte de la méditation, avec le livre bonheur de la méditation de Yongey Mingyour Rinpoché. Puis il y a eu mon approfondissement avec la pratique du bouddhisme tibétain pendant plusieurs mois dans un groupe. Pratique que j’ai ensuite abandonnée car je n’arrivais pas à trouver cela agréable, je me mettais beaucoup trop de pression!

Je me suis donc intéressée ensuite aux autres techniques de relaxation, à la sophrologie notamment. Et puis, je me suis plongée dans l’apprentissage de la pleine conscience à laquelle j’ai suivi une formation de huit semaines. Aujourd’hui, je vois la méditation différemment. Je ne regrette pas ce parcours chaotique, mais dans ce blog je préfère vous présenter les ouvrages que je trouve particulièrement clairs et ludiques pour débuter, histoire de ne pas vous décourager comme j’ai pu l’être.

J’ai choisi un livre de Matthieu Ricard, car c’est une référence: Docteur en biologie moléculaire, il a abandonné sa brillante carrière scientifique pour se convertir au bouddhisme et est devenu moine, et l’un des spécialistes mondiaux du bouddhisme, qui accompagne fréquemment le dalaï-lama dans ses voyages.

Et puis il fait partie de ces personnes brillantissimes au point d’être aussi expertes qu’accessibles aux parfaits débutants.

J’ai choisi « l’art de la méditation » car j’ai aimé son format de poche, très court, très pratique, avec de nombreux exercices.

L’art de la méditation en quelques mots

L’art de la méditation est un livre simple, court, très pratique qui répond aux questions essentielles que l’on peut se poser sur la méditation : à quoi ça sert de méditer, comment débuter, comment surmonter les obstacles?

Dans son livre, Mathieu Ricard fait se succéder:

  • de courts paragraphes qui expliquent les conditions favorables à la pratique de la méditation, telles que la nécessité d’avoir un guide qualifié, d’adopter une posture spécifique…
  • et des exercices de méditation concrets, qui nous entraînent progressivement plus loin dans sa découverte et son apprentissage. Ces exercices sont d’ailleurs à mon avis des exercices de méditation au sens très large, puisque pour certains il s’agit réellement de prendre conscience de certaines choses en pensant par exemple à la succession des saisons, au passage du temps, et pas seulement de méditation au sens strict de focalisation de son attention sur un support choisi.

Les 9 passages « déclics » de l’art de la méditation

Je vous propose ici de partager avec vous les 9 passages de ce livre qui m’ont le plus marqués et ont participé à ce petit déclic qui ont fait de la méditation une de mes pratiques quotidiennes.

Petit déclic n°1 : Oui, il est souhaitable de changer!

C’est une des critiques que j’ai souvent entendues lorsque je parlais de mon envie de vivre une vie plus heureuse, de rechercher le bonheur, d’apprendre à méditer. Souvent, on me répondait que finalement, connaître des hauts et des bas, des moments joyeux et des moments tristes, c’était cela, la nature humaine.

Que l’arc-en-ciel avait besoin de pluie pour apparaître, et donc que c’était ainsi. Que ça faisait partie de la vie et qu’il n’était pas forcément souhaitable de le changer.

Mathieu Ricard nous invite à nous questionner… Imaginons si l’on nous proposait de passer une journée à ressentir de la jalousie. Qui accepterait cela avec plaisir ? Et si au contraire, on nous invitait à passer une journée à ressentir plein d’amour pour les autres?

Je crois que la grande majorité choisirait cette deuxième option! Sommes-nous heureuses quand nous sommes en colère ? N’est-ce pas plutôt parce que nous ne savons pas comment nous y prendre que nous considérons qu’après tout, cela fait partie de notre nature? Mais ce qui est naturel n’est pas forcément souhaitable… Il nous vient à tous l’idée lorsque nous sommes malades de consulter un médecin.

Pourquoi n’en est-il pas de même avec les émotions négatives que nous ressentons?

Petit déclic n°2: toute pratique nécessite de l’entraînement

Pratiquer la méditation nécessite beaucoup de pratique et de persévérance. C’est bizarre, car nous ne trouvons pas anormal de s’exercer des heures à la pratique d’un instrument, à la pratique d’un sport, de passer plusieurs heures par jour pendant des années pour apprendre à lire, à compter…
Mais lorsqu’il s’agit de notre esprit, nous aimerions que le simple fait de le vouloir suffise à nous transformer!

Matthieu Ricard, dans l’art de la méditation, insiste beaucoup sur cette dimension: méditer, c’est un entraînement de l’esprit. C’est une première étape, qui va donner une direction à notre esprit, mais il est indispensable de s’exercer pour développer cette faculté.

Et cela en vaut la peine! Car si nous transformons notre façon de voir les choses, nous transformons la qualité de notre vie. Mais pour y parvenir, nous avons besoin d’un entraînement de l’esprit. Et c’est exactement cela la méditation.

Petit déclic n°3: méditer transforme notre cerveau… et c’est prouvé!

Attention, que ce soit clair! Dans l’art de la méditation, Matthieu Ricard ne fait pas l’étalage des bienfaits de la méditation! Non, il nous rappelle bien que le but premier de la méditation est de transformer notre perception des choses, notre expérience du monde.

Mais depuis quelques années, de grandes universités américaines ont mis au point des programmes de recherche sur les effets à court terme et à long terme de la méditation sur le cerveau. Ils ont ainsi comparé les mesures de plusieurs groupes : des militants expérimentés, des non méditants, des débutants en méditation. Ils ont mesuré la capacité de vigilance, la faculté de générer des états mentaux précis, de ressentir des émotions positives comme la compassion, de gérer son stress, son anxiété, sa tendance à la colère… Et toutes ces mesures vont dans le même sens : même chez les débutants en méditation, il existe déjà des changements notables dans le sens positif.

Petit déclic n°4: non, méditer n’est pas un acte égoïste, bien au contraire

J’entends parfois ces remarques, lorsque je parle de méditation (et même au sens plus large de développement personnel). Que méditer c’est un acte égoïste, car c’est se centrer sur soi et se couper du monde.

Dans l’art de la méditation, Matthieu Ricard revient sur ces critiques souvent faites à la méditation. On reproche aux méditants de se limiter à l’introspection, de passer leur temps à faire le tour d’eux-mêmes, en se coupant des autres et du reste du monde. Pourtant, le but de cette introspection est simplement d’aiguiser son esprit à voir les choses autrement.

A trouver la paix en soi, avant de se tourner vers les autres. Il ne s’agit pas de faire le vide, de bloquer ses pensées, ou de passer son temps à cogiter pour analyser son passé.
Le but ultime de la méditation, est d’appliquer la compassion à chaque instant de sa vie.

Comme nous sommes tous interdépendants, le but est donc aussi d’aider les autres à se libérer de leurs souffrances et contribuer à leur bien-être. Mais cela nécessite dans un premier temps de comprendre comment fonctionne son esprit.

Reprocher à un méditant de pratiquer la méditation, cela reviendrait à reprocher à un futur médecin de passer des années à étudier la médecine 🙂

l'art de la méditation
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard!

Petit déclic n°5: ma vie peut prendre fin à chaque instant

Ce petit passage spécial de l’art de la méditation est réservé aux personnes qui pensent « j’ai toute la vie devant moi pour faire cela, je commencerai plus tard »…

Réfléchir à l’impermanence de notre vie nous amène à réellement nous rendre compte que chaque seconde vie est précieuse, que le temps a une valeur inestimable. Remettre sans cesse à plus tard ce que nous savons au fond de nous être essentiel, est une grave erreur. Matthieu Ricard fait cependant cette mise en garde: il n’est pas non plus nécessaire de se précipiter et de vouloir à tout prix tout de suite des résultats, c’est une autre erreur.

Ce qu’il faut en revanche, c’est être convaincue de la nécessité de ne plus perdre de temps. À tout instant, la mort peut survenir. Notre vie peut s’arrêter. Il ne s’agit pas d’avoir des pensées morbides pour nous déprimer, mais plutôt de prendre conscience de la nécessité de profiter dès maintenant du meilleur de notre vie.

Celui qui met à profit chacun instant de sa vie pour devenir un être meilleur pourra mourir en paix. (Matthieu Ricard)

Petit déclic n°6: se distraire ne suffit pas…

Dans l’art de la méditation, Matthieu Ricard nous explique que l’insatisfaction, la souffrance font partie de notre situation d’être humain. Il y a la maladie, il y a la mort. Non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Et nous avons plusieurs moyens d’échapper à cette souffrance, nous pouvons par exemple nous distraire, remplir notre temps avec des occupations afin de penser à autre chose.

Que ce soit en pratiquant des activités, en cherchant des stimulations extérieures, en courant après la réussite ou l’argent. Mais la réalité finira toujours un moment par refaire surface.

Et si l’on ne s’y prépare pas, il sera plus difficile de l’accepter et de surmonter dans les épreuves.

La méditation sert aussi à cela, regarder la réalité en face, l’accepter, mieux comprendre ce qui fait notre souffrance, pour mieux cultiver ce qui fait notre bonheur.

Petit déclic n°7: méditer, ce peut être ludique!

Lorsque j’ai commencé à méditer, comme tout le monde, je n’y suis pas arrivée! Je n’arrivais pas à méditer sur le va-et-vient du souffle.
J’étais comme tous les débutants : les pensées se succèdent et nous entraînent, et nous perdons le fil de notre respiration en nous perdant dans nos pensées.

C’est pour cela que j’ai particulièrement aimé ce passage de l’art de la méditation dans lequel Matthieu Ricard présente de manière détaillée une méditation sur le va-et-vient du souffle, puis nous suggère six variantes pour rendre cette pratique de méditation ludique.

Par exemple, cette variante qui consiste à réciter un mantra en combinaison avec sa respiration, comme le très célèbre mantra « Om mani padmé hung ».

Petit déclic n°8: une célèbre métaphore

Exercer sa faculté d’attention permet d’apaiser l’esprit. Pourtant, j’en ai fait l’expérience lorsque j’ai suivi le programme de pleine conscience MBSR, dans un premier temps, c’est tout l’inverse qui semble se produire. On est plus attentives aux pensées, aux émotions qu’elles soient positives ou négatives. J’ai moi-même eu l’impression d’être beaucoup plus vulnérable pendant une période.

Dans l’art de la méditation, Matthieu Ricard reprend une image partagée par les bouddhistes pour illustrer la pacification du tourbillon de nos pensées. Cette progression comporte cinq étapes.

  • La cascade qui se jette d’une falaise, les pensées semblent alors encore plus nombreuses parce qu’on en prend conscience.
  • Le torrent qui dévale des gorges, lorsque l’esprit alterne repos et activités.
  • Le large fleuve qui s’écoule sans encombre, l’esprit s’agite seulement quand un événement se produit.
  • Le lac ridé par quelques vagues, l’esprit est calme et présent en profondeur, malgré quelques agitations en surface.
  • L’océan paisible, la concentration est alors naturelle et sans effort.

Bien sûr, cette progression ne s’accomplit pas en quelques semaines… C’est le cas pour tous les apprentissages, et bien évidemment pour celui-ci.

Petit déclic n°9: un conseil en or face à l’anxiété

Dans l’art de la méditation, Matthieu Ricard réussit l’exercice d’expliquer avec des mots simples ce que l’entraînement de l’esprit, la méditation peuvent nous apporter dans des situations courantes.

Mise en situation: nous sommes prises dans les bouchons, en retard, et donc en proie à l’anxiété. Dans ce cas là, nous nous identifions habituellement totalement à cette anxiété, nous faisons une avec elle, elle est omniprésente dans notre esprit.

Pourtant, si nous pratiquons un petit peu de pleine conscience à cet instant, nous remarquerons que la part de notre esprit qui est consciente de ce qui se passe en nous, en l’occurrence cette anxiété, en elle-même, n’est pas anxieuse. C’est simplement une qualité naturelle de l’esprit de pouvoir prendre conscience de ce qui se passe. Lorsqu’on ramène notre attention à cette conscience de l’instant présent, et bien du coup, l’anxiété ne prend plus toute la place en nous à cet instant.

Et à mesure que la conscience de l’anxiété prend un peu plus de place, l’anxiété en elle-même en occupe moins.

La pleine conscience, cette faculté de voir ce qui se passe en nous, n’est pas affectée par les émotions et les pensées. Cela permet de prendre de la distance avec nos émotions négatives et nos pensées désagréables. C’est un antidote fondamental que l’on peut appliquer à chaque instant de notre vie.


L’art de la méditation de Matthieu Ricard est pour moi un livre de chevet incontournable pour tout débutant en méditation. Parce que dans ce petit ouvrage, l’auteur nous présente l’essentiel de ce qu’est la méditation, ainsi que de nombreux petits textes très inspirants sur cette pratique, et une quarantaine d’exercices de méditation accessibles aux débutants.

Connaissiez-vous ce livre? L’avez-vous apprécié?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *