Karine

« Pensée positive, connaissance de soi-même et passage à l'action »

KARINE(1)

« Je veux retrouver efficacité et productivité dans mon organisation professionnelle », c’est ainsi que j’avais défini mon objectif n°1 en intégrant le programme Expérience CAP. En effet, je suis indépendante depuis plus de 10 ans, et à certains moments j’ai eu l’impression d’avoir privilégié le bien-être de mon foyer aux dépens de ma réussite professionnelle

J’ai décidé de faire confiance au programme pour m’aider à passer à l’action – sans aucune hésitation à l’époque. C’était en Août 2019, juste après avoir écouté une intervention de Mylène. Le CAP m’a tout de suite semblé être la boîte à outils idéale pour structurer toutes mes réflexions et le travail sur moi-même – en passant par ma motivation.

J’ai depuis terminé le programme – en Avril 2020 – et je pratique toujours les routines quotidiennes mises en place. Je participe encore à quelques sessions collectives et reviens aussi régulièrement sur de nombreux concepts : depuis un mois et demi par exemple, j’approfondis certaines idées du programme, je repasse à l’action, je fais le point sur mes acquis, je vérifie si je n’ai pas changé de direction – mon objectif est-il toujours le bon ? – et surtout, je mesure le chemin parcouru grâce au programme !

Mon cheminement avec le programme

La méthode CAP m’a vraiment aidée à maintenir un rythme de travail, à renforcer ma motivation au quotidien. Elle m’a apporté une méthode, un soutien et une écoute attentive. Tous les moyens mis à notre disposition ont été de gros plus : les sessions collectives, le trinôme de soutien, les séances d’accompagnement individuelles…

La boussole (un outil inédit du CAP) quant à elle m’a questionnée sur les ressources que j’avais en moi. Les identifier m’a permis d’apporter une valeur ajoutée à mon objectif et a révélé mon désir d’aider à travers mon travail (y apporter une dimension plus humaine, plus altruiste).

En plus des différents outils que j’ai pu découvrir à l’école ou en formation professionnelle, le CAP m’apporte une dimension personnelle et philosophique de travail sur soi en profondeur : j’ai appris la puissance du « faire comme si » et de la visualisation, qu’être heureuse dépend de moi à 90%, j’ai réfléchi au concept de contribution unique, etc.

Ma contribution

Je ne l’ai pas encore formulée définitivement, mais l’idée est d’aider les vignerons dont je vends les vins à l’export. Je ne veux pas simplement faire mon travail d’agent, je veux aussi apporter une dimension humaine : les rendre fiers de leur travail, leur faire comprendre comment ils peuvent rendre les clients plus heureux, leur transmettre la gratitude de mes importateurs…. J’y travaille, et me réjouis de constater à quel point l’année 2020 a bouleversé les codes et a prouvé que les qualités humaines comme l’empathie et la gratitude sont importantes même dans mon travail.

Le programme m’a justement aidée à prendre en compte et exploiter mes points forts et mes talents naturels, à accepter mes croyances et mes zones d’ombres – qui étaient un véritable frein à l’action. Les modules sur l’amour et la peur ont donc été, en tout particulier, hyper puissants à mes yeux. Je n’avais aussi, par exemple, jamais vraiment eu le courage de faire le tri dans mes relations, de reconnaître que certaines amitiés étaient nocives à mon bien-être.

J’ai eu parfois quelques doutes en cours de route quant à mon travail, notamment sur les moyens que j’ai choisi et sur ma méthode (le choix de mes fournisseurs ou ma méthode de prospection clientèle par exemple), mais jamais sur mon objectif, car j’avais l’intuition que mon échelle était bien posée sur le bon mur.

Et maintenant ?

À présent, j’ai résumé mon « pourquoi » dans mon affirmation positive :

« Je suis une femme active, professionnelle, admirée et respectée, qui, en plus, gagne confortablement sa vie en apportant une vraie valeur ajoutée aux vignerons et aux clients… avec encore d’autres projets en tête…..s’accomplissant dans sa vie amoureuse et familiale. » 

Je travaille toujours dans le même secteur bien sûr, mais le programme m’a aidée à renforcer la conviction selon laquelle j’ai vraiment le métier idéal. Je me suis remise sur les rails après m’être davantage consacrée à mon foyer (tout en développant mon agence les 10 dernières années). Maintenant que mes enfants grandissent et acquièrent de l’autonomie, je peux me focaliser davantage sur ma vie professionnelle.

Le projet que j’avais au début du programme est devenu réalité, et depuis janvier 2020, j’ai choisi de nouvelles collaborations avec des vignerons jeunes et talentueux – même si ma prospection est un peu ralentie à cause de l’impossibilité de voyager à l’export.

Le programme m’a aidée en me permettant de structurer mes recherches et mes réflexions, de mettre tout sur la table : mon objectif qualitatif et quantitatif, les vins et les domaines que je veux, les clients que je vise… (tout ceci grâce aux modules 5 et 6 où on travaille en mode projet). Je n’avais plus ensuite qu’à passer à l’action, en programmant toutes les petites étapes décisives, et à mesurer ensuite les progrès et résultats concrets. Le passage à l’action fut plus simple grâce aux clés de la motivation délivrées dans le programme.

S’il y a bien une chose qu’on peut me souhaiter pour l’avenir, c’est de garder confiance même si je rencontre des échecs ponctuels ou des déceptions avec des vignerons ou clients. À ce propos, j’aime bien la citation de Louis Aragon qui dit : « Les tempêtes donnent des racines plus profondes aux chênes« .

Je veux également continuer de m’amuser et d’ignorer l’ennui dans mon travail, continuer d’apprendre chaque jour et de faire des découvertes, mais aussi dégager assez de bénéfices pour pouvoir financer un stage de formatrice en pilates.

Enfin, j’aimerais dire qu’on a toujours le choix : les ressources sont en nous mais on a parfois besoin d’aide pour les identifier et les actionner.

Karine G photo