Auto coaching : réalité ou chimère ?

Dans un monde où le développement personnel prend de plus en plus d’espace, quelle place occupe l’auto coaching ? Se suffit-il à lui-même ? Pouvons-nous réellement nous auto coacher en ouvrant un livre et trouver nos propres solutions?

L’auto coaching apparait de plus en plus dans le domaine du développement personnel. De nombreux livres y faisant référence font surface depuis quelques années dans le commerce et pour autant, le nombre de coachs s’installant ne cesse d’augmenter. Mais alors ? L’auto coaching est-il une réalité ou une chimère ? Dans cet article, j’aborde ce sujet sous différents aspects, vous donnant toutes les clés pour vous aider à vous faire votre propre idée.

Auto coaching : avantages et limites

Définition de l’auto coaching

 L’auto coaching c’est, appliquer à soi-même, des outils de coaching, tels que le questionnement et le recadrage.

Le questionnement

Le questionnement, outil essentiel en matière de coaching, permet au coach d’amener son client à la réflexion, car il ne donne pas de conseils et de pistes toutes faites. En effet, le rôle du coach est d’aider le coaché à trouver ses propres ressources internes pour répondre à ses propres problématiques. Le questionnement est un outil extrêmement puissant, énormément utilisé dans les accompagnements de la méthode CAP. Je vous parle en détail de cette méthode lors de ma conférence gratuite, dans laquelle je partage mes 3 clés pour créer pas à pas la vie qui vous ressemble. Je vous y explique comment j’ai utilisé les différents outils du coaching et de l’auto coaching afin de réaliser ma mission de vie.

Le recadrage

 Bien entendu, le questionnement n’est pas le seul outil du coaching, même s’il en reste la base inconditionnelle. Car seul, il peut avoir l’inconvénient de nous laisser dans le domaine du mental. Afin d’évoluer sur d’autres plans, le coach a à sa disposition de nombreux outils, dont un outil qui s’appelle le recadrage.
Ce dernier permet en précisant une problématique, de mettre en place un plan d’actions. Il existe d’autres outils de coaching comme la visualisation ou les grilles d’observation : en auto coaching, le but est alors d’appliquer ces outils à soi-même. Et les avantages sont nombreux…

Les avantages de l’auto coaching

 L’auto coaching rend le coaching plus accessible financièrement. En effet, il est évident qu’un accompagnement en individuel avec un coach est plus coûteux que l’utilisation d’outils que l’on s’appliquerait à soi-même.

Pourtant, passer par un coach certifié possède d’autres atouts : il vous permet d’avoir une vision qui vous pousse à agir sur le court terme. Car, en réalité, à long terme, seule, on reste souvent dans des blocages. Et au final, nos freins nous coutent beaucoup plus en énergie et en temps.

Cependant, pratiquer l’auto coaching, c’est développer son autonomie et prendre l’habitude de s’appliquer à soi-même des outils. C’est aussi, adopter des réflexes, comme par exemple, celui de se tourner vers soi quand on est face à un problème, quand on est mal dans sa peau plutôt que d’aller chercher des solutions ailleurs.

Les limites de l’auto coaching

S’il est pratiqué de manière isolée sans autre support, l’auto coaching possède aussi des limites.

Difficultés à surmonter ses propres résistances

 Avec l’auto coaching, la personne peut avoir beaucoup de difficultés à surmonter ses propres résistances. Inconsciemment, nous mettons en place des schémas et des barrières, par exemple pour nous protéger d’une blessure. Quand nous sommes face à des difficultés émotionnelles importantes, nous mettons en place tout un tas de stratégies d’évitement pour ne pas affronter ce qui fait mal.

Le coach, grâce à son regard extérieur, ne va pas avoir la même la même attitude, le même
regard, car son rôle lui permet une prise de recul. A contrario, seule, en auto coaching, la personne aura du mal à surmonter ses propres résistances.

Parfois, cela va encore plus loin : le coaché ne se rend lui-même pas compte qu’il y a des résistances auxquelles il doit faire face ! Tout comme on ne voit pas qu’il y a des croyances qui nous limitent.

Une croyance ? Qu’est-ce que c’est ? En gros, c’est un filtre. C’est comme avoir des lunettes déformantes ou un voile devant les yeux qui fait que nous teintons la réalité de ce que nous observons ou expérimentons. Mais le souci est que nous sommes convaincues qu’il s’agit de la réalité. Il est donc très difficile de transformer une croyance que l’on ne voit pas même pas ! Voilà pourquoi seule il ne nous est pas possible de faire ce travail.

Il existe une image bouddhiste qui exprime très bien cela et qui dit que c’est comme demander à la pupille de s’observer elle-même. On peut observer à l’extérieur, mais observer soi-même sa pupille c’est impossible, sauf devant un miroir : et ce miroir, c’est le rôle du coach.

Difficultés à résoudre nos propres problèmes

 On peut également voir une autre limite de l’auto coaching. On voit souvent des personnes tourner en rond sans réussir à trouver de solutions à leurs problèmes. Pourquoi ? Parce qu’elles sont dans le programme qui a créé le problème. Alors, pour le résoudre, il faut sortir de ce programme et se permettre de voir les choses d’une autre façon. Einstein disait :

Les problèmes importants que nous éprouvons ne peuvent se solutionner sur le plan de la pensée où nous les avons créés.

En effet, il est difficile de demander à un esprit de résoudre un problème qu’il a lui-même créé. Car il faut sortir de ce cadre de réflexion, pour pouvoir prendre le recul nécessaire et réussir à le résoudre.

Dans un monde où le développement personnel prend de plus en plus d’espace, quelle place occupe l’auto coaching ? Se suffit-il à lui-même ? Pouvons-nous réellement nous auto coacher en ouvrant un livre et trouver nos propres solutions?
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire
plus tard!

L’unicité des outils

 Lorsque l’auto coaching est fait de manière isolée et sans accompagnement, il y a une autre problématique : celle de l’unicité. Certains outils vont convenir très bien à une personne, mais pas à une autre. Nous sommes toutes spécifiques, uniques, différentes, même si nous sommes semblables sur tout un tas de points. Certains outils ne vont pas résonner en vous et ne permettront pas la résolution de vos problèmes. C’est dans ces moments-là que le regard extérieur du coach se fait nécessaire. Mais il se peut aussi que cela ne soit tout simplement pas le bon moment pour pratiquer l’auto coaching seul.

La mauvaise application des outils

 Il arrive parfois qu’il y ait une mauvaise application des outils à votre disposition. Une mauvaise application que je constate très souvent, est celle qui consiste à rester dans le mental.

Je vais prendre comme exemple l’outil qui consiste à trouver ses valeurs. Il s’agit d’une pratique essentielle, voir incontournable pour mieux se connaître, et avancer sur cette compréhension de soi. Aujourd’hui, sur internet, vous pouvez trouver des sites vous proposant cet outil, mais il y a de forts risques que, seule, vous restiez purement dans le mental, en surface. Dans 95 % des cas, les personnes avec qui je travaille, qui avaient déjà fait la pratique des valeurs, ne l’avaient pas fait « avec le cœur », avec cette notion de vibration, d’intensité et de puissance nécessaire.

Quelles sont les valeurs qui me parlent et qui sont importantes pour moi ?

Seule à nous introspecter, sans l’éclairage extérieur du coach, nous pouvons rester très longtemps dans le stade des valeurs morales et dans le mental.

C’est l’une des branches de la boussole de l’alignement que j’ai conçue et que je vous invite à découvrir dans ma conférence en ligne, pour réussir à enfin vivre une vie qui vous ressemble.

Enfin il y a tout un tas de mauvaises façons d’appliquer les outils de l’auto coaching, lorsque nous sommes seules. C’est bien cela qui nous empêche de vraiment avancer et de trouver des réponses aux questions que nous nous posons. L’absence de passage à l’action nous entraine à accumuler des connaissances sans les mettre en pratique.
Car le problème est le suivant : l’information n’est pas transformation. Et entre l’information et la transformation il y a le passage à l’action.

Alors… Auto coaching, réalité ou chimère ?

 L’idéal est de ne pas seulement se contenter de l’auto coaching, sauf si vous sentez de vrais changements dans votre corps et votre cœur. Si vous vous sentez vibrer, si vous vous sentez bien, si vous vous sentez alignée, peut-être n’y a-t-il pas de résistance particulière, peut-être n’y a-t-il pas de blocage ou de croyance limitante particulière, peut-être que l’ensemble est suffisamment équilibré pour vous permettre d’avancer.

L’idéal, c’est vraiment de pouvoir réunir les deux : d’avoir de l’auto coaching pour l’autonomie et en même temps d’être accompagnée, d’être suivie en collectif et si possible en individuel. Cela vous permettra d’identifier, de surmonter et de transformer les résistances et les croyances, et ainsi vraiment sortir du cadre pour passer à l’action et surmonter vos freins.

Pendant longtemps, j’ai proposé uniquement de l’auto coaching aux personnes que j’accompagnais et depuis quelques temps, avec la version 2 de la méthode CAP, il y a vraiment cette dimension d’équilibre entre coaching et auto coaching que je souhaite faire grandir.


Aujourd'hui je propose un accompagnement individuel pendant 7 mois et puis un accompagnement collectif : vous trouverez plus d’informations dans ma conférence : mes 3 clés pour créer pas à pas la vie qui vous ressemble. Dans le programme que je propose, vous trouverez cette dimension de coaching d'accompagnement, qui est essentielle. Je la mets en pratique avec une équipe de coachs qui m'accompagne et qui me permet ainsi de vous proposer un soutien à l'auto coaching, une présence.

Alors ? Comment désirez-vous avancer ? À vous de choisir !

Avez-vous des questions concernant l’auto coaching ?
Avez-vous, vous-même, essayé ces pratiques seule ?
Quels en ont été les résultats ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.